Une semaine en quarante jours : Jour 3

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Je vous invite cordialement à vous joindre à moi chaque jour d’ici le dimanche des Rameaux pour lire le récit de la dernière semaine de la vie de Jésus, tel que raconté par Jean.

Pourquoi les dirigeants n’ont-ils pas cru en Jésus? En Jean 12.37-43, Jean nous affirme que ce n’était pas par manque de preuves…

Jésus,

En résumant le rejet de ton peuple à ton égard, Jean cite deux passages en Ésaïe : le passage qui prédit ta mort et ta résurrection, Ésaïe 53, et l’appel d’Ésaïe, en Ésaïe 6.

Qui est Jésus? Le connaissez-vous?

Des questions? Parlez-nous-en!

Ce sont là deux passages qui parlent de notre aveuglement à ton égard et du rôle de cet aveuglement dans ton plan de rédemption.

Cela ne cesse de m’étonner : ta Parole révèle si clairement ton omniscience et ton omnipotence. Tu annonces les détails de ta venue parmi nous des centaines d’années avant que cela se produise.

Aujourd’hui, avec la Bible à portée de main, nous voyons si clairement tout ce qui était prédit à ton sujet, mais ce n’était pas le cas pour les Juifs de ton époque…

Même tes disciples ne comprenaient pas ce que tu leur disais concernant ta mort et ta résurrection. Tout était voilé, non seulement à leurs yeux, mais aux yeux du peuple entier. Tu l’as dit toi-même : « Et moi, quand j’aurai été élevé au-dessus de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. » Ce n’est qu’après que tout est accompli que le monde vient à comprendre qui tu es et ce que tu as fait pour nous.

Il était nécessaire que cela se passe ainsi. Il fallait que les dirigeants te condamnent à une mort sur la croix. Cela faisait partie de ton plan éternel. Tu dirigeais tout ici… Rien ne t’a surpris, rien ne t’a pris au dépourvu.

Mais, même s’ils ne comprenaient pas tout à ton sujet, beaucoup de Juifs, et même beaucoup de dirigeants du peuple, croyaient en toi. Leur foi était incomplète, imparfaite, hésitante, mais elle était là.

Parfois, mon propre aveuglement à ton égard m’étonne tellement! Tu as accompli tant de signes miraculeux! Tu as démontré si clairement ton amour infini et parfait envers moi… Et même après tout cela, il m’arrive de craindre ta volonté, de craindre ce que cela va me coûter de te suivre, un peu comme ces dirigeants qui croyaient en toi, mais en secret, par crainte d’être exclus de la synagogue…

Ma foi elle aussi, est incomplète, imparfaite, hésitante, mais elle est là.

Seigneur, je crois… Fais croître ma foi!

suivant>

Index

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires