La lutte

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Nous vivons dans un  monde qui semble parfois si rempli de mal et de souffrance. Pour plusieurs, c’est un obstacle important à la foi en Dieu.

Mais avons-nous raison de blâmer Dieu pour le mal qui nous entoure?

J’ai osé rêver en couleurs cette semaine. J’ai essayé d’imaginer ce que serait ce monde si chaque être humain sur cette terre agissait toujours selon sa conscience. Que serait ce monde si nous accomplissions tous fidèlement la volonté de Dieu?

Je vous invite à prendre quelques minutes pour rêver en couleurs avec moi.

Que serait ce monde si aucune personne ne mentait jamais? Comment cela viendrait-il simplifier les affaires, la politique, les ententes internationales, les relations familiales si personne ne trichait, si personne n’était hypocrite, si tout le monde respectait fidèlement tous ses engagements?

Dernièrement, je constate de nouveau qu’il y a une chose qu’il est en mon pouvoir de faire qui influence la qualité de ma vie plus que toute autre chose. Chaque jour, je peux choisir les pensées que je vais entretenir.

Ce n’est pas là un nouveau principe. Il y a près de 2000 ans, un de mes auteurs préférés, Paul, a dit ceci : « Enfin, frères, nourrissez vos pensées de tout ce qui est vrai, noble, juste, pur, digne d'amour ou d'approbation, de tout ce qui mérite respect et louange.[i] » Ailleurs, ce même auteur dit ceci : « Et nous tous qui, le visage découvert, contemplons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l'éclat ne cesse de grandir. C'est là l'œuvre du Seigneur, c'est-à-dire de l'Esprit.[ii] »

Existe-t-il un être plus vrai, noble, juste, pur, digne d’amour et d’approbation, digne de respect et de louange que Dieu? Pouvons-nous trouver une personne plus parfaite que Jésus à contempler?

Jésus nous dit qu’il est venu faire de nous de nouvelles personnes capables de refléter de nouveau l’image de Dieu. Ici, Paul nous dit que c’est en contemplant Jésus dans toute sa gloire que nous devenons de plus en plus comme lui, par l’œuvre de son Esprit.

Cet été, j’ai voulu apprendre à tourner mes pensées plus constamment vers Jésus.

 Pour m’aider à faire cela, j’ai consacré plus de temps à la lecture, l’étude et la méditation de sa Parole dans le but précis de fixer mes yeux sur Jésus,  en invitant l’Esprit à me parler et à me changer.

Je ne saurais vous décrire toute la joie que j’ai trouvée et que je continue à trouver à réfléchir longuement à l’amour infini de Jésus pour moi, à sa présence puissante en moi et à la destinée inouïe qui m’attend dans l’éternité grâce à lui.

Je veux continuer de me nourrir longuement de sa Parole et de son Esprit. Je veux continuer de garder les yeux fixés sur lui et de l’inviter à m’accompagner tout au long de ma journée.

Aimeriez-vous aussi le faire? Il vous attend.

Cet été, une foule de personnes se sont tenues dehors pendant des heures dans l’espoir de voir le Prince William, Kate et leur bébé, ne serait-ce que pour quelques minutes. Lorsque cela vient à notre Roi, nous n’avons pas à nous contenter de quelques instants en sa présence. Il nous invite à nous approcher avec confiance de son trône de grâce[iii], de nous asseoir avec lui dans les lieux célestes[iv] pour le connaître de plus en plus profondément, chaque jour de notre vie.

À lire aussi :

La méditation biblique

La prière, un dialogue permanent avec Dieu










Le monde serait-il meilleur, ou pire?

Que serait ce monde si personne ne blessait une autre personne, que ce soit en paroles, en attitudes ou en actes? Que serait ce monde si nous ne manifestions que le respect et l’amour à toute autre personne sur cette terre?

Le monde serait-il meilleur, ou pire?

Que serait ce monde si personne n’était égoïste ou avare, mais que tous partageaient librement et généreusement ce qu’ils ont avec ceux qui se trouvent dans le besoin?

Le monde serait-il meilleur, ou pire?

Que serait ce monde si nous évitions toute source de dépendance et ne cherchions pas à soulager le vide en nous en nous tournant vers l’alcool, la drogue, le sexe, la nourriture, la fantaisie ou toute autre dépendance, mais que nous nous tournions plutôt vers Dieu?

Le monde serait-il meilleur, ou pire?

Que serait ce monde si nous choisissions toujours et en tous lieux d’aimer Dieu de tout notre être et notre prochain comme nous-mêmes?

Le monde serait-il meilleur, ou pire?

 

Lorsque j’y pense, ne serait-ce qu’un peu, je constate que si nous écoutions tous en tout temps notre conscience, nous vivrions dans un monde beaucoup meilleur.

Donc, il faut bien se poser la question : si la loi de Dieu, écrite sur notre cœur (ainsi que dans la Bible), nous invite à une vie meilleure, pourquoi alors est-ce que nous choisissons si souvent de faire le contraire de ce qu’elle nous invite à faire? Pourquoi choisissons-nous tous en tant qu’êtres humains à faire le mal plutôt que le bien, ne serait-ce qu’une fois dans notre vie? (J’avoue que je choisis de faire le mal bien plus souvent que cela!) Pourquoi est-ce que nous choisissons de faire le mal, lorsque cela nous fait souffrir ou fait souffrir les autres, et nous remplit de remords, de regret, de culpabilité et de honte?

C’est un fait : ma conscience ne me révèle pas seulement la perfection de Dieu et la beauté de ses voies. Elle me révèle aussi mon incapacité à vivre selon son standard parfait. Elle me convainc de ma culpabilité devant lui.

Cela est loin d’être réjouissant. Qui veut vivre dans la culpabilité, le remords, le regret et la honte? Aucun de nous.

Et donc, nous cherchons tous à nous libérer de notre culpabilité d’une de trois façons :

Le refus et le refoulement : c’est la voie de l’irréligion

C’est chercher à nous libérer de ce sentiment de culpabilité en nous convainquant que Dieu n’existe pas et que nous n’avons donc aucunement besoin d’écouter notre conscience.

La relativisation : c’est la voie de la religion

C’est chercher à nous libérer de notre sentiment de culpabilité en recréant Dieu à notre image : en l’imaginant moins saint et juste qu’il ne l’est. Nous nous convainquons alors qu’il nous est possible d’être « assez bons » pour lui plaire et cherchons à nous racheter de nos fautes par des actes et des rites religieux et des bonnes œuvres.

La réconciliation : c’est la solution offerte par Jésus

C’est nous libérer de notre culpabilité en reconnaissant notre incapacité de vivre selon les standards parfaits de Dieu, pour nous fier plutôt à sa solution parfaite à notre problème, qui est un don gratuit de sa main.

Dans les prochains blogues, je vous inviterai à réfléchir un peu plus avec moi à chacune de ces voies…

<<précédent suivant>>

Print


Tags: , , , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...