Le mal des mots

Auteur : Anne-Marie Montgomery

« La chose la plus importante en communication, c’est d’entendre ce qui n’est pas dit. »  Peter Drucker

Avez-vous déjà noté à quel point la communication peut s’avérer complexe?

Cette semaine, en réfléchissant à une petite discussion que j’ai eue sur Facebook avec deux personnes athées, j’ai constaté à quel point il m’est facile de mal communiquer.

Nous avions commencé à parler tout simplement, par bribes, de vérité, de foi, et de Dieu. Tranquillement, au fil des messages, j’ai constaté que nous donnions des définitions très différentes à ces termes, et que plus nous nous parlions, moins nous nous comprenions. Très rapidement, la conversation a cessé d’être un dialogue pour devenir plutôt une série de monologues.

« T’as pas honte?! »

Cette phrase condamnatrice ne nous a-t-elle pas tous flagellés à un moment ou autre? Ne luttons-nous pas tous contre la honte, ce sentiment désagréable de ne pas être à la hauteur des attentes d’autrui, ou même de nos propres attentes à notre sujet?

La honte se trouverait-elle à la racine de tout manque d’estime de soi?

Tant de choses peuvent devenir sources de honte : un acte destructif que nous regrettons profondément; notre victimisation aux mains des autres; une maladie quelconque; un échec cuisant; une faiblesse ou un manquement dont nous aimerions tant nous trouver délivrés…

Il me semble que la honte prend de plus en plus d'ampleur dans notre société depuis qu’Internet existe. Aujourd’hui, n’importe qui peut afficher nos moindres défauts et méfaits en ligne, aux yeux du monde entier. Et cela peut avoir des effets dévastateurs.

Nous n’avons qu’à songer à toutes ses personnes qui se suicident parce que quelqu’un a affiché en ligne une photo ou un vidéoclip qui leur faisait honte, au point qu’elles ont préféré mettre un terme à leur vie plutôt que de vivre, marginalisées.

« T’as pas honte? » N’est-ce pas le message subliminal de toute annonce publicitaire? « T’as pas honte de faire de l’embonpoint? T’as pas honte de tes vêtements, de tes dents, de tes cheveux, de ta peau, de ta forme physique? T’as pas honte de ta voiture, de ta maison, de tes meubles? T’as pas honte? »

Oui, notre société nous motive par la honte, et ce, constamment. Et cela peut nous anéantir.

Est-ce possible d'être délivrés de cette honte qui nous hante?

La semaine dernière, j’ai regardé un film qui m’a invité à réfléchir à cette question. Il s’agit du film Magdalène, l’histoire de Jésus telle que racontée par Marie de Magdala. Nous y découvrons comment Jésus l’a délivreé de la honte, et comment il peut nous en délivrer aussi. Je vous invite donc à prendre le temps de regarder ce film , en notant surtout la compassion et l'amour étonnants de Jésus pour les personnes les plus marginalisées et seules de son époque…

En voici un clip :

 


Est-ce là la solution à la honte? L’expérience d’une compassion et d’un amour parfaits que nous manifestons alors à notre tour?

Qu’en dites vous?

Voir aussi une étude en ligne:

Libérés de la honte

 

Je ne réfléchis pas toujours au fait que le sens que j’accorde à un mot peut différer beaucoup du sens qu’une autre personne lui accorde.

Prenons le mot Dieu comme exemple. Pour moi, Dieu est un être infini et éternel qui nous aime et qui s’est révélé clairement à nous par la création, notre conscience, sa Parole, son Fils et son Esprit. Il est le Dieu qui vient habiter en nous, qui vient unir sa vie à la nôtre pour que nous puissions le connaître vraiment, comme un enfant connaît son Père. Il existe.

Mais pour ces deux athées, Dieu était un être fictif créé par des hommes qui cherchaient à dominer les autres. Dieu, ce n’était que des dogmes, des lois et des rites tout humains. Dieu n’existait pas.

Donc, lorsque je parlais de Dieu, cela évoquait chez eux une idée très différente de celle que je voulais communiquer. Et cela provoquait aussi des sentiments que je ne voulais point provoquer.

J’ai constaté, trop tard, que bien que nous parlions tous français, lorsque cela venait à Dieu, nous n’avions aucun langage commun.

Cela m’a rappelé un principe de communication que j’avais négligé pendant cette discussion : je n’avais pas pris le temps de découvrir le sens qu’ils accordaient aux mots que j’utilisais.

J’aimerais revoir cette discussion avec eux, prendre le temps de découvrir à fond leur pensée et leur présenter beaucoup plus clairement la mienne. J’espère que ce sera possible, car, à mon avis, il n’y a pas de dialogue plus important qu’un vrai dialogue sur la vérité, la foi et Dieu.

À lire : Apprendre à communiquer

Print


Tags: , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...