Le plaisir

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Quelqu’un m’a posé cette question récemment : « Si Dieu ne veut pas que l’on fasse certaines choses, pourquoi alors trouvons-nous tant de plaisir à les faire? »

C’est une bonne question, n’est-ce pas?

La première chose qu’il faut comprendre, c’est que Dieu n’est pas contre tout plaisir : il nous a créés avec la capacité de ressentir un plaisir intense, presque enivrant. Nous pouvons savourer la nourriture, nous exclamer devant la beauté qui nous entoure, jouir de relations conjugales d’une beauté indescriptible, nous extasier devant une musique sublime, nous entourer d’arômes exquis, nous envelopper de textures douces…

Oui, Dieu a créé un monde riche en plaisirs légitimes… toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières

Dieu est là. Voulez-vous le connaître?

Des questions au sujet de Dieu? Écrire à un mentor
(Jacques 1.17).

Mais le mal, en entrant dans ce monde, pervertit et détruit ce qui est bon.

Car qu’est-ce que le mal, sinon la perversion du bien?

En effet, dans la Bible, un des mots pour péché a comme définition « ce qui manque au but ».

Dieu nous a créés de telle façon à ce que nous ressentions du plaisir chaque fois qu’un besoin est assouvi. Mais la façon que nous choisissons d’y satisfaire peut dévier de la façon que Dieu a pourvue pour y satisfaire. Dieu nous révèle clairement dans ses commandements les façons légitimes et les façons illégitimes d’y satisfaire.

Lorsque nous choisissons de satisfaire à un besoin de façon illégitime, nous y trouverons tout de même un certain plaisir. Cependant, puisque nous cherchons à combler ce désir d’une façon qui manque aux buts de Dieu, des éléments destructifs viennent s’y ajouter. Par exemple, nous trouvons tous beaucoup de plaisir à manger. Lorsque nous nous alimentons, nous répondons au besoin de donner à notre corps tout ce qu’il lui faut pour bien fonctionner, et Dieu nous a créés avec la capacité d’en retirer plaisir pour faire de cette tâche essentielle une joie. Mais, si nous pervertissons ce plaisir en devenant gloutons, cela aura des effets négatifs qu’une saine alimentation n’a pas. Il en va de même pour tout péché : le plaisir qu’il nous procure est entremêlé de souffrances dont Dieu voudrait bien nous protéger.

Nous sommes si lents à comprendre que Dieu est bon, et que tout commandement qu’il nous donne est pour notre bien. Jésus le dit ainsi : « Le voleur vient seulement pour voler, pour tuer et pour détruire. Moi, je suis venu afin que les hommes aient la vie, une vie abondante. »

Le péché nous offre un certain plaisir, mais il finit toujours par nous détruire : c’est pour cela que Jésus est venu nous en libérer à un si grand prix.

À lire aussi: Mange, prie, aime, un peu mieux

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires