Cruauté mortelle

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Chaque fois que j’entends parler d’un suicide, cela vient me percer le cœur. La semaine dernière, c’est l’histoire de Phoebe Prince, une élève de 15 ans au Massachusetts, qui est venue me bouleverser.  Sa famille avait quitté l’Irlande pour s’intaller aux États-Unis à l’automne. Peu après son arrivée, certains jeunes de sa nouvelle école secondaire l’ont choisie pour cible. Ils ont décidé de lancer une compagne de harcèlement contre elle. La direction de l’école n’a rien fait pour mettre un terme à cette torture constante qui s’est étendue sur plusieurs mois.

Le 14 janvier 2010, au plus grand chagrin de sa famille et de ses amis, Phoebe  a décidé qu’elle n’en pouvait plus. Sa petite sœur l’a retrouvée inerte à sa rentrée à la maison. Elle s’était pendue.

Stressé?  Pardonner, c'est bon pour la santé

Vous n'arrivez pas à pardonner? Parler à un mentor

Lundi dernier, la  procureure de la région a annoncé que six des  jeunes qui ont harcelé Phoebe se trouvent maintenant accusés de harcèlement criminel, de voies de fait et de violation des droits civiques.

Si seulement quelqu’un avait agi pour mettre un terme à ces méfaits avant le décès de cette enfant…

Quelle est ta réaction à cette histoire? Vient-elle te perturber autant que moi? Vois-tu des solutions à ce genre de situation?

Qu’aurais-tu fait si tu te trouvais parmi les élèves témoins de ces actes de violence? Si tu faisais partie de la direction de cette école? Si tu étais Phoebe?

À lire aussi:

Harcèlement en ligne: Que faire?

Est-ce possible de pardonner de tels offenseurs?

Dialogue privé par courriel

Lien externe: prévention du suicide

Print


Une réponse à “Cruauté mortelle”

Afficher vos commentaires