En avent, avec Jésus : Jour 13

Auteur: Anne-Marie Montgomery

En Jean 7.37-53, Jésus déclare ouvertement devant tout le peuple qu’il est venu nous donner une vie abondante. Il est venu rendre cela possible pour nous de recevoir son Esprit en nous.

Jésus,

C’est l’automne. Voilà sept jours que tout le peuple vit dans des cabanes pour commémorer le séjour du peuple dans le désert, sous Moïse. C’est maintenant le dernier jour de la fête, le jour où le peuple célèbre ta provision d’eau dans le désert. C’est le jour où le peuple te confie leur besoin d’eau pour l’année qui vient.

Dans cette foule, il y a des gens qui croient en toi, mais il y a aussi des gens qui veulent te supprimer. Cette menace qui plombe sur toi ne t’empêche pas de te tenir debout, devant tous, pour crier une promesse étonnante :

« Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et que celui qui croit en moi boive. Car, comme le dit l’Écriture, des fleuves d’eau vive jailliront de lui. »

Tous t’entendent clairement dire que tu es la Source d’eau vive! Serait-ce une allusion à la prophétie d’Ézékiel, qui parle de la source d’eau débordante qui sort du temple (car en Jean 2, nous avons découvert que tu es le Temple de Dieu)?

Oui, Jésus, tu nous le promets : si nous avons soif, nous pouvons venir à toi, et boire.

Tu es celui qui pourvoit tout ce qu’il nous faut pour vivre.

Tu es celui qui a pourvu l’eau d’une roche dans le désert pour désaltérer ton peuple, tout comme tu as pourvu la manne pour satisfaire à leur faim. Tout cela, tu l’as pourvu en cadeau, gracieusement, malgré leur incrédulité et leur révolte si fréquentes.

Tu es celui qui pourvoit pour chacun de nous tout ce qu’il nous faut pour vivre. Nous vivons dans un monde qui abonde en eau et en nourriture. Le problème de faim et de soif en ce monde est un problème de distribution de biens, et non de provision de biens. Si certains meurent de faim et de soif, ce n’est pas parce que tu n’as pas assez pourvu, mais parce que nous, les hommes, cherchons à profiter de ce que tu nous as donné, même aux dépens de la vie de nos voisins.

Tu nous as créés comme êtres dépendants. Je connais chaque jour de ma vie la faim et la soif. Ce sont là des signes que mon corps me donne pour m’indiquer mon besoin de m’alimenter, de me désaltérer. Je sais quand j’ai assez bu et mangé, du fait que ma faim et ma soif se trouvent alors apaisées.

Tout comme mon corps a besoin de pain et d’eau, dons de ta main, mon âme a besoin de ton Esprit, Esprit que tu donnes à tous ceux qui t’accueillent.  Avant d’accueillir ton Esprit, je me sentais si vide à l’intérieur, si seule. Mais lorsque je t’ai invité à prendre ta place de Roi en moi, quelle transformation! Mon cœur débordait de joie! Tu venais de me remplir d’eau vive, pour la première fois de ma vie! Ce n’est qu’en voyant cette faim et cette soif insoupçonnées soulagées par ta présence en moi que j’ai constaté l’ampleur de mon manque!

Jésus, j’ai besoin de toi pour vivre. Tout comme j’ai besoin d’eau et de nourriture chaque jour pour préserver ma force et ma santé, j’ai besoin chaque jour de m’alimenter à cette source spirituelle qui m’habite, à puiser en ton Esprit la force et la vie pour mon âme. Mon âme a constamment besoin de s’alimenter en venant à toi, en dépendant de toi, en marchant en communion avec toi…

Jésus,

Merci pour ta présence constante en moi, qui comble les besoins de mon âme. Merci pour ton amour, ta joie, ta paix, ta bonté, ta fidélité, ta bienveillance, ta douceur, ta sagesse. Tu m’as fait pour toi, et mon âme demeure sans repos jusqu’à ce qu’elle se repose en toi!

Nourris-moi de ta Parole et de ton Esprit aujourd’hui.

« Comme une biche soupire après des courants d’eau, Ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant! » (Psaume 42. 1-3)

suivant>

Index

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires