Dernières paroles

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Cette semaine, je pleure le décès d’un politique canadien bien-aimé, Monsieur Jack Layton. Le pays entier vit le deuil de l’un de ses serviteurs les plus respectés.

Toute vie qui se démarque des autres est nourrie par une raison d’être qui sort de l’ordinaire. C’est le cas pour Monsieur Layton. Juste avant de mourir, il a rédigé une lettre aux Canadiens et Canadiennes, lettre qu’il a terminée ainsi :

« Mes amis, l’amour est cent fois meilleur que la haine. L’espoir est meilleur que la peur. L’optimisme est meilleur que le désespoir. Alors, aimons, gardons espoir et restons optimistes. Et nous changerons le monde. »

 Ce sont là plus que de simples paroles. Monsieur Layton a cherché à manifester ces qualités. Elles ont influencé ses valeurs et ses priorités, ses paroles et ses actes, jusqu’à son dernier souffle.

Le mandat qu’il nous a laissé nous interpelle. Il nous invite à réfléchir à ce que nous ferons de notre vie. Il nous invite à nous poser les questions suivantes :

Quel mandat ai-je adopté pour ma vie?

 De quelles façons ma raison d’être vient-elle nourrir mes valeurs et mes priorités, mes paroles et mes actes aujourd’hui?

Si je mourais aujourd’hui, que seraient mes dernières paroles?

 Les réponses à ces questions ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Nous sommes tous uniques. Nous avons tous un mandat particulier à accomplir. L’important, pour chacun de nous, c’est de prendre le temps de le découvrir, pour ensuite se consacrer de plein cœur à l’accomplissement de ce but. Qui sait quel héritage nous léguerons si nous décidons d’agir ainsi? Qui sait quelles seront nos dernières paroles et quel effet elles auront?

À lire aussi : Quels sont vos rêves?

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires