Évangile selon Jean : Introduction

Qui était Jésus ? Qu’a-t-il vraiment prêché ? Cet Évangile est tiré directement de la Nouvelle édition d’après la traduction de Louis Segond. Il a été écrit par l’un des disciples de Jésus et raconte Sa vie et Son enseignement.

Introduction

Qui est Jean ?

Il est difficile de répondre! Les disciples qui, selon les spécialistes, auraient mis la dernière main à cet évangile, en y ajoutant notamment le chapitre 21, désignent son auteur comme ‘le disciple que Jésus aimait’. Qui était-il? Jean l’apôtre, comme le veut la tradition avec saint Irénée? ‘Jean l’Ancien’, différent du premier (d’après Papias de Hiérapolis)?

Quoi qu’il en soit, plus encore que les autres évangiles, celui-ci se présente comme une réflexion sur l’œuvre de Jésus et suppose une longue maturation. On pourrait penser qu’à la source se trouve l’apôtre Jean, sans pouvoir déterminer exactement la part du disciple qui le rédigea vers les années 90-95 (un papyrus des années 110-130, conservé à Manchester-le papyrus Rylands-comportant quelques versets de cet évangile, permet de proposer cette date).

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!

La communauté de Jean

On pense habituellement à Éphèse. En tout cas, il s’agit d’une communauté où se côtoyaient différentes cultures.

a) L`hellénisme (la civilisation grecque)

Notre pensée occidentale est influencée par des philosophes comme Descartes et bien d`autres, souvent sans le savoir; la pensée grecque, de même, avait été marquée par ses grands philosophes. Certaines expressions ou certains thèmes de Jean, le fait par exemple qu’il désigne Jésus comme le ‘logos’ (La ‘parole’) font penser que sa communauté baignait dans cette ambiance.

b) Le gnosticisme (gnôse : connaissance réservée à des initiés)

Le gnosticisme est mal connu et difficile à définir. Ses adeptes pensaient obtenir le salut par la connaissance (réservée aux initiés). Des évangiles gnostiques, découverts en Égypte, permettent certains rapprochements avec Jean, mais surtout font mieux voir l’originalité de la foi chrétienne. L’évangile dit ‘de Thomas’ en est un exemple.

c) Le judaïsme

Jean dépend de l’Ancien Testament : il a assimilé les thèmes principaux des prophètes et des sages, il éclaire la figure de Jésus grâce à des images comme l’Exode, l’agneau pascal, la manne, l’eau; il attribue à Jésus des titres réservés à Dieu comme le berger, la lumière, et surtout le nom ‘Je suis’ (c’est l’équivalent du nom de Dieu, YHWH; voir Exode 3.14).

d) Qumrân

La découverte des manuscrits de Qumrân (lieu près de la mer Morte où ils furent découverts), en 1947, a fait connaître une des sectes juives de l’époque du Christ, les Esséniens. Il y a des points de contact avec Jean : le dualisme, cette opposition entre lumière-ténèbres, vérité-mensonge, la doctrine de l’Esprit qui conduit à la vérité. Mais ces analogies manifestent surtout la dépendance commune de Jean et des Esséniens par rapport à l’Ancien Testament.

La géographie de Jean

Alors que la géographie des autres évangiles est simple et tend à souligner des aspects de leur pensée, celle de Jean est plus concrète et complexe.

Il connaît admirablement le pays; de plus en plus l’archéologie vient confirmer ses dires; la découverte de la piscine aux cinq portiques (Jean 5.2) à Jérusalem, près de l’église Sainte-Anne, en est un bel exemple.

Jésus monte plusieurs fois à Jérusalem au cours de sa vie publique, pour les grandes fêtes juives. C’est là que se déroule la plus grande partie de son ministère et, plus encore que chez Marc, Jérusalem le refuse. Jean explicite encore ce que les autres ne faisaient qu’insinuer : le temple n’est qu’un symbole; le vrai temple, c’est le corps de Jésus (Jean 2.21)

Le visage de Jésus selon Jean

Chez Jean, tout est à la fois simple et complexe. Il n’avance pas en ligne droite comme les autres, mais en spirale : il procède par grands ensembles et, en chacun d’eux, il exprime tout le mystère du Christ, mais en approfondissant sans cesse.

Toute la vie de Jésus se trouve résumée en deux hymnes :

le prologue chante la venue de la Parole (le ‘Logos’, en grec, ou le ‘Verbe’, d’après le latin), de la Lumière, dans notre monde de ténèbres;

la prière d’intercession de Jésus (Jean 17) exprime ce qu’il avait dans le cœur à l’heure où il remonte vers le Père en nous entraînant tous avec lui.

L’heure de Jésus est le sommet de cet évangile (Jean 13 à 20). Mais pour que l’on perçoive un peu ce qui s’y accomplit, Jésus nous le révèle d’abord par des signes (Jean 1 à 12): ‘Ces signes ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour que, en croyant, vous ayez la vie en son nom’ (Jean 20.31). Croire pour avoir la Vie éternelle qui commence dès maintenant quand on croit en Jésus.

Trois mots répartissent cet évangile en trois grands ensembles.

a) La vie.

Des ‘signes’ et des discours manifestent que Dieu donne la vie par Jésus. Il en témoigne lui-même, mais aussi la communauté croyante qui s’exprime dans le prologue, dans les paroles de Jean le précurseur, dans celles des premiers disciples et de Nicodème. Les disciples, par la bouche de Pierre, proclament leur foi : ‘Tu as les paroles qui donnent la vie éternelle’ (Jean 6.68); ils sont devenus les croyants véritables et vont dès lors s’effacer pour laisser Jésus seul face à ses adversaires qui veulent sa mort.

b) La mort.

Dans un ensemble où se balancent harmonieusement récits et discours, Jean montre les grands affrontements entre Jésus et ceux qu’il nomme ‘les Juifs’. Attention à ce mot : pour Jean, il ne désigne pas le peuple juif, mais tous ceux qui, Juifs ou païens, refusent de croire en Jésus. On progresse vers la passion à laquelle il ne peut plus échapper car ‘bien qu’il eût fait tant de signes miraculeux devant eux, ils ne croyaient pas en lui’ (Jean 12.37).

c) L’amour.

Jésus ne subit pas cette mort à laquelle il est condamné. Il en fait un suprême geste d’amour et c’est ainsi qu’il nous donne la vie.

Un plan de l’évangile selon Jean (d’après Alain Marchadour)

Hymne d’introduction (1.1-18)

Le livre des signes (1.19 à 12.50)

1. Quand commence la révélation (1.19-51)

2. De Cana à Cana (2.1 à 4.54)

3. Jésus et les principales fêtes des Juifs (5.1 à 10.42)

Jésus et le sabbat (5.1-47)

Jésus à la fête de Pâque (6.1-71)

Jésus à la fête des Tentes (7.1 à 8.59)

Conséquence des Tentes (9.1 à 10.21)

Jésus à la fête de la Dédicace (10.22-42)

Jésus marche vers l’heure et la gloire (11.1 à 12.50)

Le livre de la gloire (13.1 à 20.31)

1. Le dernier repas (13.1-30)

2. Les derniers discours (13.1-30)

3. Les récits de la Passion (18.1 à 19.42)

4. Jésus ressuscité (20.1-31)

Épilogue (21.1-25)

Évangile selon Jean : Chapitre 1>

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires