L’homme et la femme brisés

Auteur: René Laframboise

Extrait du livre, Hommes-femmes, égaux mais différents

Les deux textes de la Genèse (chap. 1 & 2) mettent en lumière le fait que l’homme et la femme sont égaux en valeur, mais que Dieu les a créés en s’y prenant différemment, dans le but qu’ils aient des fonctions différentes, lesquelles, mises en commun, permettront une vie harmonieuse.

Comprendre le masculin et le féminin

La masculinité se caractérise par le sentiment de force intérieure qui pousse une personne à l’action, cette capacité de prendre des initiatives, de créer; l’homme est pourvu d’autorité pour porter des fardeaux et des responsabilités. Chez lui, l’intellect prédomine; il possède une pensée rationnelle, logique, et est en mesure de faire abstraction de ses émotions par une froide relation objective: « je pense, donc je suis ». Il a un goût pour la technique et les choses, la manipulation des choses. Il est orienté vers le faire.

La féminité se caractérise par la douceur, l’affection et la tendresse; elle est accueillante, elle reçoit. Elle est chaleureuse, sensible. Elle se donne et s’abandonne, se dévoue, a le sens du sacrifice, de l’abnégation et de la générosité. Elle est active et entreprenante. Elle nourrit et soigne, elle est remplie de compassion, elle console, elle soutient, elle veille. Elle est sentimentale et émotive, elle est intuitive. Elle a un sens de la personne, capable d’établir des relations aimantes; elle s’attache à l’être; elle a une intelligence du cœur, elle s’attache au sentiment, à la relation personnelle, à la vie émotionnelle et affective. « Je suis en relation, donc je suis ».

L’homme en recherche

Il y a une multitude d’hommes dont l’image a été brisée et qui se cachent derrière l’apparence d’un homme sûr de lui-même et qui réussit. Dans les faits, derrière cette apparence on découvre des sentiments d’insécurité face aux défis de la vie, d’incapacité à prendre ses responsabilités, d’instabilité dans les émotions.

Pour entrer dans sa destinée d’homme, il a besoin de se sentir « supporté de l’intérieur »; en d’autres mots, d’avoir une « colonne vertébrale »[1].

Plusieurs hommes se sentent complètement démunis face aux défis à relever. Intérieurement, ils ont l’impression d’être des « p’tits gars », de ne pas avoir grandi. La relation vécue avec le père est un facteur déterminant dans la croissance du garçon dans son identité d’homme: père absent, silencieux, violent, dénigrant, ou aimant, présent, encourageant. Nous avons abordé en profondeur ce sujet ainsi que proposé des démarches de guérison dans un premier livre intitulé Adopté par le Père, pour devenir adulte[2].

Le complexe d’infériorité de la femme

Dans la lutte entreprise pour défendre ses droits et prouver son égalité, la femme a erré. Sans s’en rendre compte, elle a pris l’homme comme étalon de mesure et s’est comparée à lui pour se prouver. Elle s’est mise à l’imiter.  La comparaison est un piège pour toutes les relations, et particulièrement en ce qui concerne la relation homme-femme. Plutôt que de se comparer, d’envier l’autre sexe et d’entrer en compétition, la femme a avantage à découvrir et apprécier ce qui fait sa richesse et son unicité. Paul Tournier soulignera en particulier « le sens de la personne » qui caractérise la femme. … Si les femmes arrivent à conquérir pleinement leur place, à exercer autant d’influence que les hommes dans notre société, est-ce qu’elles pourront alors guérir celle-ci de la maladie dont elle souffre, de cette carence, de cette perte de sens de la personne? Voilà mon espérance… Parce que la femme a, plus que l’homme, le sens de la personne[3].

Pour être réconciliée avec son identité féminine, considérer le premier regard, celui du père

Afin de corriger efficacement ce qui a été déformé, il importe de considérer l’histoire personnelle de la femme. Pour cela, la femme doit explorer ce qu’a été sa relation avec le premier homme de sa vie, son père. Beaucoup de femmes ont été privées d’une valorisation de leur l’image par le père, celui-ci ayant été souvent absent de leurs vies, soit à cause d’indifférence, du travail, du divorce, de la maladie mentale ou physique, ou encore d’un décès précoce. D’autres auront été atteintes dans leur image par l’abus du père, que ce soit sexuellement, ou encore mentalement par l’exercice d’un pouvoir autoritaire et parfois violent ou méprisant envers sa propre femme, dominateur.

Retrouver notre destinée

Si nous avons été influencés par notre enfance et notre vécu familial et social, et même notre héritage héréditaire, nous ne sommes pas pour autant déterminés par ceux-ci. Une œuvre de transformation est toujours accessible. Pour que celle-ci puisse s’opérer, certains facteurs doivent être présents[4].

<<Retour au premier article
<<Partie 3
Partie 5>>


Extrait du livre Hommes-femmes, égaux mais différents

L’auteur est à la fois psychologue et missionnaire au Québec. Il a aussi écrit « Adopté par le Père, pour devenir adulte » (Éditions JEM, 2007). Marié depuis 1977 à Christiane, ils vivent selon une conviction commune : Dieu les a créés égaux, mais différents, en vue de fonctions différentes et complémentaires.

Pour plus de détails et pour commander : http://laframboise.e-monsite.com/rubrique,hommes-femmes,1109731.html.

 


[1]              Deux expressions empruntées à Guy Corneau, dans Père manquant, fils manqué. Que sont les hommes devenus? Op cit. Ce psychanalyste est aussi l’auteur de L’amour en guerre.

[2]    René Laframboise, Éditions Jeunesse en Mission, 2007.

[3]    Paul Tournier, La mission de la femme, op. cit., p.38 (souligné par moi)

[4]              Pour une démarche expliquée en détail, voir le livre Adopté par le Père, pour devenir adulte, op. cit.

Print


Une réponse à “L’homme et la femme brisés”

  • Kouassi says:

    Bien-Aimé,
    merci pour cet article dont le but d’aider la majorité des croyants à se connaitre et connaitre leur alter ego.cependant j’aimerai relever quelque chose.Au commencement c’est à dire avant que Adam & Eve ne tombent dans le péché ,ils étaient tous les deux égaux; avec leur chute dans le péché ce n’est plus le cas ,parce que le péché étant entrant dans le couple(Adam & Eve)par la femme Eve désormais cette égalité n’existe plus.Dieu a placé Adam au-dessus de Eve.C’est pourquoi un passage biblique dit :”l’homme est le chef de la femme , CHRIST est le chef de l’homme et DIEU est le chef de CHRIST”

    Que DIEU vous bénisse richement
    Kouassi Patrice

Afficher vos commentaires