Comment savoir si j’ai besoin de guérison?

Auteur: Barbara Wilson

Parfois, nous pouvons nous trouver dans un état nuisible pendant si longtemps que nous commençons à penser qu’il s’agit d’un état normal, confortable même, de telle sorte que nous refoulons toute pensée que nous devrions agir pour changer la situation. L’idée de guérir peut être plus menaçante que l’idée de persister dans sa souffrance présente.

J’ai rencontré une femme à une retraite qui m’a confié que l’agression sexuelle qu’elle avait subie à l’âge de 10 ans remontait à la surface maintenant qu’elle avait 40 ans. Elle avait cherché à fuir ses souvenirs d’une année à l’autre en les refoulant et en niant ses émotions. Mais son état ne s’était pas amélioré; il s’était empiré au point qu’elle souffrait intensément de crainte, de honte et de douleur. De plus, cela nuisait beaucoup à son intimité avec son mari. Elle savait qu’elle devait surmonter tout cela, mais pour le faire, il faudrait mettre en lumière ces événements passés, et cela lui faisait trop peur.

Je l’ai assuré de deux faits… les mêmes faits dont je vous assure ici. Premièrement, il est possible de guérir des effets d’une agression. Il est possible de se trouver libéré, non des souvenirs de l’agression, mais de ces effets dévastateurs. Deuxièmement, cela ne se fait pas tout seul. À moins de prendre les pas nécessaires à la guérison, la victime ne se trouvera jamais délivrée de la douleur liée à cette agression. Elle continuera à se réveiller chaque matin avec le désir de se trouver en paix, délivrée de ce tourment.

Comment savoir si votre passé sexuel vous affecte encore aujourd’hui? Cette liste décrit quelques-unes des façons qu’une agression passée peut influencer votre vie présente :

Vous avez de la difficulté à accomplir vos tâches au travail ou au foyer;

Vous souffrez d’angoisse, d’anxiété ou de dépression;

Vous avez de la difficulté à vous approcher des autres;

Vous souffrez de souvenirs, de cauchemars ou de flashbacks terrifiants;

Vous évitez tout ce qui sert de rappel de ce traumatisme;

Vous vous sentez sans émotion, isolé des autres;

Vous vous tournez vers l’alcool ou la drogue pour soulager votre souffrance ou pour pouvoir faire l’amour avec votre partenaire;

Vous ne prenez aucun plaisir à l’acte sexuel avec votre partenaire, ou vous avez l’impression que quelque chose manque…

Cet article fait partie d’une série d’articles sur l’agression sexuelle:

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires