La douleur… un bienfait?

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Cette semaine, je me suis rendue chez ma physiothérapeute dans l’espoir qu’elle m’aidera à guérir. Ça va me coûter, mais peu importe! Je veux guérir à tout prix!

Je me suis blessée l’épaule gauche en glissant dans l’escalier… et je l’ai su tout de suite parce que mon corps a la capacité inouïe de me le signaler. Parce que cette douleur est précise et localisée plutôt que floue et généralisée, ma physiothérapeute a pu identifier précisément les tendons et les muscles affectés par cette chute pour ensuite suggérer une voie de guérison propice. Quel système de feedback incroyable!

Mais ce n’est pas seulement mon corps qui a cette capacité de me signaler sa douleur. Mon âme aussi  me signale sa souffrance de façon précise: l’inquiétude, la colère, le découragement, la lassitude, la honte, la culpabilité ou la crainte sont tous des signes que quelque chose ne va pas en moi.

Ma mère avait coutume de dire que si nous étions pareils, l’un de nous serait de trop. Les différences entre conjoints créent un grand potentiel de complémentarité, mais ouvrent aussi la porte aux conflits. Précisons toutefois que les conflits sont normaux et peuvent être bénéfiques, à condition d’être gérés de façon ni trop passive, ni trop agressive. On voit souvent jouer la même dynamique malsaine où l’un attaque pendant que l’autre s’isole. Apprenez plutôt à aborder les conflits de façon positive, en gardant confiance en votreconjoint et dans le lien solide qui vous unit. Allez-y, offrez-vous une « bonne » dispute!

  • À ÉVALUER EN COUPLE    Êtes-vous du genre à attaquer ou à vous retirer?

  • À EXPLORER      À quoi un conflit positif ressemblerait-il?

  • À DÉTERMINER ENSEMBLE    Quand vous voyez venir un conflit, oubliez la fuite ou l’attaque.      CHERCHEZ plutôt une solution gagnante pour vous deux.

  • À GARDER EN TÊTE    Les conflits constructifs sont orientés sur la recherche d’une solution, pas sur les personnes. C’est ainsi qu’on approfondit une relation.


 

« Si le cœur d’un homme est pénétré de sagesse, il parlera de façon avisée, et ses paroles serontd’autant plus persuasives. D’aimables paroles sont comme un rayon de miel : douces pour l’âme et bienfaisantes pour le corps. »

Proverbe de Salomon (Proverbes 16:23-24)

Heureusement, j’ai un médecin de l’âme qui sait transformer mon inquiétude en paix, ma colère en douceur, mon découragement en espoir, ma lassitude en force, ma honte et ma culpabilité en joie et ma crainte en courage… Et je me tourne constamment vers lui. Cela ne me coûte rien… C’est tout à fait gratuit!

Jésus nous dit qu’il est venu guérir les malades. Et c’est ce qu’il fait par son Esprit en nous. Il guérit mon âme et parfois, il guérit aussi mon corps. Et il me promet qu’un jour, je me trouverai entièrement guérie à tout jamais, dans une éternité libre de maladie, de souffrance, de pleurs ou de mort.

La douleur est un bienfait parce qu’elle me rend consciente de mon besoin de guérison, et me sert de rappel du fait que Jésus est le médecin fidèle qui me délivre de tout mal.

Print


Tags: , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Jésus est-il réellement mort sur la croix?

Voir résultats

Loading ... Loading ...