La promesse

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Avez-vous déjà noté combien il nous est facile de ne faire aucun cas de tout ce que nous possédons, pour mettre plutôt l’accent sur ce que nous ne possédons pas? Peut-être avez-vous déjà noté cette tendance chez les enfants qui jouent ensemble? Ils peuvent se trouver entourés de jouets, mais ils veulent presque toujours celui qui se trouve dans la main de leur camarade.

Il semblerait que c’est là une tendance qui date de très loin. Nous la trouvons décrite dans la première histoire que Dieu raconte dans la Bible : l’histoire d’Adam et Ève.

Connaissez-vous l’histoire? Dieu vient de préparer un merveilleux habitat pour le premier couple humain. Il les place au beau milieu d’un jardin de délices où tous leurs besoins sont pleinement satisfaits. Ils vivent en harmonie avec Dieu, entre eux, et avec la nature tout entière. C’est le paradis sur terre!

Dernièrement, je constate de nouveau qu’il y a une chose qu’il est en mon pouvoir de faire qui influence la qualité de ma vie plus que toute autre chose. Chaque jour, je peux choisir les pensées que je vais entretenir.

Ce n’est pas là un nouveau principe. Il y a près de 2000 ans, un de mes auteurs préférés, Paul, a dit ceci : « Enfin, frères, nourrissez vos pensées de tout ce qui est vrai, noble, juste, pur, digne d'amour ou d'approbation, de tout ce qui mérite respect et louange.[i] » Ailleurs, ce même auteur dit ceci : « Et nous tous qui, le visage découvert, contemplons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l'éclat ne cesse de grandir. C'est là l'œuvre du Seigneur, c'est-à-dire de l'Esprit.[ii] »

Existe-t-il un être plus vrai, noble, juste, pur, digne d’amour et d’approbation, digne de respect et de louange que Dieu? Pouvons-nous trouver une personne plus parfaite que Jésus à contempler?

Jésus nous dit qu’il est venu faire de nous de nouvelles personnes capables de refléter de nouveau l’image de Dieu. Ici, Paul nous dit que c’est en contemplant Jésus dans toute sa gloire que nous devenons de plus en plus comme lui, par l’œuvre de son Esprit.

Cet été, j’ai voulu apprendre à tourner mes pensées plus constamment vers Jésus.

 Pour m’aider à faire cela, j’ai consacré plus de temps à la lecture, l’étude et la méditation de sa Parole dans le but précis de fixer mes yeux sur Jésus,  en invitant l’Esprit à me parler et à me changer.

Je ne saurais vous décrire toute la joie que j’ai trouvée et que je continue à trouver à réfléchir longuement à l’amour infini de Jésus pour moi, à sa présence puissante en moi et à la destinée inouïe qui m’attend dans l’éternité grâce à lui.

Je veux continuer de me nourrir longuement de sa Parole et de son Esprit. Je veux continuer de garder les yeux fixés sur lui et de l’inviter à m’accompagner tout au long de ma journée.

Aimeriez-vous aussi le faire? Il vous attend.

Cet été, une foule de personnes se sont tenues dehors pendant des heures dans l’espoir de voir le Prince William, Kate et leur bébé, ne serait-ce que pour quelques minutes. Lorsque cela vient à notre Roi, nous n’avons pas à nous contenter de quelques instants en sa présence. Il nous invite à nous approcher avec confiance de son trône de grâce[iii], de nous asseoir avec lui dans les lieux célestes[iv] pour le connaître de plus en plus profondément, chaque jour de notre vie.

À lire aussi :

La méditation biblique

La prière, un dialogue permanent avec Dieu










Dieu est comme un père pour eux. Il leur donne la vie, offre la femme en mariage à l’homme, leur enseigne un métier, entretient une relation étroite avec eux et les responsabilise en leur donnant un règlement à suivre : une seule et unique loi.

Imaginez vivre une telle liberté : n’avoir qu’une seule loi à suivre! Comparez cela à notre réalité : combien de lois devons-nous suivre aujourd’hui? Des milliers! Et nos dirigeants continuent à en ajouter, d’année en année!

Mais Dieu ne leur donne qu’un seul commandement, pour qu’ils puissent choisir librement son règne plutôt que de se le voir imposé.

Et voilà que tout à coup, un personnage mystérieux s’infiltre dans l’histoire, sans explication: un serpent sans nom vient s’interposer entre les humains et Dieu. Adam et Ève ne le connaissent pas, ce serpent qui ne leur offre rien du tout. Et pourtant, lorsque celui-ci les invite à refuser le règne de Dieu, ils choisissent tous les deux de l’écouter. Ils décident de faire confiance au serpent inconnu plutôt qu’au Créateur, et enfreignent la seule loi que le Créateur leur avait donnée. C’est comme s’ils étaient devenus aveugles à tout le bien que Dieu leur avait fait pour ne voir que ce mal auquel ils voulaient maintenant goûter.

Si nous lisons cette histoire pour la première fois, la terreur nous saisit à ce point dans le récit, car nous savons que Dieu avait averti Adam et Ève qu’ils mourraient le jour où ils en mangeraient…

Mais Dieu nous surprend. Il ne les anéantit pas lorsqu’il se présente devant eux en juge. Certes, il y a des conséquences terribles à leur refus de son règne, mais au beau milieu de ce jugement, Dieu leur donne une promesse… Une grande promesse, qui sert en même temps d’avertissement au serpent :

« Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. »

 

Un jour un enfant vainqueur naîtra d’une femme et mettra fin au règne du mal…

Le mal vient tout juste de faire son entrée, et déjà, Dieu donne la promesse d’une solution.

Texte biblique : Genèse 2 et 3

Print


Tags: , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Jésus est-il réellement mort sur la croix?

Voir résultats

Loading ... Loading ...