Dieu est content de moi, je lui dis merci

Auteur: Julie Cosgrove

Avez-vous du mal par rapport à la confession? Voici comment faire pour y remédier.

« Et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé; en toi, j’ai mis toute mon affection » (Luc 3:22).

Aujourd’hui, Dieu dirait-il qu’il est content de vous? Diriez-vous que Dieu est content de votre attitude? Dieu aimerait dire qu’il est content de vous, et c’est le cas, si vous avez accepté le Christ dans votre cœur, dans votre vie et dans votre âme. Mais l’on ne peut se contenter de cette formule, n’est-ce pas?

Dieu a dit cela au baptême de Jésus, qui à l’époque ne représentait qu’un acte de purification. Chaque fois qu’un Juif savait qu’il avait péché et qu’il était souillé, il allait se faire purifier par le baptême. Aujourd’hui, nous devons nous soumettre à de « petits » baptêmes et demander au sang de Jésus-Christ de nous purifier et de faire de nous des êtres blancs comme neige. Comment? Par la confession.

Je me souviens d’une période où j’avais fait quelque chose que je n’aurais pas dû. Je n’arrive vraiment pas à me souvenir de quoi il s’agissait, mais aujourd’hui encore, je me souviens à quel point je me sentais mal. Si j’en avais parlé à ma mère, j’aurais été punie, et je ne le voulais pas. J’avais peur qu’elle ne découvre ce que j’avais fait, parce que les mamans finissent toujours pas découvrir ce genre de choses; j’ai donc pris mes distances avec elle et je l’ai évitée pendant tout le reste de la journée. Je lui ai à peine adressé la parole le jour suivant.

Chaque heure qui passait voyait ma peur et mon angoisse augmenter. Elle s’occupait de mes frères et sœurs, mais moi je m’éloignais. Je suis même devenue jalouse parce qu’ils étaient en bons termes avec elle et moi, non. J’ai commencé à croire que ma mère ne m’aimait pas autant que les autres. Je suis devenue la victime et non plus celle qui avait commis la faute. J’ai tout gardé pour moi, jusqu’à ce que je n’en puisse plus et que j’éclate en sanglots. Lorsque j’ai tout confessé à ma mère, ma relation avec elle s’est rétablie. Ce n’est qu’à ce moment-là que je me suis rendu compte à quel point je l’avais blessée, tout en me faisant du mal à moi-même.

Où en êtes-vous dans votre relation avec Dieu? Avez-vous peur de vous tourner vers lui et de confesser vos péchés par peur de sa punition? Prenez-vous vos distances avec lui parce que vous savez qu’il sait ce que vous avez fait? Êtes-vous malade de jalousie de voir la relation étroite que les autres entretiennent avec lui? Allez-vous vers lui en pleurant : « Seigneur, je t’en prie, aime-moi », en oubliant que c’est vous qui vous êtes éloigné de lui?

Savez-vous ce que signifie revenir dans les bonnes grâces de quelqu’un? Cela veut dire rétablir votre relation avec cette personne, afin qu’elle ait une bonne opinion de vous et qu’elle soit heureuse de se trouver en votre compagnie. Tous les soirs, avant de dormir, nous devrions repartir à zéro avec notre Seigneur. C’est le bon moment pour entrer en contact avec lui, recevoir son pardon, accepter la « punition » qu’il nous réserve, mais également son étreinte affectueuse.

Pour revenir dans les bonnes grâces de Dieu, c’est-à-dire recevoir sa clémence et sa grâce, nous devons faire le premier pas pour être purifiés. Lorsque nous aurons réalisé ce geste, Dieu nous dira, comme il a dit à Jésus : « Tu es mon enfant, et je suis content de toi ». Son esprit agira une nouvelle fois en nous et nous lui en serons reconnaissants.

Questions : Comment répondriez-vous à la question de savoir si Dieu est content de vous? Que s’est-il passé en réalité lorsque nous avons l’impression que Dieu s’est éloigné de nous?

 

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires