Mon âme avide



L’offense de la croix

Auteur : Anne-Marie Montgomery

croix2014La croix de Christ nous offense, elle nous offense profondément.
Pourquoi?

Parce qu’elle déclare ouvertement l’amour de Dieu pour tous.

Pour tous?
Oui, pour tous.

Car il n’y a aucune distinction… Sur ce bois infâme, Jésus, l’Agneau de Dieu, a enlevé le péché du monde entier.

Donc,

  • tous peuvent être pardonnés;
  • tous peuvent être réconciliés avec Dieu;
  • tous peuvent naître de nouveau;
  • tous peuvent devenir enfants de Dieu;
  • tous peuvent devenir comme Jésus;
  • tous peuvent recevoir la vie éternelle en cadeau;
  • tous peuvent être habités par l’Esprit de Dieu;
  • tous peuvent jouir d’une relation intime avec Dieu;
  • tous peuvent servir Dieu dans la paix et dans la joie tous les jours de leur vie.

Tous? Oui, tous!

  • Le meurtrier? Oui. Grâce à la croix.
  • Le violent? Oui. Grâce à la croix.
  • Le voleur? Oui. Grâce à la croix.
  • Le menteur? Oui. Grâce à la croix.
  • L’adultère? Oui. Grâce à la croix.
  • L’idolâtre? Oui. Grâce à la croix.
  • Le pédophile? Oui. Grâce à la croix.
  • Le violeur? Oui. Grâce à la croix.
  • L’homosexuel? Oui. Grâce à la croix.
  • Le transgenre? Oui. Grâce à la croix.
  • Le terroriste qui vient de crucifier un enfant? Oui. Grâce à la croix.
  • L’avare qui se fiche de tous? Oui. Grâce à la croix.
  • La prostituée? Oui. Grâce à la croix.
  • Moi? Oui. Grâce à la croix.

Tous, sans exception. Grâce à la croix. Il n’y a rien à mériter. Tout est don de la grâce.

La croix de Christ nous offense, elle nous offense profondément.

Pourquoi?

Parce que ce n’est que grâce à la croix de Christ que Dieu peut nous déclarer justes à ses yeux, purifiés de tout péché.

Oui, autant la croix de Christ déclare que la dette du péché est payé en entier, autant elle déclare que le péché du monde devait être payé en entier par Dieu lui-même, et non par nous.

Elle déclare ouvertement que sans elle, aucun de nous ne peut :

  • être pardonné et réconcilié avec Dieu,
  • naître de nouveau,
  • devenir enfants de Dieu,
  • devenir comme Jésus,
  • recevoir la vie éternelle,
  • être habité par l’Esprit de Dieu,
  • jouir d’une relation intime avec Dieu
  • ou servir Dieu dans la paix et dans la joie tous les jours de sa vie.

Aucun de nous ne peut mériter rien de tout cela.
Aucun de nous? Non.

  • Les personnes bonnes et morales? Non.
  • Les adeptes fidèles des différentes religions? Non.
  • Les personnes hétérosexuelles et monogames? Non.
  • Les personnes sincères? Non.
  • Les personnes qui ont toujours essayé de faire le bien? Non.
  • Les personnes qui prient et méditent et cherchent à se soumettre à Dieu? Non.
  • Personne? Personne.
  • Moi? Non. Sans Christ, sans la croix, non.

La croix de Christ déclare que Dieu est inclusif : tous peuvent venir à lui.
La croix de Christ déclare que Dieu est exclusif : nous ne pouvons venir à lui que par son Fils, Jésus.

Et cela nous offense… Cela nous offense profondément.

Le plus beau cadeau

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Ah! Comme la fête de Noël a changé au fil des ans! Il y a 150 ans, la nativité de Jésus était au coeur de cette célébration.  Mais tranquillement, cette fête a subi une transformation radicale. Aujourd’hui, nous n’entendons presque plus parler de Jésus dans les médias. De plus en plus, il me semble, c’est le Père Noël que l’on célèbre, et la période de l’Avent n’est plus qu’une course effrénée vers la surconsommation.

Vous pensez peut-être que je suis une Grincheuse, mais le fait est que j’aime offrir des cadeaux à Noël. J’aime décorer la maison et préparer des biscuits et des gâteaux pour marquer ce qui est pour moi un moment précieux de réjouissances. J’aime m’entourer de famille et d’amis pour marquer cette fête exceptionnelle. Ce n’est pas le fait que les gens célèbrent Noël qui m’attriste; c’est le fait qu’ils célèbrent Noël sans célébrer le plus beau cadeau de tous, le cadeau ultime que Dieu nous a tous donné : son Fils, Jésus.

Selon moi, lorsque Jésus est au coeur de nos célébrations, elles sont plus belles, plus joyeuses, plus empreintes d’amour qu’elles ne pourraient jamais l’être sans lui.

Et c’est pour cela que je vous souhaite à tous un Noël authentique : une célébration joyeuse de la venue de Jésus parmi nous. Je prie que pour chacun de vous, ce Noël soit avant tout une rencontre transformatrice avec Emmanuel : Dieu avec nous.

Joyeux vrai Noël à tous et à toutes!

Si vous le voulez, vous pouvez commencer à célébrer Jésus dès aujourd’hui! Voici quelques idées pour le faire :

Lire un Évangile, au rythme d’un chapitre par jour.

Regarder le film Jésus, ou le film Jésus, un regard de femme, ou encore, le film Jésus pour les enfants.

Regarder le film l’Espoir.

Écouter chaque jour un cantique de Noël qui parle de Jésus, en méditant les paroles ou en les apprenant par coeur.

Si vous avez d’autres idées, pourquoi ne pas les partager avec nous dans la section Commentaires?

 

 

Jésus est pour tous, toujours

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Si le nom de Jésus-Christ ne figure plus à Noël, son influence continue.

Mes amis à TruthMedia ont préparé ce rant pour Noël. Je l’ai aimé, et donc je l’ai sous-titré.

Qu’en pensez-vous?

 

L’invitation

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Nous avons reçu l’invitation au moins trois semaines avant l’événement. Notre député invitait la population à une épluchette de maïs. Mon mari et moi voulions vraiment y assister, si seulement pour remercier notre député pour son travail assidu. Nous avons donc mis l’invitation sur une tablette, en nous disant qu’il ne fallait pas manquer ça!

Ce n’est que le matin après l’événement que nous avons constaté que nous l’avions complètement oublié.

Cela se comprenait : la veille de l’événement, je me suis rendue à l’urgence de l’hôpital avec une de mes filles, qui s’était blessée aux deux chevilles, et ce n’est que 16 heures plus tard, vers 15 h, que nous sommes retournées chez nous…

Évidemment, j’étais tout simplement trop épuisée pour penser à une épluchette de maïs!

Mon mari, pour sa part, avait aussi oublié l’événement du fait que son horaire était terriblement chargé cette journée-là…

Et c’est ainsi que, malgré nos bonnes intentions, nous avons raté cette fête à laquelle nous aurions voulu participer.

Dieu comprend notre tendance à ne pas répondre aux invitations qui nous sont lancées.

Il nous tend à tous la plus belle invitation possible : Venez vivre avec moi pour l’éternité!

Et, il sait bien que pour toutes sortes de raisons que nous jugeons bonnes, nous pouvons mettre l’invitation sur la tablette, en nous disant : « J’y répondrai… plus tard. »

C’est pour cela que Dieu nous invite à ne pas tarder à répondre à son invitation. Il dit : « Au temps favorable je t’ai exaucé, Au jour du salut je t’ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut. » Et encore : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs… »

L’invitation est lancée; Dieu attend notre réponse. Pour y dire oui, il suffit de faire le choix contraire de celui d’Adam et Ève.

Le choix d’Adam et Ève Le choix offert par Jésus
ils ont douté de l’amour et de la bonté de Dieu se fier à l’amour et à la bonté de Dieu, tels que manifestés par Jésus-Christ
ils se sont détournés de la volonté de Dieu pour suivre la voix de Satan, qui introduit le péché dans le monde se retourner vers Dieu pour suivre Jésus, en reconnaissant en lui celui qui enlève le péché du monde en payant lui-même notre dette sur la croix
ils ont ainsi refusé le règne de Dieu, et c’est ainsi que le péché, la condamnation et la mort ont atteint tous les êtres humains accueillir le règne de Dieu pour devenir citoyens du Royaume parfait et éternel de Dieu en reconnaissant Jésus comme Maître
ils ont choisi la séparation d’avec Dieu qui résulte du péché choisir l’union avec Dieu en accueillant son Esprit en nous
ils ont vu l’image de Dieu en eux corrompu par le péché voir l’image de Dieu en nous restaurée par l’Esprit

Ce retour vers Dieu, ce pas de foi, s’exprime en lui parlant honnêtement, du fond du cœur. Vous pourriez exprimer cette décision ainsi :

Père,

Comme Adam et Ève, j’ai refusé par le passé de me soumettre à ton règne parfait et bienveillant. J’ai désobéi à ta volonté à de multiples reprises, méritant ainsi la mort, loin de ta face. Mais, dans ton grand amour, tu m’invites plutôt à accueillir ton don gratuit de pardon et de vie éternelle, et aujourd’hui, j’accepte de plein cœur ton invitation à revenir à toi pour être secouru. Merci Jésus, d’être venu parmi nous nous révéler l’amour et la bonté de ton Père. Merci pour ta mort à la croix pour moi, cette preuve ultime de ton amour, cette mort qui a payé la dette entière de mon péché. Merci pour la vie éternelle et la réconciliation que tu as ainsi rendues possibles pour moi. Viens m’habiter par ton Esprit pour faire de moi la personne que tu veux que je sois. Merci pour cette invitation à vivre éternellement avec toi, et merci d’avoir tout fait pour rendre cela possible.

 

Si vous avez ainsi décidé de vous confier à Jésus pour le suivre, je vous invite à me le laisser savoir en cliquant sur le bouton « Oui! » pour que je puisse m’en réjouir avec vous!

Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur…

(versets cités dans ce blogue : 2 Corinthiens 6.2 et Hébreux 3.7-8)

Une chose par-dessus tout

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Dernièrement, je constate de nouveau qu’il y a une chose qu’il est en mon pouvoir de faire qui influence la qualité de ma vie plus que toute autre chose. Chaque jour, je peux choisir les pensées que je vais entretenir.

Ce n’est pas là un nouveau principe. Il y a près de 2000 ans, un de mes auteurs préférés, Paul, a dit ceci : « Enfin, frères, nourrissez vos pensées de tout ce qui est vrai, noble, juste, pur, digne d’amour ou d’approbation, de tout ce qui mérite respect et louange.[i] » Ailleurs, ce même auteur dit ceci : « Et nous tous qui, le visage découvert, contemplons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l’éclat ne cesse de grandir. C’est là l’œuvre du Seigneur, c’est-à-dire de l’Esprit.[ii] »

Existe-t-il un être plus vrai, noble, juste, pur, digne d’amour et d’approbation, digne de respect et de louange que Dieu? Pouvons-nous trouver une personne plus parfaite que Jésus à contempler?

Jésus nous dit qu’il est venu faire de nous de nouvelles personnes capables de refléter de nouveau l’image de Dieu. Ici, Paul nous dit que c’est en contemplant Jésus dans toute sa gloire que nous devenons de plus en plus comme lui, par l’œuvre de son Esprit.

Cet été, j’ai voulu apprendre à tourner mes pensées plus constamment vers Jésus.

 Pour m’aider à faire cela, j’ai consacré plus de temps à la lecture, l’étude et la méditation de sa Parole dans le but précis de fixer mes yeux sur Jésus,  en invitant l’Esprit à me parler et à me changer.

Je ne saurais vous décrire toute la joie que j’ai trouvée et que je continue à trouver à réfléchir longuement à l’amour infini de Jésus pour moi, à sa présence puissante en moi et à la destinée inouïe qui m’attend dans l’éternité grâce à lui.

Je veux continuer de me nourrir longuement de sa Parole et de son Esprit. Je veux continuer de garder les yeux fixés sur lui et de l’inviter à m’accompagner tout au long de ma journée.

Aimeriez-vous aussi le faire? Il vous attend.

Cet été, une foule de personnes se sont tenues dehors pendant des heures dans l’espoir de voir le Prince William, Kate et leur bébé, ne serait-ce que pour quelques minutes. Lorsque cela vient à notre Roi, nous n’avons pas à nous contenter de quelques instants en sa présence. Il nous invite à nous approcher avec confiance de son trône de grâce[iii], de nous asseoir avec lui dans les lieux célestes[iv] pour le connaître de plus en plus profondément, chaque jour de notre vie.

À lire aussi :

La méditation biblique

La prière, un dialogue permanent avec Dieu



Par un matin enneigé…

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Je me suis levée avant l’aube samedi dernier, alors que le monde était silencieux et sombre. J’ai descendu l’escalier sans faire de bruit pour ouvrir les rideaux du salon. À la lueur du lampadaire, je voyais la neige tomber doucement au sol. Le gratte-neige n’avais pas déblayé la route : tout était recouvert d’une douce couette blanche.

« Quelle belle journée pour une promenade! », me suis-je dit. Et c’est alors qu’une petite voix intérieure m’a chuchoté : « Pourquoi tarder? Vas-y! » Et donc, je me suis habillée chaudement pour ensuite m’aventurer dans la pénombre de l’aube.

Tranquillité

Un silence inhabituel m’a accueilli. L’air semblait si pur et frais, nouvellement nettoyé comme il l’était par la descente des flocons. Tandis que je me promenais ici et là dans le quartier, le jour s’est levé, transformant les tons bleuâtres de la neige en une douce blancheur. C’était pour moi l’un de ces moments de bien-être intense qui me remplissent d’une joie transcendante. Mon cœur semblait exploser de reconnaissance envers celui qui avait créé un monde si merveilleux. C’était comme si une nouvelle dimension de la beauté de Dieu se présentait à moi.

Avez-vous déjà vécu un tel moment de transcendance, de sorte que vous aviez l’impression d’entrevoir Dieu alors que vous contempliez sa création en vous émerveillant de sa beauté? En ce moment, avez-vous désiré voir cette conscience de Dieu se transformer en une contemplation de plus en plus profonde de sa personne?

C’est le cas pour moi, et ce, depuis ma tendre enfance.

Qu’en est-il pour vous?

À lire aussi : Éveil à la présence de Dieu

À chaque jour suffit sa peine

Auteur : Anne-Marie Montgomery

soleil couchantVoilà près d’un mois que je n’ai rien écrit sur ce blogue, car j’ai eu deux réactions allergiques assez sévères ce dernier mois, et le repos s’imposait. Nous avons vécu un Noël et un Jour de l’An tranquille, en famille, à la maison. Pas de voyage, peu d’activités. J’étais épuisée.

Aujourd’hui, j’ai l’impression que je commence une grippe… C’est encourageant, hein?

Je me rends compte que lorsque mon corps souffre beaucoup, j’ai de la difficulté à me concentrer, à lire et à prier. Comment servir Dieu alors que je me trouve dans cet état?

C’est la question que je me posais ce matin, en priant Colossiens 1.9-11 :

Aussi, depuis le jour où nous avons entendu parler de vous, nous aussi, nous ne cessons de prier Dieu pour vous. Nous lui demandons qu’il vous fasse connaître pleinement sa volonté, en vous donnant, par le Saint-Esprit, une entière sagesse et un parfait discernement. Ainsi vous pourrez avoir une conduite digne du Seigneur et qui lui plaise à tous égards. Car vous porterez comme fruit toutes sortes d’œuvres bonnes et vous ferez des progrès dans la connaissance de Dieu. Dieu vous fortifiera pleinement à la mesure de sa puissance glorieuse, pour que vous puissiez tout supporter et persévérer jusqu’au bout — et cela avec joie.

Il y a un peu plus d’une semaine, nous lisions Colossiens dans notre groupe maison, à voix haute, ensemble, d’un trait. Lorsque nous sommes arrivés au dernier verset de cette lettre, les larmes me sont venues aux yeux.

Moi, Paul, je vous adresse mes salutations en les écrivant de ma propre main. Ne m’oubliez pas alors que je suis en prison. Que la grâce de Dieu soit avec vous.

Cette lettre qui encourage et fortifie les chrétiens depuis près de 2000 ans, Paul l’a écrite alors qu’il était en prison. Alors qu’il souffrait. Alors qu’il se trouvait limité dans son corps, enchaîné. Paul a persisté à marcher avec Dieu, peu importe les circonstances de sa vie. Il a prié; il a écrit. Il a aimé une église qu’il n’avait jamais visité.

Il a fait ce qu’il pouvait faire, compte tenu de ses limitations.

Faire ce que je peux faire, compte tenu de mes limitations : c’est ce que Dieu m’enseigne dans ces périodes de faiblesse et de maladie. Parfois, j’ai l’impression que c’est très peu… mais est-ce vraiment le cas?

Peut-être Paul pensait-il que prier et écrire en prison, c’était aussi très peu? Peut-être désirait-il sortir de prison pour reprendre ses voyages missionnaires, son « vrai travail »? Ou peut-être avait-il compris que toutes ses circonstances étaient dirigées par Dieu et que Dieu pouvait l’utiliser autant dans cette situation limitée que lorsqu’il se trouvait en pleine liberté?

Aujourd’hui, nous savons que ce qu’il a écrit en prison a eu un impact plus vaste que tout ce qu’il a accompli en personne pendant ses voyages. Dieu savait ce qu’il faisait en le laissant en prison.

Dieu sait ce qu’il fait en me laissant passer par ces moments de faiblesse.

L’important, pour moi, aujourd’hui, c’est de faire ce que Dieu veut, qu’il s’agisse de peu ou de beaucoup.

L’important, c’est de tout supporter, et de persévérer jusqu’au bout… avec joie.

L’important, c’est de comprendre que parfois, la bonne oeuvre que Dieu a préparée pour moi, c’est le repos, en sa présence, à l’écoute de sa voix…

Joyeux Noël!

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Je sais, je sais… Ce n’est plus bien vu de souhaiter «Joyeux Noël» aux gens, au risque de les offusquer… Mais je vous le souhaite quand même!

J’adore Noël, ou, plus précisément, toute la période de l’Avent. À ce temps de l’année, mes pensées se tournent tout naturellement vers le plus grand mystère de tous les temps : la naissance du Fils de Dieu, Jésus-Christ.

Emmanuel… Dieu parmi nous… Dieu pour nous… Dieu avec nous.

En Jésus, je vois l’incarnation de l’amour de Dieu, de la miséricorde de Dieu, de la compassion de Dieu, de la patience de Dieu, de la sainteté de Dieu, de la justice de Dieu, de la puissance de Dieu… du salut offert par Dieu.

Jamais je ne me lasserai d’entendre son histoire… Jamais!

Et vous? Que célébrez-vous ce Noël? Qui célébrez-vous? Qui est Jésus, pour vous?

Si vous ne savez que répondre, je vous invite à faire ces études bibliques entourant sa naissance en ce monde :

Voyages d’Avent

Délivrés de la honte

Auteur : Anne-Marie Montgomery

« T’as pas honte?! »

Cette phrase condamnatrice ne nous a-t-elle pas tous flagellés à un moment ou autre? Ne luttons-nous pas tous contre la honte, ce sentiment désagréable de ne pas être à la hauteur des attentes d’autrui, ou même de nos propres attentes à notre sujet?

La honte se trouverait-elle à la racine de tout manque d’estime de soi?

Tant de choses peuvent devenir sources de honte : un acte destructif que nous regrettons profondément; notre victimisation aux mains des autres; une maladie quelconque; un échec cuisant; une faiblesse ou un manquement dont nous aimerions tant nous trouver délivrés…

Il me semble que la honte prend de plus en plus d’ampleur dans notre société depuis qu’Internet existe. Aujourd’hui, n’importe qui peut afficher nos moindres défauts et méfaits en ligne, aux yeux du monde entier. Et cela peut avoir des effets dévastateurs.

Nous n’avons qu’à songer à toutes ses personnes qui se suicident parce que quelqu’un a affiché en ligne une photo ou un vidéoclip qui leur faisait honte, au point qu’elles ont préféré mettre un terme à leur vie plutôt que de vivre, marginalisées.

« T’as pas honte? » N’est-ce pas le message subliminal de toute annonce publicitaire? « T’as pas honte de faire de l’embonpoint? T’as pas honte de tes vêtements, de tes dents, de tes cheveux, de ta peau, de ta forme physique? T’as pas honte de ta voiture, de ta maison, de tes meubles? T’as pas honte? »

Oui, notre société nous motive par la honte, et ce, constamment. Et cela peut nous anéantir.

Est-ce possible d’être délivrés de cette honte qui nous hante?

La semaine dernière, j’ai regardé un film qui m’a invité à réfléchir à cette question. Il s’agit du film Magdalène, l’histoire de Jésus telle que racontée par Marie de Magdala. Nous y découvrons comment Jésus l’a délivreé de la honte, et comment il peut nous en délivrer aussi. Je vous invite donc à prendre le temps de regarder ce film , en notant surtout la compassion et l’amour étonnants de Jésus pour les personnes les plus marginalisées et seules de son époque…

En voici un clip :

 


Est-ce là la solution à la honte? L’expérience d’une compassion et d’un amour parfaits que nous manifestons alors à notre tour?

Qu’en dites vous?

Voir aussi une étude en ligne:

Libérés de la honte

 

Un message incroyable?

Auteur : Anne-Marie Montgomery

Voilà quelques semaines que je n’écris pas de message sur ce blogue, car mon épaule me limite dans mon activité… Mais j’en ai profité pour passer du temps avec Jésus. J’ai lu le Nouveau Testament en me posant une seule question : Quel est le message de Jésus? Qu’est-il venu accomplir?

On pourrait penser qu’après plus de 38 ans de vie chrétienne, je connaîtrais à fond ce message, mais ce n’est pas le cas. Plus j’en découvre au sujet de Jésus, plus je constate que j’en ai beaucoup plus à découvrir!

Quelqu’un a dit que nous cessons d’apprendre lorsque nous croyons avoir tout compris. Je veux éviter ce piège. Je veux venir à Dieu continuellement comme simple enfant, consciente du fait que je suis encore très, très loin de le connaître dans toute sa beauté, sa puissance et sa perfection. Et donc, je lisais les livres du Nouveau Testament un après l’autre en demandant à Jésus de m’aider à mieux comprendre son message pour mieux le vivre et mieux le partager…

Je découvre que le message de Jésus est un message à multiples facettes; c’est un message de révélation, de pardon, de réconciliation, d’adoption, de transformation, de libération, de renaissance, de puissance et de vie! C’est un message de délivrance complète! C’est une histoire d’amour insondable et indescriptible!

Je partageais cette histoire avec quelqu’un récemment, et il a dit : C’est trop beau! Comment cela peut-il être vrai?

C’est le problème fondamental avec l’Évangile : c’est trop beau! Nous avons du mal à croire que Dieu puisse nous aimer à ce point-là!

Que trouvez-vous de plus incroyable au message de Jésus?

Invitation au dialogue

Publicité pour le livre Publicité pour des clips sur Jésus

Visitez Âme Avide sur facebook!

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...