La puissance du pardon

Auteur: Jacquie DeKroon

puissancepardonIl faisait nuit et nous étions le 25 janvier 1987, en plein hiver. Vaguement consciente d’une légère fumée vacillante, je me suis réveillée avec une sensation inhabituelle de chaleur dans ma chambre. Complètement étourdie, le visage ruisselant de sang chaud, je me suis traînée en titubant vers la porte de ma chambre. Je suis descendu dans l’entrée à travers la chaleur et les flammes et je suis sortie par la porte d’entrée. J’étais sauve avec pour seule richesse ma vie. J’avais 15 ans. Cette nuit-la, ma vie a basculé.

Trois hommes complètement drogués et intoxiqués avaient pénétré dans notre maison et nous avaient battus, mes parents et moi. Les intrus avaient aspergés les lits et les murs avec de l’essence et avaient mis le feu, nous laissant tous pour mort. Mon père et moi avons survécus, mais ma mère était morte sous les coups des assaillants. Les intrus ont été arrêtés. Deux d’entre eux étaient des amis de mon frère et le troisième était mon frère en personne, mon seul frère.

Quatorze mois plus tard, ils ont tous les trois été jugés coupables de meurtre au premier degré et condamnés à la prison à vie avec une période de sûreté de 25 ans. La justice leur a donné à chacun une sentence à vie.

Ils reçurent leur juste sentence par la loi, mais moi aussi j’avais reçu une sentence. Le cours de ma vie avait été modifié. On ne peut jamais comprendre complètement comment et pourquoi les circonstances travaillent ensemble et fabriquent tant de tragédie et de souffrance. C’était la combinaison de la colère, de la jalousie et des drogues qui avaient concocté la potion mortelle chez mon frère et les autres assaillants. Mais trouver les raisons n’explique pas le pourquoi.

La mort de ma mère ainsi que ce qui avait suivi m’ont laissée blessée et vulnérable. Il y avait un vide en moi qui aspirait à être comblé. Pendant que je me remettais de mes blessures, j’ai été invitée à un groupe de jeunes dans une église du voisinage. J’ai continué à y aller et au bout d’une année, j’ai proclamé ma foi en Christ. J’avais compris que le Saint Esprit avait insufflé la vie dans mon corps inconscient en cette nuit de terreur, et que j’avais reçu une seconde chance de vivre. Je voulais à présent vivre pour Dieu et découvrir les plans qu’il avait pour moi.

Je me sentais en sécurité dans cette nouvelle relation avec Christ et je lisais beaucoup la Bible. Au début, ce sont les paroles de Matthieu 6: 4 qui ont happé mon cœur: “Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi.” Je ne pouvais pas croire que Dieu me demande de pardonner à mes agresseurs et à mon frère. Dieu ne savait-il pas le mal qu’ils m’avaient fait et la peine qui en résultait?

Je continuais à nourrir ma peine et à dépenser de l’énergie à haïr mes agresseurs, mais j’ai très vite découvert que la colère et la haine qui m’habitaient ne faisaient en fait que me consumer. Plus tard, j’ai réalisé que Christ avait donné sa vie pour mes péchés, après avoir été lui-même trahi et battu. Il avait souffert et était mort pour moi. Je savais que Dieu m’avait pardonné, et je voulais continuer à être pardonnée. C’est pourquoi je savais que je devais pardonner. J’ai été rendre visite à mon frère en prison et j’ai laissé échappé de ma bouche les paroles de pardon, nous libérant ainsi tous les deux. Je lui ai parlé de mon amour pour Jésus. J’avais le pouvoir de lui pardonner et de le libérer parce que Christ m’avait pardonnée et libérée.

J’ai appris que Dieu pardonne instantanément, mais que pour moi, il permet que ce soit un processus. J’ai su que c’était fini le jour où mon cœur a été rempli avec ce que la Bible appelle “la paix qui surpasse tout entendement”.

Treize ans plus tard, j’ai au l’occasion de mettre en pratique ce pardon. Ma mère possédait deux bagues et j’avais hérité de ces deux bagues. Mais je savais que l’une d’elles était destinée à mon frère. Un jour, j’ai senti que Dieu me pressait de lui offrir cette bague. Je lui en ai donc parlé et je lui ai proposé le saphir bleu de notre mère. Sa réponse est venue droit du cœur. Il a fondu en larme et m’a dit: “Je ne savais pas que je comptais autant pour toi”. Les larmes coulaient sur mes joues pendant que je lui répondait: “Je t’aime”. Cette scène me rappelle une autre histoire, qui se trouve dans la Bible dans Luc 15: 19-22. Jésus utilise là un anneau de famille comme symbole du pardon et de l’amour inconditionnel dans l’histoire d’un rebelle appelé le “fils prodigue” réinstallé dans sa famille. Nous aussi, nous ne méritons pas d’être réinstallés dans la famille de Dieu. Mais par le pouvoir du sang de Christ, versé pour nous et pour nos péchés, Dieu nous donne la force de pardonner et de changer. Aucun amour ne surpasse cela.

Examinez votre vie. Comment la décririez-vous? Satisfaite? Précipitée? Excitée? Stressée? Toujours de l’avant? Maîtrisée? Pour certaines d’entre nous, c’est parfois tout cela en même temps. Il y a des choses que nous rêvons de faire un jour et il y  a des choses que nous aimerions bien oublier. Dans la Bible, Il est dit que Jésus est venu pour faire toutes choses nouvelles. Comment serait votre vie si vous pouviez lui redonner un nouveau départ en faisant table rase du passé?

Vivre avec espoir

Si vous rechercher la paix, il existe un moyen d’équilibrer votre vie. Personne n’est parfait et rien n’est parfait. Mais chacun de nous a la possibilité d’expérimenter la grâce parfaite à travers une relation personnelle avec Dieu, en son Fils Jésus-Christ.

Vous pouvez recevoir Christ dès maintenant par la foi, au moyen de la prière.

Prier, c’est tout simplement parler à Dieu. Dieu connaît votre cœur, et il est plus soucieux de l’attitude de votre cœur que des mots que vous utilisez. Voici une prière que nous vous suggérons :

Seigneur Jésus, je veux te connaître personnellement. Merci d’être mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre la porte de ma vie et je te reçois comme Sauveur et Seigneur. Prends la direction de ma vie. Merci de pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle. Fais de moi la personne que tu veux que je sois.

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre coeur? Vous pouvez la prier dès maintenant, et Jésus-Christ viendra dans votre vie comme il l’a promis.

Une vie nouvelle

Si vous avez invité Jésus-Christ à entrer dans votre vie, remerciez souvent Dieu à ce sujet. Remerciez-le également parce que Christ ne vous abandonnera jamais et parce qu’il vous a donné la vie éternelle. Alors que vous en apprenez plus sur votre relation avec Dieu et combien il vous aime, vous vivrez la vie pleinement.

devo-interact-icon-42x42Si vous aimeriez poser une question, ou si vous désirez simplement parler avec quelqu’un de ce que vous vivez, n’hésitez pas à communiquer avec l’un de nos mentors en ligne. Vous pouvez faire appel à ce service à tout moment. À la réception de votre message, un mentor vous répondra, et vous pourrez continuer le dialogue aussi longtemps que vous voudrez. Ce service est gratuit, confidentiel et libre de jugement. Tous les mentors sont des bénévoles formés qui offrent une certaine expérience de la vie. La communication se limitera à ce dialogue avec un mentor; nous ne vendrons pas vos coordonnées à une tierce personne. Vous n’avez qu’à cliquer pour commencer le dialogue.

À lire aussi :
Pardonner, c’est bon pour la santé

Print


Une réponse à “La puissance du pardon”

Afficher vos commentaires