La promesse

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Avez-vous déjà noté combien il nous est facile de ne faire aucun cas de tout ce que nous possédons, pour mettre plutôt l’accent sur ce que nous ne possédons pas? Peut-être avez-vous déjà noté cette tendance chez les enfants qui jouent ensemble? Ils peuvent se trouver entourés de jouets, mais ils veulent presque toujours celui qui se trouve dans la main de leur camarade.

Il semblerait que c’est là une tendance qui date de très loin. Nous la trouvons décrite dans la première histoire que Dieu raconte dans la Bible : l’histoire d’Adam et Ève.

Connaissez-vous l’histoire? Dieu vient de préparer un merveilleux habitat pour le premier couple humain. Il les place au beau milieu d’un jardin de délices où tous leurs besoins sont pleinement satisfaits. Ils vivent en harmonie avec Dieu, entre eux, et avec la nature tout entière. C’est le paradis sur terre!

Nous avons reçu l’invitation au moins trois semaines avant l’événement. Notre député invitait la population à une épluchette de maïs. Mon mari et moi voulions vraiment y assister, si seulement pour remercier notre député pour son travail assidu. Nous avons donc mis l’invitation sur une tablette, en nous disant qu’il ne fallait pas manquer ça!

Ce n’est que le matin après l’événement que nous avons constaté que nous l’avions complètement oublié.

Cela se comprenait : la veille de l’événement, je me suis rendue à l’urgence de l'hôpital avec une de mes filles, qui s’était blessée aux deux chevilles, et ce n’est que 16 heures plus tard, vers 15 h, que nous sommes retournées chez nous…

Évidemment, j’étais tout simplement trop épuisée pour penser à une épluchette de maïs!

Mon mari, pour sa part, avait aussi oublié l’événement du fait que son horaire était terriblement chargé cette journée-là…

Et c’est ainsi que, malgré nos bonnes intentions, nous avons raté cette fête à laquelle nous aurions voulu participer.

Dieu comprend notre tendance à ne pas répondre aux invitations qui nous sont lancées.

Il nous tend à tous la plus belle invitation possible : Venez vivre avec moi pour l’éternité!

Et, il sait bien que pour toutes sortes de raisons que nous jugeons bonnes, nous pouvons mettre l’invitation sur la tablette, en nous disant : « J’y répondrai… plus tard. »

C’est pour cela que Dieu nous invite à ne pas tarder à répondre à son invitation. Il dit : « Au temps favorable je t'ai exaucé, Au jour du salut je t'ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut. » Et encore : « Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas vos cœurs… »

L’invitation est lancée; Dieu attend notre réponse. Pour y dire oui, il suffit de faire le choix contraire de celui d’Adam et Ève.



























Le choix d’Adam et Ève Le choix offert par Jésus
ils ont douté de l’amour et de la bonté de Dieu se fier à l’amour et à la bonté de Dieu, tels que manifestés par Jésus-Christ
ils se sont détournés de la volonté de Dieu pour suivre la voix de Satan, qui introduit le péché dans le monde se retourner vers Dieu pour suivre Jésus, en reconnaissant en lui celui qui enlève le péché du monde en payant lui-même notre dette sur la croix
ils ont ainsi refusé le règne de Dieu, et c'est ainsi que le péché, la condamnation et la mort ont atteint tous les êtres humains accueillir le règne de Dieu pour devenir citoyens du Royaume parfait et éternel de Dieu en reconnaissant Jésus comme Maître
ils ont choisi la séparation d’avec Dieu qui résulte du péché choisir l’union avec Dieu en accueillant son Esprit en nous
ils ont vu l’image de Dieu en eux corrompu par le péché voir l’image de Dieu en nous restaurée par l’Esprit

Ce retour vers Dieu, ce pas de foi, s’exprime en lui parlant honnêtement, du fond du cœur. Vous pourriez exprimer cette décision ainsi :

Père,

Comme Adam et Ève, j’ai refusé par le passé de me soumettre à ton règne parfait et bienveillant. J’ai désobéi à ta volonté à de multiples reprises, méritant ainsi la mort, loin de ta face. Mais, dans ton grand amour, tu m’invites plutôt à accueillir ton don gratuit de pardon et de vie éternelle, et aujourd’hui, j’accepte de plein cœur ton invitation à revenir à toi pour être secouru. Merci Jésus, d’être venu parmi nous nous révéler l’amour et la bonté de ton Père. Merci pour ta mort à la croix pour moi, cette preuve ultime de ton amour, cette mort qui a payé la dette entière de mon péché. Merci pour la vie éternelle et la réconciliation que tu as ainsi rendues possibles pour moi. Viens m’habiter par ton Esprit pour faire de moi la personne que tu veux que je sois. Merci pour cette invitation à vivre éternellement avec toi, et merci d’avoir tout fait pour rendre cela possible.

 

Si vous avez ainsi décidé de vous confier à Jésus pour le suivre, je vous invite à me le laisser savoir en cliquant sur le bouton « Oui! » pour que je puisse m’en réjouir avec vous!

Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur...

(versets cités dans ce blogue : 2 Corinthiens 6.2 et Hébreux 3.7-8)

Dieu est comme un père pour eux. Il leur donne la vie, offre la femme en mariage à l’homme, leur enseigne un métier, entretient une relation étroite avec eux et les responsabilise en leur donnant un règlement à suivre : une seule et unique loi.

Imaginez vivre une telle liberté : n’avoir qu’une seule loi à suivre! Comparez cela à notre réalité : combien de lois devons-nous suivre aujourd’hui? Des milliers! Et nos dirigeants continuent à en ajouter, d’année en année!

Mais Dieu ne leur donne qu’un seul commandement, pour qu’ils puissent choisir librement son règne plutôt que de se le voir imposé.

Et voilà que tout à coup, un personnage mystérieux s’infiltre dans l’histoire, sans explication: un serpent sans nom vient s’interposer entre les humains et Dieu. Adam et Ève ne le connaissent pas, ce serpent qui ne leur offre rien du tout. Et pourtant, lorsque celui-ci les invite à refuser le règne de Dieu, ils choisissent tous les deux de l’écouter. Ils décident de faire confiance au serpent inconnu plutôt qu’au Créateur, et enfreignent la seule loi que le Créateur leur avait donnée. C’est comme s’ils étaient devenus aveugles à tout le bien que Dieu leur avait fait pour ne voir que ce mal auquel ils voulaient maintenant goûter.

Si nous lisons cette histoire pour la première fois, la terreur nous saisit à ce point dans le récit, car nous savons que Dieu avait averti Adam et Ève qu’ils mourraient le jour où ils en mangeraient…

Mais Dieu nous surprend. Il ne les anéantit pas lorsqu’il se présente devant eux en juge. Certes, il y a des conséquences terribles à leur refus de son règne, mais au beau milieu de ce jugement, Dieu leur donne une promesse… Une grande promesse, qui sert en même temps d’avertissement au serpent :

« Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. »

 

Un jour un enfant vainqueur naîtra d’une femme et mettra fin au règne du mal…

Le mal vient tout juste de faire son entrée, et déjà, Dieu donne la promesse d’une solution.

Texte biblique : Genèse 2 et 3

Print


Tags: , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...