En avent, avec Jésus : Jour 27

Auteur: Anne-Marie Montgomery

En Jean 11.45-57, nous voyons deux réactions distinctes au retour à la vie de Lazare.

Jésus,

Personne avant toi n’avait ramené à la vie une personne morte depuis quatre jours!

Tu es le Messie! Tu es le Fils de Dieu! Tu peux donner la vie éternelle à tes brebis! La mort est réduite à l’impuissance devant toi!

Le retour à la vie de Lazare est un fait attesté par une multitude de témoins. Mais comme toujours, il y a deux réponses à ce miracle : la foi et la consternation.

Beaucoup viennent à croire en toi. Mais quelques-uns vont informer les pharisiens de ce qui s’est passé.

Et nous découvrons en lisant le compte-rendu de la rencontre du Conseil pourquoi ils se lèvent contre toi: ils craignent une révolution politique vouée à l’échec…

C’est vraiment idiot de leur part, cette crainte… Si tu voulais libérer Israël du joug romain, Rome se trouverait impuissant devant toi… Ton armée serait invincible, si tel était ton désir…Car tu peux pourvoir le pain et l’eau dans le désert, tu peux guérir de toute infirmité et de toute maladie, tu peux ramener les gens à la vie!

Non, la vraie raison pour laquelle le Conseil se lève contre toi, c’est qu’ils désirent préserver le statu quo. Ils veulent que les choses continuent comme elles sont. Ils ne veulent pas les changements que tu es en train de proposer. Ils sont très contents de leur temple rénové, de leur entente avec les Romains. Ils ne veulent voir ni l’un ni l’autre menacé. Ce qui est triste dans tout cela, c’est que leurs craintes concernant le temple et Rome se réaliseront, mais ce ne sera pas à cause d’une révolte politique que tu auras dirigé…

Le grand-prêtre prophétise à ton sujet sans le savoir. « Il est meilleur qu’un homme meure pour le peuple. »

Il ne sait pas que ta mort provoquera une révolution spirituelle inimaginable. Il ne sait pas que tu mourras, non pas seulement pour le peuple d’Israël, mais pour des gens de toute race, de toute tribu et de toute langue. Il ne sait pas que ta mort servira à « rassembler tous les enfants de Dieu dispersés à travers le monde et les réunir en un seul peuple. » Il n’y aura qu’un seul Berger, un seul troupeau… Ce ne sera plus à Jérusalem que les gens viendront adorer le Père… Ceux qui t’adorent t’adoreront en esprit et en vérité, où qu’ils soient!

Mais ton heure n’est pas encore venue. Donc, tu quittes la ville pour un temps, en sachant pleinement ce qui t’attend la prochaine fois que tu te présentes à Jérusalem.

Car tout a été prédit par les prophètes.

suivant>

Index

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires