Pardonner n’est pas un sentiment

Auteur: Andrea Shair

Pour construire un mariage solide, il faut apprendre à pardonner.

Nous n’avons eu que de « petites » fautes à nous pardonner l’un à l’autre lors de cette première année, mais je ne vais pas me leurrer en pensant que seulement de petits conflits toucheront notre mariage par la suite.  Cependant, en cette première année, j’ai eu beaucoup d’occasions de pratiquer le pardon (et mon mari aussi). Il est facile de penser que le pardon est juste un sentiment, mais ce n’est pas le cas.

Alors, qu’est- ce que le pardon?

Selon l’auteur Gary Chapman, le pardon est la décision d’offrir la grâce au lieu d’exiger la justice quand nous avons été blessés.

  • Le pardon ôte les barrières et retire la punition. Cela signifie que nous ne brandirons plus jamais cette faute contre l’autre.
  • Votre conjoint vous a déçu? Que faire maintenant?

    Parlez-en, en toute confidentialité
  • Le pardon permet la restauration et l’épanouissement de la relation.

Le pardon est une chose puissante.

Il est tout aussi important de comprendre ce que le pardon n’est pas.

Le pardon n’est pas l’oubli

Surtout quand il s’agit de blessures affectives, certains facteurs déclencheurs peuvent apporter un flot de souvenirs liés à la douleur. Se souvenir de la douleur ne signifie pas que vous n’avez pas pardonné le mal; il signifie simplement que vous êtes humain et que vous avez des sentiments. Quand je pardonne à quelqu’un, je choisis de ne pas laisser le souvenir de la blessure passée influencer mon attitude envers la personne qui m’a offensée.

Le pardon ne supprime pas toutes les conséquences d’une faute. Le pardon ne restaure pas automatiquement votre relation au point où elle en était avant que la blessure ne se produise. Pardonner, c’est plutôt décider que vous êtes prêt à travailler en vue de rétablir la relation.

Pardonner ne restaure pas la confiance automatiquement. La perte de confiance est une conséquence naturelle des actes répréhensibles. La confiance doit être reconstruite à partir d’excuses sincères, suivie d’une démonstration d’un changement de comportement. Nous pouvons restaurer la confiance dans la relation en demeurant ouverts et honnêtes l’un avec l’autre.

Le pardon ne se traduit pas toujours par la réconciliation. Il apporte la possibilité d’une réconciliation si les deux parties sont d’accord. Si vous êtes décidé à restaurer la relation, mais l’autre personne ne l’est pas, abandonnez la situation entre les mains de Dieu, et déversez votre douleur et votre colère auprès de lui. Ne laissez pas leur réticence à se réconcilier avec vous détruire votre vie. Parfois, la réconciliation n’est pas la voie la plus sage, parce que l’autre continuera à vous faire du mal. Il a besoin de guérir de ses problèmes et changer de comportement premièrement.

Le pardon véritable est la seule chose qui protégera votre mariage de toute racine d’amertume. Seul le pardon va abattre les murs de douleur qui, autrement, isolent les individus dans un mariage. Le pardon doit être continu. Je me suis battue contre les pensées négatives comme : « Je ne pardonnerai pas à moins qu’il ne me demande pardon en premier » parce que je sais que si je veux que Dieu me pardonne mes fautes, je dois pardonner aux autres les leurs.

Que l’autre personne demande pardon ou non est une affaire qui ne concerne qu’elle et Dieu.

En fin de compte, le pardon se pratique toujours d’abord entre Dieu et moi. Quand je suis enfin capable de me repentir devant lui de mon cœur dur, de mon orgueil et de mon désir de rétribution pour plutôt de recevoir son pardon, alors pardonner à mon conjoint (ou à quelqu’un d’autre) en est le fruit. Lorsque je pense que l’autre personne est indigne de mon pardon, alors j’ai besoin d’être pardonnée d’avoir entretenue cette pensée mensongère. Il est intéressant de noter comment ça fonctionne : mon refus de pardonner est un péché qui nécessite le pardon.

Êtes-vous prêts à pardonner?

Lire aussi:

Le pouvoir guérissant du pardon

Retrouver la liberté en pardonnant

 

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires