Quelle direction prendre?

Auteur : Anne-Marie Montgomery

La semaine dernière, j’ai commencé à explorer la question suivante : « Pourquoi certains d’entre nous viennent-ils à la foi, tandis que d’autres demeurent dans le doute ou l’indifférence? »

Cette semaine, j’ai poursuivi cette réflexion, en me posant cette question : « Pourquoi certains d’entre nous s’approchent-ils de Dieu, tandis que d’autres ne le font pas ou cessent de le faire? »

Pendant que je réfléchissais à cette question, une phrase écrite par l’un de mes auteurs préférés m’est revenue à l’esprit : « Celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent. » (Hébreux 11.6b)

Le premier point me paraît évident : il faut croire qu’il est là pour s’approcher de lui. Mais quelle quantité de foi en l’existence de Dieu nous faut-il, exactement?

Lorsque je fais le retour sur ma vie, je constate que même lorsque j’ai vécu une période de doute quant à l’existence de Dieu, je me suis tout de même approchée de lui pour lui demander de se révéler à moi. Ma foi était petite, faible, presque inexistante, mais elle était tout de même suffisante. J’avais assez de foi pour exprimer mon doute à Dieu et l’inviter à se révéler à moi.

Le doute quant à l’existence de Dieu n’a donc pas été un obstacle majeur dans mon cheminement avec Dieu. Mais il existe un autre obstacle qui a influencé mon cheminement beaucoup plus. « Pour nous approcher de Dieu, il faut croire qu’il récompense ceux qui le cherchent », nous dit l’auteur du livre des Hébreux. Pour nous approcher de Dieu, il faut croire qu’une vie vécue sous son règne est meilleure qu’une vie vécue sans lui.

L’histoire d’Adam et Ève est l’illustration parfaite de ce principe. Ils se trouvent dans un jardin de délices, vivant en harmonie avec Dieu, avec la nature et l’un avec l’autre. Ils ne connaissent que ce qui est bien, beau et agréable. Dieu avait pourvu tout pour eux, et cela, en abondance! Mais voilà qu’un serpent rusé qu’ils ne connaissent point s’infiltre entre eux et réussit à semer le doute quant à la bonté du Créateur, et cela suffit pour les éloigner de lui. Le résultat de leur révolte? Une vie pénible…

Je suis tombée dans le même piège qu’eux, à de multiples reprises. Chaque fois que je me suis éloignée de Dieu, c’était parce que je craignais sa volonté pour moi. Et si je craignais sa volonté, c’était parce que je n’étais pas vraiment convaincue que cette volonté était bonne, agréable et parfaite (Romains 12.2). Chaque fois que je me suis approchée de lui de nouveau, c’était parce que j’avais constaté que la vie devenait de plus en plus vide de joie, de paix et de sens lorsque je refusais de vivre sous sa douce direction. Au fil des ans, ces périodes d’éloignement sont devenues moins fréquentes et moins longues. Qu’est-ce qui a changé? Ma confiance en sa bonté.

Oui, pour que je m’approche de Dieu, je dois croire non seulement qu’il existe, mais aussi qu’il est bon. Dans les prochaines semaines, j’explorerai un peu ce qui m’a aidé à croire plus fermement non seulement en l’existence de Dieu, mais aussi en sa bonté…

Qu’en est-il pour vous? Qu’est-ce qui vous empêche de vous approcher de Dieu ou de demeurer auprès de lui? Qu’est-ce qui vous aide à vous rapprocher de lui?

<<précédent suivant>>

Print


Tags: , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Jésus est-il réellement mort sur la croix?

Voir résultats

Loading ... Loading ...