Croire, pour croître

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Une fleur de pommier ne se transforme pas en belle pomme juteuse du jour au lendemain. C’est une loi de la nature que les grandes transformations exigent le temps.

Il en va de même pour notre transformation à l’image de Jésus. Ce n’est pas du jour au lendemain que le chrétien se trouve délivré de toutes ses faiblesses, de toutes ses tendances négatives, de tout le mal qui l’habite. En fait, Jésus nous dit que, bien que nous pouvons commencer à vivre cette transformation dès maintenant, ce n’est qu’à la résurrection que nous nous trouverons enfin tout à fait semblables à lui.

Il est facile de noter que tous les chrétiens ne vivent pas leur foi à la même mesure. Certains semblent dégager tant d’amour, de joie et de paix, tandis que d’autres semblent dégager plutôt la condamnation, l’anxiété, la tristesse et la frustration.

Pourquoi est-ce le cas?

L’apôtre Paul explique ce fait en disant que certains chrétiens ont appris à vivre selon la puissance de l’Esprit, tandis que d’autres continuent à vivre comme s’ils n’étaient que de simples hommes. Ils ne savent pas comment marcher par l’Esprit plutôt que par leurs simples efforts humains (voir 1 Corinthiens 2.14-3.3).

Comment faire alors pour apprendre à vivre selon les ressources de Dieu?

Certains chrétiens apprennent à marcher par l’Esprit très tôt dans leur cheminement spirituel; d’autres ne l’apprennent que longtemps après avoir confié leur vie à Jésus. Cela peut dépendre de plusieurs facteurs, mais un des facteurs les plus importants dans tout cela, c’est l’enseignement biblique que nous recevons.

Dieu nous a révélé clairement dans sa Parole comment vivre par son Esprit. En étudiant les Écritures, et surtout le Nouveau Testament, nous découvrons que pour marcher par l’Esprit, nous devons premièrement apprendre à ne plus chercher à mériter ce que Dieu nous donne librement. Le principe du mérite, si solidement ancré en nous, est l’obstacle le plus important à la marche par l’Esprit.

Dieu veut que nous apprenions à nous fier à lui, plutôt qu’à nous-mêmes. Il veut que nous fixions nos yeux sur Jésus et sur tout ce que nous avons reçu en lui, plutôt que sur nos piètres capacités humaines. Ce n’est pas toujours facile pour nous d’apprendre cette leçon fondamentale.

Au début de notre vie chrétienne, nous ne comprenons pas toujours que c’est par pure grâce que Dieu nous donne tout ce qu’il nous faut pour vivre cette nouvelle vie. Au début, surtout si nous venons d’un arrière-plan religieux, nous pouvons penser que nous devons mériter son pardon en nous culpabilisant, en nous rendant misérables, en essayant de ne plus commettre cet acte ou en réparant notre faute avant de venir à lui pour avouer nos torts et accueillir son pardon. Ce n’est que tranquillement que nous découvrons que Dieu nous pardonne parfaitement, aussitôt que nous venons à lui, non sur le fondement de nos paroles, de nos émotions, ou de nos actes de contrition, mais sur le fondement de la mort de Jésus pour nous.

De même, nous pouvons penser que nous devons mériter la plénitude de l’Esprit en plaidant, en pleurant, en jeûnant, en lisant la Bible ou en faisant de bonnes œuvres. Ce n’est que tranquillement que nous découvrons que Dieu ne nous remplit pas de son Esprit sur la base du mérite ou de l’obéissance, mais sur la base de la foi. Jésus nous dit clairement que nous ne pouvons rien faire sans lui. En fait, il nous dit que nous avons besoin d’être remplis de son Esprit afin de pouvoir prier, comprendre sa Parole et lui obéir. La plénitude de son Esprit (la vie vécue sous sa direction et dans sa puissance) est un cadeau qu’il donne à tous ceux qui le lui demandent par la foi, et ce n’est que lorsque nous sommes remplis de l’Esprit que cela devient possible pour nous de vivre comme Dieu le veut.

La foi en la provision parfaite de Dieu, et non l’effort humain, est le principe fondamental de la croissance.

La fleur de pommier ne se transforme pas en pomme au coût de ses efforts. L’arbre, le soleil, la pluie et la terre pourvoient pour elle tout ce qu’il lui faut pour que cette transformation s’opère en elle. Elle n’a qu’à demeurer attachée à l’arbre.

Jésus nous dit qu’il en est de même pour nous. Il nous invite à rester attachés a lui, à demeurer en lui par la foi et à puiser en lui tout ce qu’il nous faut, chaque jour, car sans lui, nous ne pouvons rien faire (Jean 15).

précédent>>

suivant>>

À lire aussi :

La marche quotidienne dans la plénitude de l’Esprit

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires