L’élection

Auteur : Anne-Marie Montgomery

D’ici une semaine, les citoyens canadiens iront voter pour leur député fédéral. Nous agirons par millions pour choisir les représentants qui seront responsables de la gestion de notre pays.

Je ne trouve pas cela facile de choisir un député. Les élections me demandent de réfléchir à ma vision du monde, à mes valeurs et à mes priorités. Elles m’invitent aussi à réfléchir aux qualités que je désire voir nos dirigeants manifester.

J’ai lu toutes les plateformes des partis; j’ai lu la documentation que chaque candidat m’a envoyée; j’ai suivi les débats. Maintenant, je dois me décider…

J’admire chaque personne qui se présente comme candidat, même si je ne partage pas leurs valeurs ou leur vision du monde. Nos députés travaillent de longues heures, souvent au détriment de leur santé ou de leur vie de famille. Ils sont souvent la cible de mensonges ou de critiques mal fondées. Nous entendons parler des échecs de quelques-uns, mais nous passons souvent sous silence tout le bien que d’autres accomplissent.

« T’as pas honte?! »

Cette phrase condamnatrice ne nous a-t-elle pas tous flagellés à un moment ou autre? Ne luttons-nous pas tous contre la honte, ce sentiment désagréable de ne pas être à la hauteur des attentes d’autrui, ou même de nos propres attentes à notre sujet?

La honte se trouverait-elle à la racine de tout manque d’estime de soi?

Tant de choses peuvent devenir sources de honte : un acte destructif que nous regrettons profondément; notre victimisation aux mains des autres; une maladie quelconque; un échec cuisant; une faiblesse ou un manquement dont nous aimerions tant nous trouver délivrés…

Il me semble que la honte prend de plus en plus d'ampleur dans notre société depuis qu’Internet existe. Aujourd’hui, n’importe qui peut afficher nos moindres défauts et méfaits en ligne, aux yeux du monde entier. Et cela peut avoir des effets dévastateurs.

Nous n’avons qu’à songer à toutes ses personnes qui se suicident parce que quelqu’un a affiché en ligne une photo ou un vidéoclip qui leur faisait honte, au point qu’elles ont préféré mettre un terme à leur vie plutôt que de vivre, marginalisées.

« T’as pas honte? » N’est-ce pas le message subliminal de toute annonce publicitaire? « T’as pas honte de faire de l’embonpoint? T’as pas honte de tes vêtements, de tes dents, de tes cheveux, de ta peau, de ta forme physique? T’as pas honte de ta voiture, de ta maison, de tes meubles? T’as pas honte? »

Oui, notre société nous motive par la honte, et ce, constamment. Et cela peut nous anéantir.

Est-ce possible d'être délivrés de cette honte qui nous hante?

La semaine dernière, j’ai regardé un film qui m’a invité à réfléchir à cette question. Il s’agit du film Magdalène, l’histoire de Jésus telle que racontée par Marie de Magdala. Nous y découvrons comment Jésus l’a délivreé de la honte, et comment il peut nous en délivrer aussi. Je vous invite donc à prendre le temps de regarder ce film , en notant surtout la compassion et l'amour étonnants de Jésus pour les personnes les plus marginalisées et seules de son époque…

En voici un clip :

 


Est-ce là la solution à la honte? L’expérience d’une compassion et d’un amour parfaits que nous manifestons alors à notre tour?

Qu’en dites vous?

Voir aussi une étude en ligne:

Libérés de la honte

 

C’est tout un privilège de pouvoir voter. Beaucoup de citoyens en ce monde n’y ont pas droit. D’autres donnent leur vie en ce moment dans l’espoir que leurs concitoyens pourront en jouir un jour. Je ne veux pas prendre ce privilège à la légère. C’est pour cela que je ne vote pas aveuglément, mais que je cherche plutôt à faire un choix éclairé. Ce n’est pas facile… il faut aller au-delà des astuces du marketing pour chercher les faits. Il faut savoir rejeter le mensonge pour découvrir la vérité.

C’est un peu comme ça pour toutes les grandes décisions dans la vie. Il est important d’investir le temps qu’il faut pour faire un choix aussi éclairé que possible.

À mon avis, cela devrait inclure notre cheminement spirituel. Cette semaine, à la télé, j’ai entendu un jeune dire que ce que l’on croit importe peu, en autant que l’on croie en quelque chose. Il ne voit aucun bienfait à distinguer le faux du vrai quand cela vient à la foi…

Autant je ne veux pas faire un choix aveugle ou mal informé quand cela vient à l’élection fédérale, autant je ne veux pas choisir aveuglément en quel Dieu je vais me confier.  Je crois qu’il faut prendre le temps de distinguer entre le mensonge et la vérité. Je crois qu’il faut peser les faits et faire un choix aussi éclairé que possible.

Et vous, qu’en dites-vous?

Print


Tags: ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...