Ma faiblesse

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Vous avez peut-être noté que je n’ai pas écrit de blogue la semaine dernière. J’ai pris quelques jours de congé pour me remettre d’un petit accident de rien qui prenait du temps à guérir…

Parfois, j’aimerais ignorer les contraintes que m’impose mon corps, mais je sais que cela ne fait qu’empirer mon état. Depuis des années, je souffre d’une maladie chronique; mon côté droit cesse parfois de fonctionner comme il faut. C’est ce qui s’est passé il y a trois semaines. Je suis sortie faire du vélo. Il faisait tellement beau, et je me réjouissais de pouvoir me promener ainsi autour du quartier. Mais lorsque j’ai tenté de descendre du vélo, ma jambe droite a refusé de me porter, et je suis tombée. Ma tête s’est heurtée contre un mur (heureusement, je portais un casque). Mon dos s’est écrasé contre des marches en béton.

« T’as pas honte?! »

Cette phrase condamnatrice ne nous a-t-elle pas tous flagellés à un moment ou autre? Ne luttons-nous pas tous contre la honte, ce sentiment désagréable de ne pas être à la hauteur des attentes d’autrui, ou même de nos propres attentes à notre sujet?

La honte se trouverait-elle à la racine de tout manque d’estime de soi?

Tant de choses peuvent devenir sources de honte : un acte destructif que nous regrettons profondément; notre victimisation aux mains des autres; une maladie quelconque; un échec cuisant; une faiblesse ou un manquement dont nous aimerions tant nous trouver délivrés…

Il me semble que la honte prend de plus en plus d'ampleur dans notre société depuis qu’Internet existe. Aujourd’hui, n’importe qui peut afficher nos moindres défauts et méfaits en ligne, aux yeux du monde entier. Et cela peut avoir des effets dévastateurs.

Nous n’avons qu’à songer à toutes ses personnes qui se suicident parce que quelqu’un a affiché en ligne une photo ou un vidéoclip qui leur faisait honte, au point qu’elles ont préféré mettre un terme à leur vie plutôt que de vivre, marginalisées.

« T’as pas honte? » N’est-ce pas le message subliminal de toute annonce publicitaire? « T’as pas honte de faire de l’embonpoint? T’as pas honte de tes vêtements, de tes dents, de tes cheveux, de ta peau, de ta forme physique? T’as pas honte de ta voiture, de ta maison, de tes meubles? T’as pas honte? »

Oui, notre société nous motive par la honte, et ce, constamment. Et cela peut nous anéantir.

Est-ce possible d'être délivrés de cette honte qui nous hante?

La semaine dernière, j’ai regardé un film qui m’a invité à réfléchir à cette question. Il s’agit du film Magdalène, l’histoire de Jésus telle que racontée par Marie de Magdala. Nous y découvrons comment Jésus l’a délivreé de la honte, et comment il peut nous en délivrer aussi. Je vous invite donc à prendre le temps de regarder ce film , en notant surtout la compassion et l'amour étonnants de Jésus pour les personnes les plus marginalisées et seules de son époque…

En voici un clip :

 


Est-ce là la solution à la honte? L’expérience d’une compassion et d’un amour parfaits que nous manifestons alors à notre tour?

Qu’en dites vous?

Voir aussi une étude en ligne:

Libérés de la honte

 

Parfois, en tant qu’êtres humains, nous venons à croire que nous sommes autosuffisants, forts, maîtres de notre destin. Mais ce n’est qu’une illusion. Il suffit d’un changement de circonstances pour que nous constations notre fragilité : une perte d’emploi, une maladie, une infirmité, un accident, un échec, une trahison, un décès… peut tout changer.

Mon accident a servi à me révéler ma faiblesse… Mais il a aussi servi à me faire constater à quel point je suis bénie. Quelques jours après mon accident, alors que j’avais encore très mal, j’ai reçu un coup de téléphone : la Régie de la santé du Québec me demandait de répondre à un sondage qui cherchait à cerner les besoins des personnes souffrant de maladie chronique. En y répondant, j’ai constaté que je n’avais pas besoin de beaucoup des services offerts par l’État…

Pourquoi? Parce que je me trouvais entourée d’amies, d’enfants, d’un conjoint et de parenté qui m’aidaient et me soutenaient, tant au niveau moral que physique.

J’ai vu à quel point j’étais bénie de me trouver tellement entourée d’amour. Mais je sais que si la Régie se pose ces questions au sujet des citoyens atteints de maladies chroniques, c’est que ce n’est pas le cas pour tous.

Trop d’entre nous vivent seuls… sans soutien, sans aide, sans amis…

Pourquoi est-ce le cas?

Print


Tags: , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...