Éveil à la présence de Dieu

Auteur: Anne-Marie Montgomery

pathLa conscience de Dieu

J’ai toujours aimé la nature. Ma mère me raconte que lorsque j’étais petite et que je me promenais avec elle, je m’arrêtais constamment pour ramasser une chose ou l’autre. Tout semblait me fasciner — des cailloux, aux fleurs sauvages, aux feuilles des arbres, aux graines, aux insectes! Comme enfant, je pouvais passer des heures à m’asseoir sur la page en regardant les diamants de soleil danser sur les vagues du lac. La nuit, en levant mes yeux vers la multitude d’étoiles, je songeais à l’immensité de l’Univers tout en reconnaissant mon importance. La vie semblait remplie de ces moments de transcendance qui me rappelaient la présence, la bonté, la sagesse et la puissance du Créateur.

La contemplation de Dieu

En grandissant, ces aperçus de l’existence de Dieu se sont trouvés accompagnés de moments de contemplation, alors que j’entendais son histoire à l’école et à l’église. Si la nature me révélait la beauté de Dieu, combien plus l’histoire de Jésus me convainquait-elle de sa bonté!

J’aimais tellement entendre parler de lui : il était si rempli d’amour, de compassion, de miséricorde et de sagesse. Comme j’enviais les disciples qui avaient eu le privilège de le voir, de l’entendre et de le suivre!

L’histoire de sa naissance me remplissait d’émerveillement : Dieu était venu habiter parmi nous!

L’histoire de sa mort me remplissait de tristesse : nous avions rejeté Dieu lorsqu’il est venu.

L’histoire de sa résurrection m’a rempli de l’espérance de la vie éternelle. Elle m’a aidée à comprendre que nous pouvions passer de cette vie à une vie éternelle que Jésus préparait pour nous.

Mais c’est la veille de Noël qui me touchait le plus : chaque année, nous nous rendions à l’église en famille pour célébrer la naissance de Jésus. Pour moi, c’était lorsque j’entendais chanter « Minuit, chrétiens », les yeux fixés sur la crèche qui me rappelait les moindres détails de cette nuit des nuits, que mon cœur se trouvait rempli de l’assurance de la présence, de l’amour et de la gloire de Dieu!

Mais il ne s’agissait là que de brefs moments de transcendance. La plupart du temps, Dieu me semblait distant et inconnaissable. J’avais entendu parler de chrétiens qui avaient vécu dans la présence de Dieu, mais je croyais qu’il s’agissait d’exceptions et non de la règle. J’aspirais à une relation plus profonde et constante avec Dieu, mais sans savoir comment y parvenir.

Mais le jour après mes seize ans, je suis allé voir un film qui a rassemblé ces faits et expériences divers en un tout cohérent. Il s’agissait de l’histoire de deux étudiants : un jeune homme qui vivait des moments difficiles dans sa relation avec son père et une jeune femme, son amie, qui l’aimait, l’écoutait et cherchait à l’aider. Je la trouvais si attrayante, cette jeune étudiante qui vivait dans la présence de Dieu.

Je n’avais jamais rencontré une personne qui parlait de Dieu comme elle le faisait, comme s’il était un compagnon constant, un Père, un ami. Elle l’aimait de tout son cœur, et elle déversait cet amour sur tous ceux qu’elle rencontrait. Cela me rappelait toutes ces histoires des premiers chrétiens que j’avais entendues au cours de ma vie.

Elle expliquait à ce jeune homme que tout le monde pouvait connaître Jésus comme elle le faisait. C’était pour ça que Jésus était venu parmi nous : il voulait que nous connaissions Dieu comme Père. En regardant ce film, un espoir s’est éveillé en moi. Pouvais-je vraiment vivre une relation intime avec Dieu? Était-ce possible de vivre dans sa présence?

La vie en sa présence

À la fin du film, quelqu’un s’est levé pour inviter toute personne qui voulait vivre une relation avec Dieu à venir vers l’avant pour découvrir comment faire.

Je me suis avancée, et cette simple décision a transformé ma vie.

J’ai découvert que Dieu désirait ardemment que nous vivions en paix avec lui. Cependant, notre péché (notre décision d’aller à l’encontre de sa volonté) dressait un obstacle qu’il nous était impossible à surmonter nous-mêmes. C’était la raison qu’il semblait si souvent lointain et inconnaissable.

Nul besoin de me convaincre que j’avais péché! Le jour même, j’avais dit que j’étais plus jeune que je ne l’étais pour que je puisse payer moins cher pour entrer voir le film. Je savais que ma conscience souffrait du fait que j’avais commis le mal en pensée et en action tout au long de ma vie.

C’était logique! Dieu était si saint et pur! Comment ne pas comprendre que le mal que j’avais commis m’empêchait de vivre en paix avec lui?

Mais c’est alors que j’ai découvert quelque chose de tout à fait extraordinaire! J’avais entendu à maintes reprises que Jésus était mort sur la croix pour nous, mais sans jamais comprendre le sens de tout cela. Mais ce jour-là, on m’a expliqué que Jésus est allé à la croix pour enlever l’obstacle dressé par le péché pour que Dieu puisse me pardonner et m’accueillir comme enfant. C’est pour cela que le prophète Jean-Baptiste avait appelé Jésus « l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».

Pendant sa vie terrestre, Jésus avait vécu la vie parfaite que la sainteté et la justice de Dieu exigeaient, et il l’avait fait comme notre représentant devant le Père. Sur la croix, il a offert sa vie parfaite à notre place, en prenant sur lui tout notre péché, payant ainsi notre dette en entier. Bref, il disait : « La punition que tu mérites, je la souffre, pour que tu puisses recevoir la vie parfaite que j’ai vécue. »

Jésus est mort pour moi pour que je puisse être pleinement purifiée. Jésus a vécu pour moi pour que je puisse vivre pour lui et avec lui pour l’éternité. Ce jour-là, on m’a dit que si je le voulais, je pouvais commencer une nouvelle vie avec Dieu. Il offrait de venir vivre en moi et de faire de moi son enfant. La question, c’était à savoir si je voulais accueillir cette nouvelle vie qu’il m’offrait en cadeau? Est-ce que je voulais vivre en sa présence?

Vivre dans la présence de Dieu

Bien sur que oui! Je ne pouvais m’imaginer un plus grand privilège que de connaître le Créateur de cet univers si vaste et merveilleux et de vivre éternellement dans sa présence. Et donc, ce jour-là, j’ai ouvert mon cœur à Dieu, je lui ai demandé de me pardonner, croyant que Jésus avait rendu ce pardon possible en mourant sur la croix à ma place, et je l’ai invité à venir habiter en moi par son Esprit. Et c’est ce qu’il a fait, à l’instant même que je me suis confiée à lui. C’était aussi simple que ça!

Le Dieu que j’avais entrevu dans sa création et que j’avais contemplé en écoutant l’histoire de son Fils, était dorénavant Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, qui était venu m’habiter pour ne jamais me quitter, quoi qu’il arrive.

Depuis, ma vie a été un cheminement avec Dieu. La plupart du temps, j’ai marché dans l’intimité avec lui en me réjouissant en lui et en obéissant à sa voix par amour pour lui. Mais parfois, mon amour s’est refroidi, et j’ai lutté contre lui. Mais toujours, toujours, il était là, m’interpellant, m’invitant à revenir à lui lorsque je lui fermais mon cœur et m’encourageant à demeurer auprès de lui lorsque je me retournais vers lui.

C’est mon histoire… du moins, une petite partie de mon histoire.

Et vous? Quelle est votre histoire?

Avez-vous déjà entrevu le Créateur en contemplant sa création?

Avez-vous découvert sa beauté, sa perfection, sa compassion et son amour en écoutant son histoire?

Avez-vous ouvert votre cœur tout grand à Dieu pour accueillir en vous la présence du Père, du Fils et du Saint-Esprit? Avez-vous goûté à cette vie nouvelle que Jésus a rendue possible pour chacun de nous, peu importe qui nous sommes ou ce que nous avons fait?

Aujourd’hui, marchez-vous avec lui, en écoutant sa voix, ou cherchez-vous plutôt à le fuir parce que vous doutez de son amour et craignez sa volonté?

Où en êtes-vous dans votre cheminement?

Pourquoi ne pas prendre quelques instants pour partager votre histoire avec nous dans la section des commentaires ou en toute confidentialité par courriel?

Vous aimeriez mieux comprendre comment Jésus a rendu une relation vivante avec Dieu possible? Ces articles vous en offrent une explication :

À la découverte de Jésus-Christ

La voie de la joie

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires