Ce que Dieu m’a appris au sujet du sexe

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Notre société se trouve bombardée par le sexe : dans les films, les émissions à la télé, les annonces publicitaires, les chansons à la radio, les romans, les magazines et sur Internet.

Le sexe est devenu une préoccupation majeure pour beaucoup de gens… certains vont même jusqu’à se définir par leur orientation sexuelle.

Depuis les années 1960, la grande majorité des gens dans l’Occident ont fait fi de la sagesse de leurs aïeux pour poursuivre toutes sortes d’expériences sexuelles. En fait, la grande majorité des gens pensent que c’est tout à fait normal de le faire. Ils ne peuvent même pas imaginer suivre les principes que Dieu nous donne à l’égard du sexe.

Lorsque cela vient au sexe, certains voient Dieu comme un puritain qui détourne ses regards en rougissant lorsqu’il voit deux êtres humains faire l’amour. D’autres le voient comme un Dieu sévère et exigeant qui nous interdit tout plaisir dans la vie, incluant le plaisir sexuel.  D’autres encore le voient comme un Dieu aux lois démodées qui ne comprend rien à la réalité.

Mais est-ce le cas?

Lorsque j’étais jeune adulte, je lisais souvent une rubrique de conseils dans le journal. Une femme y offrait des conseils de vie aux gens qui lui envoyaient des lettres décrivant leur situation. Un jour, elle a écrit ce commentaire :

Je ne reçois presque jamais de lettres de jeunes adultes qui pratiquent le célibat. Les lettres que je reçois sont presque toujours écrites par des gens qui n’ont pas suivi les conseils de Dieu concernant le sexe. Est-ce possible que ce soit parce que les gens qui suivent ses conseils ne souffrent pas des conséquences de leur choix?

Sa question m’a porté à réfléchir.

Et si notre société avait tort, et Dieu avait raison?

Est-ce possible que Dieu nous demande de suivre ses principes concernant le sexe afin que nous vivions notre sexualité de la meilleure façon possible? Est-ce possible que tout commandement qu’il nous donne, il nous le donne pour notre bien, afin de nous protéger autant que possible de la souffrance?

C’est ce qu’il déclare à plusieurs reprises dans sa Parole : « Marchez dans toutes les voies que je vous prescris, afin que vous soyez heureux. » Jérémie7.23

Lorsque j’ai lu la Bible pour la première fois, cela m’a vraiment surpris de constater  à quel point ce livre parlait ouvertement de sexe, et cela, dès les premières pages! Cela m’a aussi surpris de constater la beauté du plan de Dieu en matière de sexualité et d’amour. Je ne vous offre ici que quelques observations principales, en vous invitant à lire les Écritures pour découvrir pour vous-mêmes la beauté de l’acte sexuel tel que Dieu le conçoit.

1. Dieu a créé le sexe

C’est l’évidence même, n’est-ce pas? Dieu, le Créateur de toutes choses, a créé un monde où tout être vivant se reproduit, soit de manière asexuée ou sexuée. Cela va pour les plantes autant que pour les animaux. Le sexe n’est pas notre idée, mais bien la sienne.

Donc, l’acte sexuel ne le fait pas rougir. Cela ne le surprend pas. Cela n’est pas contraire à sa volonté. En fait, personne ne comprend mieux notre sexualité, dans toute sa beauté et sa complexité, que lui. Il est le plus grand des sexologues!

2. Dieu a fait de l’acte sexuel un acte empreint de plaisir, un plaisir intense, même!

Avez-vous déjà noté que tout acte nécessaire à la vie est aussi une source de plaisir? Manger, boire, se laver, se multiplier… la vie quotidienne regorge de plaisirs!

Dieu utilise un mot intéressant pour décrire sa création, le mot hébreu tov, c’est-à-dire beau, plaisant, agréable. Et ce constat inclut l’acte sexuel, puisqu’il considère la multiplication des êtres humains sur cette terre comme une bénédiction qu’il nous offre. Dieu nous le dit clairement dans sa Parole, et surtout dans le Cantique des cantiques, un livre qu’il dédie à l’amour conjugal : il veut que l’acte sexuel soit empreint de plaisir, d’amour et de joie! Si vous pensez que Dieu est puritain, désabusez-vous de cette idée en lisant le Cantique.

3. Dieu veut que les rapports sexuels se vivent dans un contexte précis : une relation d’amour inconditionnel réciproque, hétérosexuelle et monogame.

Lorsque nous lisons le texte de la création et le Cantique des cantiques, nous découvrons que Dieu a voulu que la relation de mariage soit la plus intime des relations sur cette terre. Il a voulu que le sexe soit un langage d’amour que le couple créait ensemble et ne partageait avec personne d’autre. Il a voulu faire de l’acte conjugal une façon unique et confidentielle d’exprimer leur amour, leur affection, leur engagement et leur union.

Dès le récit de la création, il décrit sa volonté à cet égard, lorsqu’il dit ceci : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »

En disant homme et femme, il indique que l’acte sexuel, tel qu’il l’a conçu, était une union hétérosexuelle, capable d’engendrer une progéniture.

En disant que l’homme quitterait son père et sa mère, il indique qu’il s’agit d’êtres adultes et autonomes.

En disant que l’homme s’attacherait à sa femme, et qu’ils deviendraient une seule chair, il indique qu’il s’agit d’un engagement, l’offre d’un amour inconditionnel réciproque, une union pour la vie. Il indique aussi que l’acte sexuel a lieu après l’engagement, et non avant, et qu’il sert à unir le couple.

4. Les choses se sont gâchées après la chute

Lorsque nous lisons le livre de la Genèse, nous découvrons qu’après la chute d’Adam et Ève, l’acte sexuel ne se vit plus tel que Dieu l’a conçu. Peu à peu, nous voyons la bigamie, la polygamie, l’esclavage sexuel, le rapt, l’inceste, le viol, la prostitution, l’homosexualité et l’adultère faire leur entrée et influencer Abraham et sa descendance, entre autres.

Une relation d’amour inconditionnel, réciproque, hétérosexuelle et monogame devient l’exception plutôt que la règle, et cela engendre toutes sortes de souffrances au sein de la famille et de la société.

5. Dieu a donné des commandements pour minimiser les dégâts

Jésus nous dit que tout commandement dans sa Parole peut se résumer à deux commandements : aimer Dieu de tout notre être et aimer notre prochain comme soi-même.

Ainsi, tout commandement que Dieu nous donne concernant la sexualité trouve sa raison d’être dans cet objectif : apprendre à aimer Dieu de tout notre être et apprendre à vraiment aimer son prochain, tel que Dieu le veut.

Parce que Dieu a créé le sexe pour qu’il se vive dans le contexte d’un mariage monogame hétérosexuel empreint d’amour inconditionnel et qu’il devienne un langage d’amour unique à ce couple, il interdit la pornographie, le viol, le rapt, le sexe avant le mariage et le sexe en dehors du mariage (l’adultère), la polygamie, l’inceste, la pédophilie, l’homosexualité et la bestialité, pratiques qui étaient toutes très courantes à l’époque de Moïse. Pour Dieu, toutes ses déviations de son plan premier sont des symptômes d’un manque d’amour pour lui ou pour autrui. Toutes viennent nuire soit à l’individu, à la famille ou à la société. Toutes sont des indications d’un manque d’amour et de confiance en lui.

Dieu ne veut pas que son peuple soit comme tous les autres peuples : il veut que son peuple se démarque en vivant selon son dessein, afin que les autres peuples de la terre constatent la sagesse et la bonté de Dieu en constatant les bienfaits de sa loi.

Dieu est-il trop exigeant? Nous impose-t-il des standards irréalistes?

Si nous essayons de suivre Dieu par nos propres forces, nous trouverons cela difficile sinon impossible de vivre notre sexualité comme Dieu le veut. Cela est indéniable. Mais Dieu veut-il qu’on vive ainsi?

Bien avant l’arrivée de Jésus, Dieu a dit ceci : « Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. » Ézéchiel 36.25-27.

6. Jésus peut nous restaurer dans notre sexualité

Jésus nous dit que sans lui, nous ne pouvons rien faire (Jean 15), mais il nous dit aussi qu’il est venu nous donner une nouvelle vie, une nouvelle nature, et que lorsqu’il habite en nous par son Saint-Esprit, nous pouvons accomplir sa volonté.

L’apôtre Paul le dit ainsi, en parlant aux nouveaux chrétiens à Corinthe, une ville reconnut pour la débauche qu’on y trouvait : « Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu. Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ, et par l’Esprit de notre Dieu. » I Corinthiens 6.10-11

Quel que soit notre passé, nous pouvons venir à Jésus en sachant qu’il nous offre un nouveau départ, une vie où il nous transformera pour que nous puissions vivre selon sa volonté dans tous les domaines de notre vie, incluant le domaine sexuel. C’est alors que nous pourrons découvrir à quel point son dessein est merveilleux!

À lire aussi :

Ce que le sexe m’a appris au sujet de Dieu

Relations sexuelles avant mariage : ce que dit la Bible

Pornographie toxique, sexualité toxique

 

Pourquoi se marier?

 

Le célibat : une route vers les choses à venir

 

Print


6 réponses à “Ce que Dieu m’a appris au sujet du sexe”

  • Ekaterina says:

    Etre bisexuelle est-ce donc un péché ?

    • Cédric Croissant says:

      Bon appelons un chat, un chat !¨
      un péché, c’est quoi ! une désobéissance volontaire, ou traduis de l’hébreu : manquer sa cible !
      Quand nous péchons, c’est un acte de volonté, nous avons du prendre une décision,et agir en fonction de cette décision. Je te rassure nous avons tous péchés ( romains 4:23 et suivant ) Dieu sait très bien, que nous n’avons pas l’omniscience, la connaissance de toutes choses. Donc nous prenons forcément de mauvaises décisions et nous péchons.

      l’homme a été fait pour la femme, et la femme a été faite pour l’homme.
      Dans Romains 1 : 25 a 28, relate les relations contre nature.
      Si on lis le texte, on pourrait croire que Dieu les condamne, mais en fait non, Il les respecte dans leur décision, “ils n’ont pas jugé bon de connaître Dieu ” (romains 1:28), ils n’ont pas jugé utile de savoir ce que Dieu désirait pour eux.

      Le fait que tu pose cette question, me montre simplement que tu cherche la réponse, que tu cherche Dieu, ce que Lui veut.
      Selon Romains, c’est effectivement un péché, mais Dieu nous invite a nous détourner du péché, en Jésus-Christ nous avons le PARDON du péché, nous étions condamné, et Jésus a payer le prix a NOTRE place. Donc nous pouvons nous détourner du péché, et prendre la bonne décision.
      (Mon peuple se meurt, faute de connaissances)
      Plus nous cherchons a connaitre la volonté de Dieu, plus nous choisirons ce qu’Il a en réserve pour nous, et plus nous seront libre en Christ 🙂

  • Chère Ekaterina,
    Sur le Sermon sur la Montagne, Jésus nous dit que nous péchons tous dans le domaine de la sexualité (Matthieu 5). Nous avons tous besoin de sa grâce transformatrice dans ce domaine. Toute relation sexuelle en dehors du mariage est péché, même lorsqu’il est commis en pensée seulement, mais Jésus est venu nous pardonner et nous délivrer du péché, et non pas nous condamner.
    Cela répond-il adéquatement à ta question? Sinon, tu peux cliquer sur le bouton dialogue ou parler à un mentor pour en parler en privé avec l’un de nos mentors bénévoles.Voici le lien vers notre système de mentorat confidentiel : http://pouvoirdechanger.com/decouvrir/parler-a-quelquun/

  • Ph. Renard (BRALLEUD) says:

    La bisexualité n’est pas un “péché” au sens biblique Laisser les personnes dans l’ignorance de leur splendeur lumineuse qu’il leu faut redécouvrir (l’ascendance spirituelle) oui, là est le seul péché du monde (rien à voir donc avec le fait d’avoir mordu dans quelconque fruit.) Le fait d’être bisexuel reflète un doute inconscient en soi-même, difficile de répondre au mieux au vrai désir de l’âme en croyant combler un manque (illusion) entre les polarités male-femelle, et le désir de se réveiller à la plénitude, l’unité. Ce qui exige de soi-même de vouloir “vouloir” se poser en réponse en vue de s’identifier progressivement à la qualité de l’Amour Inconditionnel qui affranchit de l’ignorance pour reprendre les paroles du Maître Jésus. Le Cœur de l’homme est “habité” et chacun doit apprendre à se hisser à ce niveau de conscience. La Présence se manifeste en rayonnant aux êtres de bon vouloir lorsqu’ils se posent réellement librement et consciemment en réponse au service de la vérité. Celle-ci n’est pas non plus statique elle évolue en même temps que chacun réapprend face aux vieux schémas anciens à résorber les doutes et les souffrances qu’il s’impose. Comprendre la sexualité en fait partie en répondant au karma (en sanskrit ce mot signifie choix, décision, action et pas punition.) L’homme insatisfait de sa propre vie, incapable de l’accueillir attire sur lui la difficulté et les maladies qu’il crée par ses propres résistances lorsqu’il manifeste qu’il refuse de suivre les commandements de Dieu (Il se fait que Dieu, peu importe le nom que vous Lui donnez ne se commande rien à lui-même, ce serait faire croire qu’IL se trompe.) Décantez au calme (le silence est un précieux outil pour découvrir le vrai), il s’agit de suggestions et de Principes de bien être pour grandir en paix, en joie et en harmonie dans le Divin en se détachant des peurs. Se découvrir sexué c’est s’accepter en tant qu’homme et femme, témoin à la ressemblance du Divin pour participer Le manifester en se posant, une fois de plus en réponse. Au lieu de se poser des questions qui resteront sans réponses (l’égo aime tellement se croire aux commandes.) En observant les leçons de la nature, y compris la raison de la sexualité, en prenant du recul, il s’agit de bien ou de mal mais de savoir se responsabiliser en réapprenant, sur le plan humain, à lâcher résolument prise sur les masques de complaisance et les croyances erronées qui induisent l’erreur et l’auto-mensonge (le voile) afin de se réconcilier dans le bon esprit avec la véritable nature de l’âme. Respirer en phase avec l’Esprit Souverain. Ce dernier observe, la qualité des intentions réelles et des réponses que nous lui proposons au service de l’éveil collectif. Même à notre place et à notre niveau de compréhension parce que chacun est concerné, comprendre la vraie sexualité c’est cesser de juger afin d’observer en silence et observer c’est veiller et témoigner de la vraie pratique du pardon. Parce que oui, c’est par… don de soi que l’on attire sur soi-même la connaissance. Accepter de sortir du Croire pour entrer dans le Savoir et se libérer du Savoir pour s’imprégner en conscience, de la Connaissance et servir l’intelligence et l’utilité des polarités père-mère, négative et positive, homme-femme. Comme deux fils nécessaires pour produire un contact et allumer une ampoule. La sexualité sacrée permet de comprendre comment se libérer de la peur et des tabous mais pas n’importe comment. Il s’agit bien sûr d’oser se responsabiliser et se consacrer chaque jour une qualité de temps pour découvrir, en conscience, ce qui est juste. La question sur la bisexualité suggère l’étirement entre les deux sexes, l’aspect paternel force et rigueur (pas paternaliste) et l’aspect maternel, douceur et tendresse et de lénifier la lutte entre les deux. Vivre en harmonie avec soi-même c’est s’exprimer en se posant dans le juste milieu. Observer ce qui se passe dans la nature, un arbre un animal ne “transgressent” pas les suggestions naturelles, la nature s’inspire de ce qui respire à travers elle. Trouvez l’équilibre et vivez selon votre cœur. Philippe

    • Cédric Croissant says:

      Quand je lis ton texte, une chose me frappe : la confusion, les réponses : oui , non peut-être.
      Dieu a établi un ordre spirituel, qu’Il respecte Lui-même au plus haut point. Il ne se désavoue pas.
      Il nous invite simplement a le suivre avec Lui. Le désordre spirituel crée le désordre naturel, car les 2 sont indissociables. Si tu observe le monde qui nous entoure, tous sont confrontés a ce désordre, mais Jésus nous donne LA solution en Lui. La réconciliation avec Dieu, Dieu veut que nous puissions vivre l’ordre qu’Il a établi, et Il ne nous laisse pas seul, Il veille sur nous, Il nous parle constamment, (pour peu que nous soyons attentifs a Ses Paroles), et mieux Il le déclare Lui-même, Il donnera Son Saint Esprit a quiconque le demande. Je t’invite a expérimenté Son Saint Esprit. Cela te donnera des réponses, et te fera surtout sortir, de la confusion dans laquelle tu te trouve.

  • mk says:

    que dit la bible à propos de cunnilingus et fellation’ est ce bon ou mauvais. un passage biblique svp

Afficher vos commentaires