Mariés et heureux

Auteur: Neil Josephson

C’est le 12 août 1978 que nous nous sommes mariés, Sheryl et moi. Cela semble si loin dans le passé… Nous nous sommes tenu devant nos amis et notre famille pour prononcer nos vœux… des vœux concernant notre comportement l’un envers l’autre, la façon dont nous allions nous aimer l’un l’autre. Nous étions tout à fait sincères ce jour-là. Mais nous savions aussi que nous n’avions aucune idée de l’avenir qui nous était réservé. Nous savions que le mariage serait parfois merveilleux, mais nous ignorions à quel point il serait parfois difficile.

J’imagine que beaucoup de couples ont affronté les mêmes difficultés que nous. Peut-être certains couples ont-ils vécu moins de difficultés que nous et d’autres, plus. Je l’ignore. Mais ce que je sais, c’est que nous avons passé par des temps difficiles. Je ne parle pas seulement de circonstances difficiles. Nous avons eu des conflits de personnalités, des différences liées à notre sexe… bref, nous avons vécu beaucoup de situations différentes au fil des ans.

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!

Voici ce que j’en ai conclu : notre plus grande difficulté en tant que couple, ce n’était aucune de ces choses-là. C’était l’égoïsme. 

J’imagine que quelque chose a dû se passer pendant la cérémonie de mariage, parce que pendant nos fréquentations, j’étais gentil. Mais lorsqu’on a commencé à vivre ensemble, 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, 52 semaines par année, l’autre côté de ma personnalité s’est dévoilé de plus en plus.

J’avais besoin de constater que ce n’était pas Sheryl, le problème, bien que ce soit ce que je croyais pendant un temps. Je me disais : « Si elle était différente, alors je serais meilleur. Si elle ne faisait pas ci, je ne ferais pas ça. » Mais un jour, je me suis regardé bien en face et j’ai constaté qu’en fait, le problème, c’était moi. J’étais égoïste.

J’en suis venu à conclure que je pouvais continuer à être égoïste ou bien je pouvais être heureux en tant qu’époux, mais je ne pouvais pas être les deux. Comme je voulais être marié et heureux (comme tout le monde, j’imagine), je savais que j’avais besoin de changer.

C’est là que Dieu devient important, selon moi. Au fil des ans, Sheryl et moi avons participé à plusieurs séminaires pour couples, nous avons lu des livres, nous avons appris beaucoup de bonnes choses, et même de très bonnes choses. Et je suis reconnaissant pour toute l’aide que cela nous a procurée. Mais tout cela, prit ensemble, n’a pas influencé notre couple autant que la décision de reconnaître Dieu comme maître de notre vie. Car Dieu ne se limite pas à nous enseigner des principes. Il a la capacité de nous transformer, et il le fait.

Voici comment je vis cette réalité dans le concret du quotidien. Le matin, dès mon réveil, je ne cherche pas simplement à vivre en harmonie avec Sheryl. Je cherche aussi à vivre en harmonie avec Dieu. Il me donne la capacité d’être un meilleur homme. Il me transforme. Il me rend capable de pardonner plus facilement, d’être plus doux, plus patient, plus compatissant. Le progrès se fait lent parfois. Franchement, je crois que je continuerai à lutter contre mon égoïsme chaque jour de ma vie. Mais Dieu me transforme et il transforme Sheryl aussi. Notre objectif comme couple est non seulement de nous rapprocher l’un de l’autre, mais aussi de nous rapprocher de Dieu. Oui, les premières 33 années ont été bonnes, mais je m’attends à ce que les prochains 33 ans soient tout aussi merveilleux du fait que Dieu sera là, au cœur de notre relation.

Imprimer


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires