En avent, avec Jésus: Jour 26

Auteur: Anne-Marie Montgomery

En Jean 11.17-44, nous trouvons le compte-rendu d’un deuil plus court que d’habitude, mais très réel…

Jésus,

Tu arrives à Béthanie quatre jours après l’ensevelissement de Lazare. Beaucoup des habitants de Jérusalem connaissent cette famille. La maison est comble.

La nouvelle arrive aux oreilles de Marthe : Jésus est là! Même si c’est quatre jours trop tard…

Marthe va à ta rencontre. Le fait qu’elle est amie avec toi se voit à la franchise de ses paroles : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Sa sœur reprendra ce même refrain un peu plus tard… mais Marthe ne s’arrête pas la : « Mais je sais que maintenant encore, tout ce que tu demanderas à Dieu, il te l’accordera. »

Qui est Jésus? Le connaissez-vous?

Des questions? Parlez-nous-en!

Marthe est la sœur logique. Tu as promis que cette maladie n’aboutira pas à la mort. Elle a décidé de te croire. Pour elle, la solution est simple : tu parlais de la résurrection des morts au dernier jour! Oui, elle sait qu’un jour, son frère Lazare ressuscitera.

Avec elle, tu parles de vie éternelle, de la résurrection de tous les morts. Pour elle, cette promesse d’un espoir futur suffit. Elle ne doute point que tu es le Messie, le Fils de Dieu qui devait venir dans le monde. Tu lui as brisé le cœur par ton absence, par ton retard, mais elle te fait tout de même confiance.

Et puis, il y a Marie.

Marthe va la voir pour lui parler en privé et lui dire que tu es là et que tu demandes de la voir.

Marthe est allée vers toi, probablement en marchant. Mais Marie a couru vers toi, en se levant brusquement. Et une foule la suit.

Marthe est la sœur logique : Marie est la sœur sentimentale.

Elle pleure. Elle se jette à tes pieds avec des paroles de désarroi : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Elle ne voit que le moment présent. Elle ne ressent que la souffrance provoquée par ce moment de deuil et de déception.

Jésus, qu’as-tu ressenti à ces paroles?

Tu pleures, avec Marie.

Jésus,

Tu sais que le deuil frappe chacun de nous d’une façon unique. Marthe avait besoin d’une confirmation de la résurrection, et donc, c’est de cela que tu parles avec elle. Marie avait besoin de pleurer à tes pieds, sans rien dire; et donc, tu pleures avec elle. Tu partages son deuil, tout comme tu as partagé le deuil de Marthe, tout comme tu partages le deuil de chacun de tes enfants. Tu réponds à nos questions; tu affermis notre foi. Tu partages nos pleurs et nos silences; tu nous confirmes ton amour. Merci d’être notre Consolateur!

En te voyant vivre le deuil, les gens se posent la question que nous nous posons tous : « Il a bien rendu la vue à l’aveugle, n’aurait-il pas pu empêcher que Lazare meure? »

Jésus, c’est notre question chaque fois que nous ne voyons pas le miracle espéré, la guérison désirée.

Tu aurais pu l’empêcher. Tu aurais pu agir…

Tu vas agir…

Tu demandes qu’on roule la pierre. Marthe croit que tu ignores le fait que Lazare est déjà en train de pourrir. Mais tu la rassures. Et là, devant la foule, tu cries d’une voix forte, assurée de ce qui va se passer, parce que ton Père t’exauce toujours : « Lazare, sors de là! »

Et Lazare sort de sa tombe après quatre jours, guéri! Dieu est glorifié!

Qui aurait pu imaginer une chose pareille? Ta promesse est accomplie! La maladie de Lazare n’aboutit pas à la mort, mais à une nouvelle vie!

Jésus, chacun de tes signes démontre ta puissance, mais ce miracle démontre plus que tous les autres que tu es l’Auteur de la vie, envoyé du Père, capable de donner la vie abondante et éternelle à tes brebis!

Jésus, par ce signe, tu as prouvé que la mort physique n’est pas la fin. Notre âme existe au-delà de la mort. Même si notre corps pourrit et se désintègre, tu peux nous ramener de la mort à la vie. La vie éternelle est possible, et c’est toi qui nous la donnes! Certes, nous devons attendre la résurrection des morts pour voir ta promesse pleinement accomplie, mais le retour à la vie de Lazare nous offre à tous une assurance que la vie ne se termine pas à la tombe!

En un instant, le deuil est transformé en allégresse, les pleurs en cris de joie! Tu es la Résurrection et la Vie! Merci!

suivant>

Index

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires