Ma faiblesse

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Vous avez peut-être noté que je n’ai pas écrit de blogue la semaine dernière. J’ai pris quelques jours de congé pour me remettre d’un petit accident de rien qui prenait du temps à guérir…

Parfois, j’aimerais ignorer les contraintes que m’impose mon corps, mais je sais que cela ne fait qu’empirer mon état. Depuis des années, je souffre d’une maladie chronique; mon côté droit cesse parfois de fonctionner comme il faut. C’est ce qui s’est passé il y a trois semaines. Je suis sortie faire du vélo. Il faisait tellement beau, et je me réjouissais de pouvoir me promener ainsi autour du quartier. Mais lorsque j’ai tenté de descendre du vélo, ma jambe droite a refusé de me porter, et je suis tombée. Ma tête s’est heurtée contre un mur (heureusement, je portais un casque). Mon dos s’est écrasé contre des marches en béton.

Je sais, je sais... Ce n'est plus bien vu de souhaiter «Joyeux Noël» aux gens, au risque de les offusquer... Mais je vous le souhaite quand même!

J'adore Noël, ou, plus précisément, toute la période de l'Avent. À ce temps de l'année, mes pensées se tournent tout naturellement vers le plus grand mystère de tous les temps : la naissance du Fils de Dieu, Jésus-Christ.

Emmanuel... Dieu parmi nous... Dieu pour nous... Dieu avec nous.

En Jésus, je vois l'incarnation de l'amour de Dieu, de la miséricorde de Dieu, de la compassion de Dieu, de la patience de Dieu, de la sainteté de Dieu, de la justice de Dieu, de la puissance de Dieu... du salut offert par Dieu.

Jamais je ne me lasserai d'entendre son histoire... Jamais!

Et vous? Que célébrez-vous ce Noël? Qui célébrez-vous? Qui est Jésus, pour vous?

Si vous ne savez que répondre, je vous invite à faire ces études bibliques entourant sa naissance en ce monde :

Voyages d'Avent

Parfois, en tant qu’êtres humains, nous venons à croire que nous sommes autosuffisants, forts, maîtres de notre destin. Mais ce n’est qu’une illusion. Il suffit d’un changement de circonstances pour que nous constations notre fragilité : une perte d’emploi, une maladie, une infirmité, un accident, un échec, une trahison, un décès… peut tout changer.

Mon accident a servi à me révéler ma faiblesse… Mais il a aussi servi à me faire constater à quel point je suis bénie. Quelques jours après mon accident, alors que j’avais encore très mal, j’ai reçu un coup de téléphone : la Régie de la santé du Québec me demandait de répondre à un sondage qui cherchait à cerner les besoins des personnes souffrant de maladie chronique. En y répondant, j’ai constaté que je n’avais pas besoin de beaucoup des services offerts par l’État…

Pourquoi? Parce que je me trouvais entourée d’amies, d’enfants, d’un conjoint et de parenté qui m’aidaient et me soutenaient, tant au niveau moral que physique.

J’ai vu à quel point j’étais bénie de me trouver tellement entourée d’amour. Mais je sais que si la Régie se pose ces questions au sujet des citoyens atteints de maladies chroniques, c’est que ce n’est pas le cas pour tous.

Trop d’entre nous vivent seuls… sans soutien, sans aide, sans amis…

Pourquoi est-ce le cas?

Print


Tags: , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...