Je suis ta femme, pas ta boniche!

Auteur: Sheila Wray Gregoire

Traduit de l’anglais par Carine Bisseck

Voià une histoire qui va être un peu particulière!  J’ai reçu un courriel très gentil cette semaine d’une lectrice régulière qui a besoin de conseils. Elle a expliqué en détail ce qui se passe dans son mariage. Je n’ai que sa version des faits, mais je la crois; j’ai vu une situation quasiment identique dans les mariages de deux amies. En fait, c’est en observant ces amies vivre ces mêmes expériences dans leurs mariages, que j’ai eu pour la première fois l’idée d’écrire To Love, Honor and Vacuum (« Aimer, honorer et passer l’aspirateur »).

Je voudrais en parler aujourd’hui. Voici, en résumé, ce qui ne va pas dans le mariage de cette lectrice :

1. Son mari n’accorde aucune importance au fait de passer du temps avec elle. Il n’organise jamais de sorties en amoureux avec elle; il va au travail ou joue sur son ordinateur.

2. Son mari ne lève pas le petit doigt dans la maison. Il dit qu’elle s’intéresse davantage au ménage et que c’est donc elle qui devrait le faire, puisque cela ne le tracasse vraiment pas. (En passant, cette lectrice travaille à temps plein, tout comme son mari, mais ils n’ont pas encore d’enfants).

3. Le mari n’a pas vraiment envie d’avoir des enfants, même si quand ils sortaient ensemble, il donnait toujours l’impression d’en vouloir.

4. Alors qu’au début de leur mariage, il allait à l’église, il a récemment cessé d’y aller. Après leur mariage, il a promis à sa femme qu’il s’y rendrait et déclare maintenant que ce n’est pas son truc et qu’elle ne devrait pas essayer de l’obliger à y aller.

5. Le mari de cette lectrice veut qu’elle travaille à temps plein, parce qu’il a besoin de ce revenu supplémentaire.

6. Il a une amie proche avec qui il communique beaucoup en ligne.

7. Cette lectrice fait maintenant une dépression, souffre d’autres désordres cliniques et a besoin de prendre des médicaments pour contrôler tout cela. Elle a peur de devoir passer le reste de sa vie en dépression à cause de son mariage, mais elle ne sait pas quoi faire. Elle a peur de faire entrer des enfants dans cette relation.
Quelle réponse lui donner?

Laissez-moi tout d’abord vous présenter les similarités entre cette lectrice et les deux autres femmes que je connais. Toutes ces femmes avaient des maris qui passaient du temps avec leurs « potes », mais qui n’avaient pas une minute pour faire des sorties en amoureux avec leurs épouses. Aucun de ces maris n’aidait dans la maison. Tous souhaitaient que leurs femmes travaillent afin de pouvoir profiter de ce salaire. Les deux autres maris (je n’en suis pas sûre en ce qui concerne le mari de la lectrice) vérifiaient de près les achats de leurs femmes, parce qu’ils ne voulaient pas qu’elles dépensent de l’argent, tandis qu’eux-mêmes s’offraient ce qu’ils voulaient. À l’arrivée des enfants, ces deux hommes ne passaient pas vraiment de temps avec eux et estimaient que c’était à la femme de le faire.

J’aimerais aider cette femme, mais j’ai très peur de lui donner la réponse chrétienne « typique ». Je ne pense pas que cette réponse typique lui apporte quoi que ce soit. Bien sûr, nous pouvons lui dire de prier parce qu’elle ne peut pas changer son mari. Nous pouvons lui dire de tout faire pour répondre aux besoins de son mari, parce que c’est son devoir de femme. Nous pouvons lui dire qu’elle doit l’aimer et que Dieu sera avec elle pendant ce temps.

J’ai dit toutes ces choses dans différents articles et j’y crois vraiment. Mais je pense aussi qu’il arrive un moment où nous devons aller plus loin, et je pense que ce moment a peut-être été atteint dans ce mariage.

Comme je l’ai dit, la situation de cette lectrice est semblable à celle de mes deux amies, et dans leur cas, il est devenu assez évident que leurs maris ne voyaient aucun intérêt à être mariés. Ce qui les intéressait c’était de demeurer des enfants qui se trouvaient être des adultes. Ces hommes avaient tout ce qu’ils souhaitaient et pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient; ils n’avaient aucune limite; ils vivaient leur vie exactement comme ils l’entendaient. Ces hommes ne cherchaient pas à savoir quel effet cela pouvait avoir sur leurs épouses (et en fait, mes deux amies ont dû être mises sous Prozac après quelques années de mariage). Ces deux hommes voulaient simplement continuer à mener le genre de vie qu’ils souhaitaient, parce qu’ils avaient une femme à la maison pour leur préparer leurs repas, faire leur lit et avec qui ils pouvaient avoir une relation sexuelle de temps en temps. Ils avaient absolument tout sur un plateau. Ils avaient le mariage sans les obligations qui l’accompagnent.

Je ne suis pas en train de dire que tous les hommes sont comme ça, ni qu’il n’y a pas de femmes ayant le même genre de comportement. J’ai aussi connu des femmes qui agissaient ainsi dans leur mariage. Je veux tout simplement parler de ce genre de relations, parce que la question a été posée.

N’acceptez aucun comportement enfantin dans votre mariage

Voici mon sentiment à ce sujet : Dieu ne veut pas que nous acceptions un comportement contraire aux valeurs chrétiennes. Lorsque le Christ servait, il faisait souvent des choses très humbles, comme par exemple laver les pieds des gens. Mais cela ne voulait pas dire qu’il était lui-même quelqu’un de condition modeste. Et lorsqu’il servait, il faisait en sorte que les gens se tournent vers Dieu.

À mon avis, nous pouvons adopter des schémas relationnels dans nos mariages où le comportement que nous avons envers nos maris ne les dirige pas vers Dieu, mais les en éloigne plutôt. Si nos maris peuvent agir comme ils le veulent, et être complètement égoïstes, immatures et avoir une tendance à nous contrôler, alors notre mariage n’honore pas Dieu. Je ne suis pas en train de dire de quitter le mariage, je dis simplement qu’il y a quelque chose qui cloche dans notre façon d’interagir avec notre mari.

Je ne pense pas que les gens devraient manquer de respect aux autres. Je ne pense pas que ce soit un comportement chrétien, et pendant trop longtemps, c’est ce qu’on a demandé aux femmes d’accepter. Ce n’est pas le genre de mariage qui honore Dieu.

Alors, mesdames, je vous implore vraiment aujourd’hui : ne trouvez pas une réponse toute faite. En toute honnêteté, sans mettre fin à son mariage, que devrait faire cette lectrice (ou que peut-elle faire) pour transformer sa relation en une relation honorant davantage Dieu? Lui dire de ne rien faire et de supporter ou de se soumettre, même si cela est dit de façon moins brutale, cela ne va certainement pas l’aider.

Permettez-moi de vous faire part de certaines de mes réflexions, puis je vous invite à partager les vôtres dans la section des commentaires. Si je devais m’adresser directement à cette femme, voici ce que je lui dirais :

1. Vous n’êtes pas obligée de supporter ce traitement de boniche. Il vous demande de travailler à temps plein afin que vous rameniez un bon salaire, mais aussi de faire le ménage dans toute la maison et il justifie cela en disant que « de toute façon, il n’en a que faire ». Si j’étais à votre place, j’apprendrais à manier l’art d’avoir une conversation calmement avec lui, sans lui faire de reproches. Je lui parlerais tout simplement. Voici comment les choses se passeraient :

Demandez à votre mari si vous pouvez vous asseoir pour discuter ensemble du fonctionnement de la maison.
Vérifiez le revenu qui est nécessaire pour le foyer, puis examinez l’entretien de la maison. Parlez des travaux ménagers et de la cuisine. Il n’accorde peut-être aucune importance à ces choses, mais demandez-lui si votre opinion devrait être prise en considération dans la discussion. Expliquez-lui ensuite que s’il estime que la maison est sous votre entière responsabilité, alors vous devrez sacrifier votre salaire.

Le cadre dans lequel se déroule cette conversation est important. Choisissez un moment où il n’est pas stressé ou essayez de lui parler quand il est de bonne humeur. Allez faire une balade ensemble après le souper (si vous réussissez à le convaincre). Essayez un samedi matin lorsque vous n’avez rien à faire tous les deux. Demandez-lui à l’avance si vous pouvez passer la journée à discuter ou à planifier certaines choses. Si votre mari refuse la discussion ou s’il se met en colère lorsque vous abordez ce sujet, dites quelque chose du genre : « Je suis désolée que tu te sois mis en colère. Je ne veux pas que nous nous disputions et je voulais tout simplement en parler. Mais étant donné que tu ne le veux pas, je t’informe simplement que je vais quitter mon emploi. Si tu as une autre suggestion me permettant de mieux équilibrer les tâches que j’ai à faire à la maison, je serais ravie de l’entendre. »

Le plus important est de ne pas s’impliquer émotionnellement dans la conversation, si cela est possible. Vous êtes en train d’essayer de discuter de quelque chose avec votre mari, afin de pouvoir avoir une conversation normale (ce qui apparemment ne vous arrive pas souvent). Vous aimeriez avoir ses suggestions. Mais s’il ne veut pas vous en donner, alors tant pis. Ce n’est pas votre problème. Ne réagissez pas avec colère, soyez en paix dans votre cœur et ne ressentez aucune amertume avant de lui parler. Demandez à Dieu de vous aider pour cela, puis commencez la conversation.

Davantage de conversations importantes
2. Habituez-vous à ce genre de conversations, car vous devrez en avoir d’autres tous les deux! Deux en réalité. La première conversation de ce type devra porter sur cette amie qu’il fréquente. Cela n’est absolument pas acceptable. Pour moi, dans une relation, c’est à prendre ou à laisser. Votre mari doit choisir entre elle et vous. D’autres personnes estimeront peut-être que je suis trop dure, mais je pense que c’est par ce genre de chose qu’une liaison extraconjugale commence. En plus, tromper sa femme n’est pas qu’une question physique. Si un homme satisfait ses besoins relationnels auprès d’une autre femme, cela signifie qu’il trompe déjà la sienne.

3. Voici la troisième conversation que vous devrez avoir avec votre mari. Vous avez besoin de faire des sorties en amoureux. Vous devez prendre régulièrement du temps pour vous où vous pourrez parler et communiquer. Idéalement, cela devrait avoir lieu au moment du souper, mais il n’a pas l’air de vouloir s’asseoir pour partager un repas avec vous. Discutez avec lui du meilleur moment que vous pouvez trouver pour pouvoir passer du temps ensemble. Donnez-lui la possibilité de choisir, par exemple : « Veux-tu que nous allions marcher tous les soirs ou préférerais-tu que nous choisissions le jeudi soir pour aller souper en amoureux? » Ne lui laissez pas la possibilité de ne rien choisir, puis insistez pour avoir une réponse. S’il est devant son ordinateur et refuse de sortir (chose que beaucoup de maris font), alors si j’étais à votre place, je prendrais le temps d’avoir une autre conversation sérieuse avec lui, pour lui faire comprendre à quel point cet ordinateur prend une place importante dans votre mariage.

Prendre soin de soi est très important
4. Vous devez maintenant vous occuper de vous-même. Je suis vraiment inquiète par la possibilité de faire une dépression. La raison pour laquelle de nombreuses femmes se trouvant dans ce genre de situation font des dépressions, c’est parce qu’elles se sentent inutiles. On a dit à ces femmes que leur but principal était de servir leur mari; elles s’acquittent donc de leur devoir, mais sans recevoir d’amour de leur mari en retour. La vie dont ces femmes rêvent disparaît donc et elles ne voient pas comment s’en sortir. Ces femmes ne se sentent pas aimées du tout.

Vous devez trouver votre force en Dieu. Votre mari ne vous aimera de toute façon jamais comme Dieu vous aime; vous devez vous rapprocher de lui. Faites en sorte de trouver un moment calme pour passer du temps avec lui tous les jours. Allez à l’église même si votre mari n’y va pas, et concentrez-vous sur Jésus et non sur ce qui ne va pas dans votre mariage. Apprenez de nouveau à aimer Dieu.

Apprenez à vous aimer vous-même. Vous êtes une enfant de Dieu. Vous lui êtes précieuse. Peut-être ne vous sentez-vous pas précieuse aux yeux de votre mari, mais vous l’êtes aux yeux de Dieu. Vous devez donc vous traiter avec du respect. Faites des activités physiques, mangez sainement et faites attention à votre santé. C’est vraiment un long chemin à parcourir! Impliquez-vous dans votre collectivité et faites du bénévolat. Trouvez-vous un nouveau loisir.

Rester passive ne réglera pas le problème
L’un des problèmes qui se produisent souvent dans les mariages, c’est que la femme adopte une attitude très passive. Cela encourage la paresse du mari et fait en sorte qu’il considère sa femme comme une personne qui ne mérite pas vraiment qu’on l’aime passionnément. Lorsque la femme est effacée et calme, il est difficile pour son mari de ressentir une certaine excitation (je ne suis pas en train de parler de sexe, même s’il s’agit d’un élément à considérer. Je parle seulement de sentiments).

Ne soyez pas effacée! Ne laissez personne vous marcher sur les pieds! Peu importe ce qui se passe dans votre mariage, vous êtes PLUS qu’une simple épouse. Utilisez donc votre cerveau et apprenez un nouveau passe-temps. Regardez des émissions intéressantes, lisez des livres passionnants ou développez une entreprise. Cultivez un jardin. Faites quelque chose qui vous procure du plaisir. Lorsque nous sommes épanouies, cela se reflète dans le reste de notre vie.

Incluez volontairement votre mari dans ces nouveaux changements

Lorsque vous mettez en place ces changements, essayez de ne pas vous éloigner de votre mari. Incluez vos nouveaux centres d’intérêt dans votre vie avec lui. Ne développez pas des relations d’amitié proches avec d’autres personnes pour combler un vide dans votre mariage, car cela ne fera que vous éloigner encore plus de votre mari. Ne vous tournez pas vers vos parents, peu importe à quel point ils sont merveilleux, car cela risquerait aussi de creuser un autre fossé entre vous. Au lieu de cela, faites en sorte de trouver du bonheur dans ce que vous faites, de façon à être plus heureuse quand vous êtes avec votre mari.

Le seul domaine de votre mariage qui me déconcerte vraiment c’est celui des enfants. Je sais que vous en voulez et que vous en avez toujours rêvé. Votre mariage semble vraiment instable pour le moment. J’ai l’impression que vous êtes encore jeune (si vous étiez âgée d’une trentaine d’années, je verrais peut-être les choses différemment). À votre place, je pense que j’attendrais et je prierais pour en avoir, mais il est possible que je me trompe.

Enfin, permettez-moi de vous dire que j’ai écrit To Love, Honor and Vacuum pour des femmes exactement dans la même situation que vous. Pour en savoir davantage, vous pouvez lire ici, ou cliquer ici pour faire un achat. Cela vaudrait peut-être la peine que vous vous fassiez un cadeau.

Voici un autre livre extraordinaire sur le même sujet : Boundaries in Marriage par les docteurs Cloud et Townsend.

Elma se sentait émotionnellement abandonnée par son mari.   Elle en parle.

À lire aussi:

Oser s’affirmer, un article de Henry Cloud

Savoir dire non (ou comment établir des relations saines et garder sa liberté)

L’art de décider ensemble

Print


5 réponses à “Je suis ta femme, pas ta boniche!”

  • gertrude says:

    Bonjour Sheila,
    Après avoir lu le sujet ainsi que tes commentaires je suis du même avis que toi et j’aimerai encore ajouter ceci :
    La confiance en soi est très importante devant tout problème dans le couple, cette femme doit se croire capable qu’en suivant tes conseils elle parviendra à une solution si pas du coup mais du moins progressivement. Et cela sera sa force.
    En plus, elle doit croire que Dieu l’aime et qu’il est avec elle dans tout ce qu’elle entreprendra pour la sauvegarde de leur couple. Comme il est écrit que devant toute tentation qui nous arrive, Dieu nous donne toujours les moyens de la surmonter, elle doit soumettre cette situation à Dieu non avec des lamentations mais avec une ferme assurance que Dieu qui permet cette situation arriver dans leur couple lui donnera les moyens de s’en sortir. En prenant ainsi le bon côté elle évitera le désespoir et sera dans la joie en dépit de ce que le diable s’attend à ce qu’elle devienne.
    Pour terminer, j’ajoute que la vérité étant une ceinture pour l’enfant de Dieu, elle doit s’efforcer d’engager des discussions comme vous l’avez suggéré mais en toute sérénité,dans le calme et la paix. Dieu nous lui donnera la force, j’en suis sûr. Les pleurs, la colère, les disputes ne sont pas à mon avis de bons moyens. Seul le dialogue (avec comme support bien entendu la prière) est l’issue idéale.
    J’avoue avoir connu à peu près problème il y a 5 ans de cela. Je me rappelle encore du jour où nous avons parlé de cela avec mon mari. Sa réaction immédiate n’avait pas été bonne, il s’était mis à tonner et à crier que je n’étais pas digne d’une femme au foyer. Mais par après, il s’était calmé et nos relations sont depuis ce jour là plus détendue et nous avons retrouvé l’harmonie. Avant je n’arrivais pas à lui parler de ce que je ressentais mais maintenant je me sens vraiment libre de lui dire ce que je pense.
    Je bénis le Seigneur qui est notre force et notre soutien.
    Gertrude Nanga.

  • Judith says:

    J’ai vécu la même situation et je m’en suis sorti par la grâce de Dieu. Cela ne veut pas dire que que mon mari est devenu un homme parfait! Loin de là! mais à présent je ne me laisse plus marcher sur les pieds! et du coup je me suis sentis mieux.

    Chère soeur en Christ, si tu continue comme ça tu vas tomber malade. Fais-toi de petites plaisirs! Accorde-toi, de temps en temps de petites récréations. Fais des choses que tu aimais faire avent ton mariage! N’accepte pas toutes les corvées de la maison pendant qu’il se prélasse devant la télé. Si l’émission qu’il regarde t’intéresse, alors lâche tout et prépare du jus de fruit et installe-toi à coté de lui! Ne te fais pas de soucis, ce qui n’est pas fait aujourd’hui, tu pourras le faire demain ou jamais! La vie est beaucoup trop courte pour la passer dans les corvées du quotidien! Ne te met jamais en colère! ce n’est pas bon pour la santé! N’oublie pas la FORCE est calme! Comme ça tu attireras son attention, et il sera bien forcé de constaté que tu n’es plus sa chose, mais une personne à part entière digne de respect, au moins autant que “son amie”.

    Judith

  • annie says:

    merçi pour votre message. On a toujours le choix devant un problème et le meilleur choix , c’est de lutter en ne se perdant pas soi même. Dans le couple, on est deux et pas plus ou moins pour prendre les responsabilités. Que Dieu vous bénisse. annie

  • Alexandra says:

    Divorce!

  • Same says:

    bonjour!
    j’ai un grand proble ,je suis dans une relation a distance mais ca fait deja 3 ans que je suis avec elle.elle a completement changer, je sais plus quoi faire .le stresse fait sa demeure en moi. j’ai besoin d’aide svp

Afficher vos commentaires