La chenille et le papillon

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Cela m’avait tellement surprise! Je n’en revenais pas!

J’étais tout jeune enfant. Les arbres de la région étaient infestés de chenilles cet été-là. Il y en avait partout. Et elles me faisaient peur, car elles avaient tendance à me tomber sur la tête lorsque je me promenais en forêt. C’était loin d’être plaisant! Comme je m’en plaignais, ma mère m’a dit, tout calmement : « Attends. Bientôt, ces chenilles deviendront de jolis papillons. »

Des papillons? Comment était-ce possible? Comment ces bestioles rampantes dégoûtantes pouvaient-elles devenir de si belles créatures délicates?

Avouons-le! Nous pourrions tenir une chenille entre nos mains pendant des heures en lui commandant de prendre son envol, et cela n’arriverait jamais. Une chenille ne peut pas voler. Elle ne peut que ramper.

Je sais, je sais... Ce n'est plus bien vu de souhaiter «Joyeux Noël» aux gens, au risque de les offusquer... Mais je vous le souhaite quand même!

J'adore Noël, ou, plus précisément, toute la période de l'Avent. À ce temps de l'année, mes pensées se tournent tout naturellement vers le plus grand mystère de tous les temps : la naissance du Fils de Dieu, Jésus-Christ.

Emmanuel... Dieu parmi nous... Dieu pour nous... Dieu avec nous.

En Jésus, je vois l'incarnation de l'amour de Dieu, de la miséricorde de Dieu, de la compassion de Dieu, de la patience de Dieu, de la sainteté de Dieu, de la justice de Dieu, de la puissance de Dieu... du salut offert par Dieu.

Jamais je ne me lasserai d'entendre son histoire... Jamais!

Et vous? Que célébrez-vous ce Noël? Qui célébrez-vous? Qui est Jésus, pour vous?

Si vous ne savez que répondre, je vous invite à faire ces études bibliques entourant sa naissance en ce monde :

Voyages d'Avent

Mais ma maman avait raison. Bientôt, nos champs se trouvèrent remplis de jolis papillons… et les chenilles devenaient de moins en moins nombreuses. Elles passaient par une métamorphose extrême!

Jésus nous dit que nous pouvons vivre une métamorphose même plus frappante, une métamorphose qu’il décrit comme une nouvelle naissance (Jean 3.1-21).

Des centaines d’années avant sa venue, un prophète juif avait décrit la transformation radicale que Dieu promettait d’opérer en nous :

« Je répandrai sur vous une eau pure,

Afin que vous deveniez purs,

Je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.

Je vous donnerai un cœur nouveau

Et je mettrai en vous un esprit nouveau,

J’enlèverai de votre être votre cœur dur comme la pierre

Et je vous donnerai un cœur de chair.

Je mettrai en vous mon propre Esprit

Et je ferai de vous des gens qui vivent selon mes lois

Et qui obéissent à mes commandements pour les appliquer. » (Ézékiel 36.25-27)

Si souvent, les commandements de Dieu nous semblent impossibles à suivre. Qui d’entre nous peut dire qu’il a toujours aimé Dieu de tout son être et son voisin comme lui-même? Qui d’entre nous peut dire qu’il n’a jamais entretenu de pensée impure, qu’il a toujours aimé ses ennemis, qu’il n’a fait que le bien envers ceux qui le haïssent?

Avouons-le : ce que Dieu nous demande de faire nous semble impossible — tout aussi impossible que de demander à une chenille de voler! Peut-être voulons-nous le faire… peut-être essayons-nous de le faire… pour découvrir que cela est au-dessus de nos capacités. Nous manquons le but.

Quelqu’un a dit ceci à ce sujet : « Il est tout à fait impossible pour nous de vivre selon les commandements de Dieu. Un seul peut le faire : Jésus-Christ. Mais la Bonne Nouvelle, c’est qu’il veut et il peut le faire en nous. »

Lorsque nous lisons le Nouveau Testament, nous découvrons que Jésus ne nous invite pas à vivre une religion morte fondée sur l’effort humain. Il nous invite plutôt à entrer en relation vivante avec lui, à vivre une union mystique avec lui en accueillant son Esprit en nous. Jésus est venu accomplir la prophétie d’Ézékiel. Il est venu nous purifier et nous laver. Il est venu transformer notre cœur endurci en cœur tendre. Il est venu mettre son Esprit en nous, pour que nous puissions vivre selon ses commandements.

Il est venu faire de nous de nouvelles créatures.

Paul décrit cette métamorphose radicale ainsi : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. »(Galates 2.20) Ailleurs, il dit que Christ en nous peut faire au-delà de tout ce que nous pouvons penser ou même imaginer, par sa puissance qui agit en nous (Éphésiens 3.20).

La religion dit ceci : « Chenille, prend ton envol! »

Mais Jésus dit ceci : « Chenille, laisse-moi te transformer en papillon, pour que tu puisses prendre ton envol! »

Et cela fait toute la différence…

À lire aussi : La plénitude de l’Esprit

<<précédent suivant>>

Print


Tags: , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...