Violence conjugale : le problème avec les promesses

Auteur: Jeanne King, Ph.D.

Nous en avons tous entendu parler.

Si vous avez déjà été victime de violence conjugale, vous ne connaissez que trop bien les promesses qui suivent l’acte violent. Elles semblent si belles et douces les premières fois que vous les entendez, et tout ce qui se passe dans la relation tout de suite après un épisode de violence semble si beau et doux, un peu comme une lune de miel.

Vous savez qu’il y a un grand « mais » à tout cela… Je sais que vous le sentez venir…

MAIS, lorsqu’on croit à la promesse, voici ce qui se passe :

A. Chez l’agresseur :

Le conditionnement :

Votre conjoint vous a déçu? Que faire maintenant?

Parlez-en, en toute confidentialité
Lorsque l’on accepte de croire à la promesse de l’agresseur après un acte de violence, que la violence soit physique, émotive ou verbale, on lui envoie un message disant que l’on accepte ce niveau de mauvais traitements de sa part. Cela prépare le terrain pour le prochain épisode de violence, qui sera plus sévère, puisque l’agresseur se dit : « Si cette personne me permet d’utiliser ce niveau de violence, alors…»

B. Chez la victime de violence

Un espoir sans fondement : La promesse crée un faux espoir pour la victime. Pourquoi un faux espoir? Parce que la promesse ne peut pas d’elle-même changer quoi que ce soit à la situation. La promesse ne tient point compte de l’idéologie de l’agression, que ce soit un acte de violence verbale, émotive ou physique. Plus souvent que pas, ce ne sont que des paroles en l’air, telles que « je ne ferai plus cela », sans plan d’action.

C. Chez le couple

Le statu quo : La promesse et l’accueil de la promesse permettent au statu quo de se perpétuer. Ainsi, le couple évite toute vraie tentative de régler les problèmes dans le couple. Alors, en plus de permettre une incompréhension croissante de part et d’autre concernant de tels actes et leurs répercussions, le couple décide de nier le problème. Il y a un éléphant dans la pièce, caché sous une table, invisible à l’œil. Personne ne constate le problème : aucune personne qui voit le couple de l’extérieur, et encore moins le couple lui-même.

Que faire?

Si vous entendez des promesses de la bouche de votre partenaire après un acte violent, assurez-vous de bien comprendre toutes les conséquences qui accompagneront un simple accueil de la promesse. Plus tôt dans la relation vous comprenez le cycle de la violence conjugale, moins vous serez apte à devenir victime d’une violence conjugale sans cesse croissante.

À lire aussi: 

Signes précurseurs d’une relation malsaine

De la passion à l’amour véritable

Mon mari me bat; que faire?

Pour mieux comprendre le cycle de la violence conjugale, visitez www.preventabusiverelationships.com (site en anglais), ou le site du gouvernement du Québec à ce sujet.

Print


Une réponse à “Violence conjugale : le problème avec les promesses”

  • leduc says:

    Je ne vais pas vs raconter mon histoire, qui ressemble à bien d’autres… Après années de coups plus ou moins réguliers, je m’interroge sur un point : mon conjoint “cogneur” ne s’est excusé que 2 ou 3 fois ET NE M’A JAMAIS PROMIS DE NE PAS RECOMMENCER. Qu’est ce que cela signifie, puisque la plupart des hommes violents le font??? Je ne sais plus si je peux avoir encore l’espoir qu’il s’arrete???
    Merci pr vos réponses, je suis per-due!!!!

Afficher vos commentaires