Suivre l’Invisible

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Parfois, lorsque je dis aux gens que j’ai décidé de suivre Jésus, ils me regardent, consternés, en disant : «Mais, je te croyais intelligente!», comme si je venais de leur dire que je croyais au Père Noël ou à la Fée des dents.

Beaucoup de gens ne font pas de distinction entre croire à un personnage fictif et croire en un être invisible. Pour eux, tout ce qui ne se capte pas par nos cinq sens n’existe pas.

Je comprends la difficulté. Je me suis moi-même posé la question à de multiples reprises…

Comment savoir si Dieu, tel que je le comprends, existe vraiment? Comment savoir si je suis en train de le suivre ou de suivre un être qui n’est que le fruit de l’imagination?

soleil couchantVoilà près d'un mois que je n'ai rien écrit sur ce blogue, car j'ai eu deux réactions allergiques assez sévères ce dernier mois, et le repos s'imposait. Nous avons vécu un Noël et un Jour de l'An tranquille, en famille, à la maison. Pas de voyage, peu d'activités. J'étais épuisée.

Aujourd'hui, j'ai l'impression que je commence une grippe... C'est encourageant, hein?

Je me rends compte que lorsque mon corps souffre beaucoup, j'ai de la difficulté à me concentrer, à lire et à prier. Comment servir Dieu alors que je me trouve dans cet état?

C'est la question que je me posais ce matin, en priant Colossiens 1.9-11 :

Aussi, depuis le jour où nous avons entendu parler de vous, nous aussi, nous ne cessons de prier Dieu pour vous. Nous lui demandons qu'il vous fasse connaître pleinement sa volonté, en vous donnant, par le Saint-Esprit, une entière sagesse et un parfait discernement. Ainsi vous pourrez avoir une conduite digne du Seigneur et qui lui plaise à tous égards. Car vous porterez comme fruit toutes sortes d'œuvres bonnes et vous ferez des progrès dans la connaissance de Dieu. Dieu vous fortifiera pleinement à la mesure de sa puissance glorieuse, pour que vous puissiez tout supporter et persévérer jusqu'au bout --- et cela avec joie.



Il y a un peu plus d'une semaine, nous lisions Colossiens dans notre groupe maison, à voix haute, ensemble, d'un trait. Lorsque nous sommes arrivés au dernier verset de cette lettre, les larmes me sont venues aux yeux.

Moi, Paul, je vous adresse mes salutations en les écrivant de ma propre main. Ne m'oubliez pas alors que je suis en prison. Que la grâce de Dieu soit avec vous.



Cette lettre qui encourage et fortifie les chrétiens depuis près de 2000 ans, Paul l'a écrite alors qu'il était en prison. Alors qu'il souffrait. Alors qu'il se trouvait limité dans son corps, enchaîné. Paul a persisté à marcher avec Dieu, peu importe les circonstances de sa vie. Il a prié; il a écrit. Il a aimé une église qu'il n'avait jamais visité.

Il a fait ce qu'il pouvait faire, compte tenu de ses limitations.

Faire ce que je peux faire, compte tenu de mes limitations : c'est ce que Dieu m'enseigne dans ces périodes de faiblesse et de maladie. Parfois, j'ai l'impression que c'est très peu... mais est-ce vraiment le cas?

Peut-être Paul pensait-il que prier et écrire en prison, c'était aussi très peu? Peut-être désirait-il sortir de prison pour reprendre ses voyages missionnaires, son « vrai travail »? Ou peut-être avait-il compris que toutes ses circonstances étaient dirigées par Dieu et que Dieu pouvait l'utiliser autant dans cette situation limitée que lorsqu'il se trouvait en pleine liberté?

Aujourd'hui, nous savons que ce qu'il a écrit en prison a eu un impact plus vaste que tout ce qu'il a accompli en personne pendant ses voyages. Dieu savait ce qu'il faisait en le laissant en prison.

Dieu sait ce qu'il fait en me laissant passer par ces moments de faiblesse.

L'important, pour moi, aujourd'hui, c'est de faire ce que Dieu veut, qu'il s'agisse de peu ou de beaucoup.

L'important, c'est de tout supporter, et de persévérer jusqu'au bout... avec joie.

L'important, c'est de comprendre que parfois, la bonne oeuvre que Dieu a préparée pour moi, c'est le repos, en sa présence, à l'écoute de sa voix...

C’est une question à laquelle plusieurs se sont attaquées au fil des ans, mais personne n’a offert de meilleure réponse que Dieu lui-même.

Il a résolu le problème en choisissant librement de se rendre visible. Il s’est incarné.

C’est vrai qu’il n’a vécu parmi nous que pendant quelques années.

C’est vrai que pour découvrir ce qu’il a fait et dit pendant ces années, nous devons nous fier aux écrits des gens qui l’ont vu et entendu et touché et côtoyé.

Mais nous devons nous fier aux documents laissés par des témoins oculaires pour toute personne qui a vécu dans l’histoire… Combien d’entre nous doutons de l’existence de César, de Charlemagne ou de Napoléon du simple fait qu’ils ont vécu dans le passé plutôt qu’aujourd’hui?

Oui, nous devons nous fier à l’honnêteté des témoins. Mais avons-nous une raison valide pour douter de l’intégrité des disciples de Jésus?

Je crois que c’est plutôt le contraire. Tout nous porte à croire que leur vie aurait été meilleure s’ils n’avaient pas proclamé le message de Jésus. Après tout, cela ne leur a valu que la persécution, la pauvreté, le danger et la mort…

Mais, nous n’avons pas simplement à nous fier aux documents qu’ils nous ont laissés. Dieu nous offre bien plus que cela.

Jésus a dit quelque chose d’extraordinaire pendant son séjour parmi nous. Il nous a dit qu’il a vécu parmi nous en tant que Dieu fait homme, mais que son Esprit, l’Esprit de Dieu, viendrait habiter en nous, si nous voulions bien l’accueillir.

C’est cette combinaison, les écrits historiques de la vie de Jésus et la présence de l’Esprit de Jésus en nous, qui nous permet de suivre l’Invisible, devenu tangible.

Tout comme Jésus est venu donner la vue aux aveugles et l’ouïe aux sourds, il est venu nous rendre capables de capter la voix et le cœur de Dieu en redonnant vie à notre esprit.

Dieu n’est pas demeuré invisible. Contrairement au Père Noël et à la Fée des dents (qui ne sont que des êtres fictifs), il s’est manifesté ouvertement aux yeux de tous en la personne de son Fils, et offre aujourd’hui de se manifester puissamment en tous ceux qui veulent bien l’accueillir.

Il ne pourrait pas en faire plus pour nous aider à le connaître.

C’est ainsi que Jean, un des amis de Jésus, présente la Bonne Nouvelle, et cela, dès le premier chapitre de son récit de la vie de Jésus

Print


Tags: , , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...