Moitié-moitié?

Auteur: Mike Woodard

Quand nos enfants étaient jeunes, les cris de « C’est pas juste! » résonnaient souvent dans la maison. Je suis certain d’avoir crié la même chose, enfant. Voici la bonne et douce réponse que je leur servais en tant que père :  « La vie n’est pas juste.  En fait, tu serais loin d’être content s’il fallait qu’elle le soit vraiment. »

Chez les adultes, on retrouve une idée semblable dans le concept de la « relation moitié-moitié ». Ma réponse reste la même: « Une relation ne fonctionne pas sur une base de moitié-moitié. Si c’était le cas, vous seriez loin d’être heureux. » L’attitude de recherche de l’égalité en toutes choses est stérile parce qu’elle achoppe sur au moins cinq points.

  1. Impossible de garder le compte. Le suivi est trop lourd.
  2. La dynamique du « Tu me dois… » s’installe, et il y a là de quoi ôter tout le plaisir de la vie et donner prise à la colère.
  3. Les habiletés, les forces, le niveau d’énergie et les passions ne sont pas pris en compte. Je suis plus à l’aise dans certains domaines, et ma femme dans d’autres,et notre niveau d’énergie comme nos motivations sont loin d’être les mêmes.
  4. L’étape de la vie où se situe le couple n’est pas prise en compte. Les exigences familiales, professionnelles et éducatives évoluent sans cesse. Il faut aller au-delà de notre moitié pour réussir.
  5. Ses fondements mathématiques sont branlants. Voulez-vous vraiment n’investir que 50 % de vous-même dans votre couple? 100 % me paraît plus avisé.

ACTION: Prenez la résolution de vous donner entièrement. Faites ce qu’il faudra, et cessez de compter les points!

« Ne faites donc rien par esprit de rivalité, ou par un vain désir de vous mettre en avant; au contraire, par humilité, considérez les autres comme plus importants que vous-mêmes. »                     Lettre de Paul aux Philippiens (Ph. 2:3-4)

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires