Des battants et des reclus

Auteur: Mike Woodard

Les conflits révèlent deux types de comportement opposés, que j’appelle les battants et les reclus. Les battants sont toujours prêts pour une bonne prise de bec. Un couple de battants risquerait d’être particulièrement explosif, mais pourrait tout de mêmeêtre heureux à condition d’apprendre à bien gérer les conflits. Ils s’emporteraient,régleraient la question, feraient la paix et passeraient à autre chose. Ce n’est pas mon genre,mais certaines personnes sont ainsi. Le danger? Répétés trop souvent, ces épisodes pénibles peuvent causer de sérieuses blessures.

À l’opposé, on trouve les reclus. Ils réagissent aux conflits en se fermant comme une huître. Un couple où les deux conjoints sont de type reclus préférera ignorer un problème ou l’analyser intérieurement. Dans le meilleur des cas, ils finiront chacun par conclure qu’il n’y a pas de quoi s’en faire et cesseront d’y penser, ou sortiront de leur isolement pour en discuter après avoir pris le temps d’y réfléchir. Dans le pire des cas, les conjoints accumuleront problème sur problème sans jamais avoir de conflit constructif qui fasse progresser leur couple, en plus de donner prise au ressentiment, qui pourrait bien les mener au point de rupture!

ACTION Sur une échelle de 0 à 10, 0 étant un reclus et 10 un battant, quel serait votre comportement type en situation de conflit? Dans quelle mesure votre couple arrive-t-il à cerner les problèmes, à en discuter et à les régler? Que pourriez-vous faire pour améliorer votre façon de gérer les conflits? On dit d’un conflit qu’il est constructif lorsque le problème est défini et que des solutions sont appliquées.

Print


Une réponse à “Des battants et des reclus”

  • Cédric Croissant says:

    Titre : des battants et des reclus.

    déjà le titre, me fait réagir, car nous sommes bien souvent les 2 types, face a un conflit!
    si je devais me donner une note, je serai 5.5 (0 a 10 = 11 possibilités et la moyenne 5.5)
    un conflit ne doit pas forcément être gerer en explosant, ou en se refermant, cela dépends des intervenants, et des caractères de chacun.

    Mon expérience d’en la gestion de conflit, c’est que le mieux c’est le recul. Ne rien dire n’est pas bon, trop en dire n’est pas bon. Savoir écouter, et ne dire que l’essentiel est bien souvent suffisant. Après chacun doit savoir aussi se remettre en question, et se retrouver sur un terrain neutre et calme, pour en débattre positivement.

    l’origine d’un conflit est très varié, mais propre a chacun, hommes ou femmes, c’est l’être humain qui doit être regarder en priorité . Et surtout toujours garder nos yeux sur Dieu, Jésus-Christ, le Saint Esprit, comme juge et arbitre.C’est Lui qui doit avoir le dernier mot 😀 .

Afficher vos commentaires