Monsieur Maman (ou la vie à la maison avec les enfants)

Auteur: Jim Raycroft

monsieurmomLorsqu’on m’a demandé d’écrire un article sur la situation de notre maisonnée, j’ai hésité à utiliser le terme ” Monsieur Maman ” parce que celui-ci relève d’une légère connotation négative. Après tout, aucun “vrai homme ” ne voudrait garder ses enfants de manière régulière.

Heureusement, ma femme et moi vivons en Californie du sud, aux États-Unis et la vie là-bas est un petit peu plus relaxe que dans d’autres régions. Beaucoup de mes collègues ici, qui travaillent dans l’industrie de la musique, sont dans la même situation – nous sommes des hommes au foyer.

Papas et mamans

Notre situation n’est pas forcément unique. Avec l’avènement des femmes dans le monde du travail, les hommes n’ont plus besoin d’abandonner une vocation gratifiante mais quelque peu instable, comme par exemple celle de chanteur professionnel, pour avoir un ” vrai travail ” afin de subvenir aux besoins de la famille. De même, les femmes n’ont plus besoin de renoncer à une carrière qu’elles trouvent gratifiante pour être des mères au foyer.

Stressé?  Pardonner, c'est bon pour la santé

Vous n'arrivez pas à pardonner? Parler à un mentor

Ma femme, par exemple, est une personne très créative, qui possède des qualités de chef et s’y connaît en informatique, ce qui se vend très bien sur le marché du travail. Elle a aussi deux diplômes en musicologie. Ces aptitudes supplémentaires augmentent grandement ses chances de succès dans le monde du travail et font d’elle quelqu’un de très prisé au niveau de l’emploi. Il y a à peine vingt ans, l’idée d’avoir un mari qui passait plus de temps à la maison était radicale. Les hommes dans cette situation étaient considérés comme des ratés parce qu’ils ne ” gagnaient pas la croûte “. La honte sociologique qui s’y rattachait était le plus grand problème que devait affronter les couples qui faisaient ce choix.

Je faisais sensation au YMCA (centre d’activités extra-scolaires) quand j’emmenais mon fils et plus tard ma fille à des leçons de gymnastique et de natation pour ” Maman et moi “. Après le premier mois, les autres mères de la classe racontèrent à leur mari qu’il y avait un père dans le groupe. D’autres pères firent leur apparition. On dut même adapter les paroles de certaines chansons pour y parler autant des papas que des mamans.

Chaque homme a néanmoins besoin de temps en temps de rassurer son côté ” macho buté “. Même le père de famille le plus dévoué du monde doit parfois sortir avec d’autres hommes, ne serait-ce que pour se rappeler qu’il est toujours un homme. De la même manière, la mère au travail la plus réussie commencera à sentir qu’elle n’est pas une bonne maman parce qu’elle n’est pas à la maison tous les jours ou du moins autant que sa propre mère ne l’était. Elle a besoin de sa ” dose ” de maternité.

J’essaye de surveiller les humeurs de ma femme parce que je sais qu’elle est de temps en temps en ” état de manque de maternité “. Les enfants et moi prenons le temps d’aller chercher Maman à la gare de temps en temps. Nous lui faisons aussi la surprise de l’emmener dîner. Comme ça, elle peut passer du temps avec les enfants sans interruptions. J’essaie de sortir déjeuner avec ma femme une fois par semaine et de lui offrir des fleurs toutes les deux semaines environ. L’honorer comme mère fait partie de mon amour pour elle.

Trouver une solution aux problèmes

Pour la plupart des familles, il faut que les deux parents travaillent. Nous devons payer les factures et nous voulons en plus donner à nos enfants le genre de vie dont nous nous souvenons ou que nous aurions souhaité avoir. Mais, en fin de compte, ce sont les enfants qui paient le prix de l’absence des parents. Ils peuvent devenir turbulents ou difficiles – nous savons que cela représente une supplique pour de l’attention – ou au contraire calmes et renfermés.

Les enfants ont besoin que leurs parents soient là pour eux. En définitive, le choix du parent et du moment avec eux est-il bien important?

Ma femme et moi avons essayé un système où elle travaillait à la maison et j’avais un travail normal, mais nous en sommes toujours revenus au système actuel. Ma femme gagne plus dans le marché du travail classique que je ne le pourrais et mon travail – même s’il est irrégulier – peut être très rémunérateur et me permet d’avoir un planning plus flexible.

Et pourtant, même avec ce système – et les enfants à l’école – la vie peut s’avérer compliquée. Mon emploi du temps en tant que musicien est très irrégulier. On m’appelle parfois juste 2 ou 3 heures avant un contrat. Comme tous les grands-parents vivent à plus de 4000 km, le baby-sitting de dernière minute peut devenir un défi. Ma femme et moi avons cultivé des amitiés avec des gens qui aiment nos enfants (presque tout le monde, je dois l’avouer), avec d’autres parents et avec des gens de notre église qui sont prêts à se couper en quatre pour nous aider.

Je me souviens très bien du jour où l’on m’avait programmé pour travailler sur la musique du film “Parc jurassique”. Nous étions au studio de 9 heures à 18 heures et nos deux enfants finissaient l’école à 14 heures. La seule personne qui pouvait aller les chercher avait un pick-up avec de la place pour un enfant seulement – il passa chercher ma fille d’abord, rentra à la maison et attendit avec elle que la baby-sitter arrive. Puis il retourna chercher mon fils. La nécessité est en effet mère d’industrie.

Récemment, j’ai conclu un marché avec un ami de la famille pour pallier à ce genre de situations : garder les enfants en échange de leçons de chant. Les enfants sont aussi assez grands maintenant pour que je puisse être rassuré au sujet quelque chose qui me préoccupait auparavant : la surveillance des terrains de jeux après l’école. Là où nous vivons, les écoles sont souvent trop loin pour que les enfants puissent rentrer à pied (en ce qui nous concerne il y aurait 7 km de marche) et il n’y a pas de transport en commun que les enfants puissent emprunter. La ville peut être dangereuse, donc même si l’école était suffisamment proche pour que nous enfants puissent rentrer à pied, nous ne leur permettrions pas.

Un homme qui a de la chance

La chose la plus important dont il faut se souvenir dans une famille, c’est de garder son sens de l’humour et ne pas oublier pourquoi on fait ce que l’on fait. Les enfants sont un cadeau de Dieu. Être un parent est une grande responsabilité, mais c’est aussi un privilège.

Donc, la prochaine fois que vous voyez un homme qui emmène ses enfants à l’aire de jeu en plein après-midi de semaine, n’ayez pas de pitié pour lui. Lui et sa femme ont peut-être choisi qu’il soit  ” Monsieur Maman “.

Si c’est le cas, c’est un homme qui a de la chance. Et je sais de quoi je parle.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires