En avent, avec Jésus: Jour 12

Auteur: Anne-Marie Montgomery

En Jean 6.1-15, nous trouvons la description d’un pique-nique inattendu, un autre signe qui aide le peuple d’Israël à découvrir l’identité de Jésus.

Jésus,

Une foule te suit maintenant, une grande foule. La nouvelle de tous tes miracles s’est répandue, et les gens viennent à toi de partout : certains par curiosité, beaucoup par besoin.

Jean mentionne la Pâque, qui nous rappelle la libération du peuple juif sous Moïse. À Sinaï, Moïse, et parfois les anciens aussi, montait dans la montagne à la rencontre de Yahweh.

Et comme Yahweh a pourvu la nourriture pour cette foule dans le désert, tu pourvois en ce jour-là pour la foule venue à ta rencontre.

Jean mentionne que tu fais assoir tout le monde sur de l’herbe… Serait-ce une allusion subtile au Psaume 23.1-3? « L’Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom. »

Le texte mentionne aussi le fait que quelqu’un t’apporte des pains d’orge… Serait-ce là une allusion à une autre multiplication des pains, qui a eu lieu à l’époque d’Élisée, mais de façon bien moins éclatante?

« À cette époque, un homme vint de Baal-Chalicha. Il apporta des vivres à l’homme de Dieu : vingt pains d’orge et de blé nouveau dans son sac, comme premiers produits de la nouvelle récolte. Élisée dit à son serviteur : “Partage ces vivres entre tout le monde et qu’ils mangent.”  Celui-ci répondit : “Comment pourrais-je nourrir cent personnes avec cela?”
Mais Élisée répéta : “Partage ces vivres entre tous et qu’ils mangent, car l’Éternel déclare : ‘Chacun mangera à sa faim, et il y aura même des restes.’” Le serviteur distribua les pains à tout le monde, ils mangèrent, et il y eut effectivement des restes, comme l’Éternel l’avait annoncé. » (2 Rois 4.42-44)

Par cette multiplication des pains, tu montres de nouveau à tous que c’est Dieu qui t’envoie, tout comme il a envoyé Moïse, tout comme il a envoyé Élisée.

Le peuple le comprend. Il s’écrie : « Pas de doute : cet homme est vraiment le Prophète qui devait venir dans le monde. »

Assuré que tu es le Messie, il veut te couronner roi. Mais ce n’est pas un royaume terrestre que tu es venu établir… Tu n’es pas venu établir le royaume d’Israël, mais le Royaume de Dieu… et donc, tu te retires dans la montagne…

Tu ne cherches pas l’honneur qui vient des hommes, mais celle qui vient de ton Père.

Jésus, tu t’es manifesté clairement au peuple d’Israël, en faisant appel constamment aux Écritures. Ce texte ne nous montre pas seulement que tu peux pourvoir à tous nos besoins, que tu peux multiplier les ressources que nous t’offrons. Il nous montre aussi que tu es le Bon Berger, tu es le Prophète comme Moïse, tu es Celui qui a l’Esprit sans mesure.

Merci pour les multiples façons que tu as confirmé ton identité. Merci pour les Écritures juives qui viennent confirmer la vérité de tes Paroles et le sens profond de tes miracles. Merci!

suivant>

Index

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires