Faire pousser des mercis

Auteur: Marie-Josée Fortin

« Et l’homme ne réagit pas bien, car il n’avait pas cultivé la reconnaissance. »

Quelle belle phrase n’est-ce pas? J’aime beaucoup cette idée de « cultiver la reconnaissance ». Pour quelqu’un comme moi qui aime le jardinage, cela évoque plusieurs images. Je m’imagine faire pousser des petits mercis de plusieurs couleurs au travers de mes fleurs et d’en récolter la reconnaissance! Bien sûr, ce n’est pas sans travail. Quand on cultive quelque chose, il faut s’assurer que le sol soit adéquat. Par la suite, il faut arroser, assez, mais pas trop. Il faut aussi enlever les mauvaises herbes qui viendraient étouffer notre culture en prenant l’eau et les vitamines qui lui sont nécessaires.

Cultiver la reconnaissance suit le même principe. Il faut d’abord reconnaître que ce que nous possédons, et ce que nous ne possédons pas, vient de Dieu.

Qui est Jésus? Le connaissez-vous?

Des questions? Parlez-nous-en!
C’est comme une terre fertile : plus notre connaissance de Dieu et de son amour pour nous est grande, plus il sera facile d’y faire pousser des mercis. Par la suite, il faut faire l’effort de voir ce que Dieu fait pour nous et les gens qu’il place dans notre entourage. Il nous faut aussi enlever tout sentiment de jalousie et de comparaison avec ce que les autres possèdent. Ils détruisent la reconnaissance aussi efficacement que le font les mauvaises herbes de nos jardins.

David avait compris ce principe. Ses psaumes sont remplis de plaintes envers ses ennemis et de cris afin d’obtenir le secours de l’Éternel. Mais au travers de ses écrits, il exprime constamment sa reconnaissance. Ses remerciements et ses louanges sont tissés tout au long des psaumes qu’il adresse à Dieu. Son cœur était rempli de joie.

En ce moment, tout n’est pas rose dans ma vie. En fait, je suis en train de vivre une période très difficile. Ma santé est fragile et m’isole beaucoup de mon milieu. Je suis jeune en termes de nombre d’années, mais vieille dans mon corps. Ma reconnaissance ne vient pas de la facilité de ce que je vis, mais plutôt de ma relation avec Dieu. J’ai choisi de cultiver la reconnaissance et de planter des mercis dans le jardin de ma vie. Quelle belle récolte : la découverte quotidienne de tous les soins que Dieu m’accorde et qui remplissent mon cœur de joie.

Tous près de ma maison, il y a un bosquet d’arbres qu’on appelle parfois des « tremblants ». Ils sont nommés ainsi car leurs feuilles bougent au moindre petit vent en tremblant et en faisant un bruit d’applaudissement. Quelle joie de savoir que lorsque Dieu créa la terre, il a prévu ces arbres tout en sachant le plaisir que j’aurai à les entendre applaudir, un peu comme s’ils louaient l’Éternel à leur façon! Voilà ce que je veux dans mon jardin : des mercis si grands que tous ceux qui le visitent entendent leur louange envers Dieu.

Psaumes 4.8 « Mais dans mon cœur tu mets plus de joie que ces gens n’en trouvent à récolter tout leur blé et tout leur vin. »

Lire aussi: Un journal d’actions de grâce

 

Imprimer


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires