Trouver la paix en temps de trouble

Auteur: Claire Colvin

Par Claire Colvin et Lynette Hoy

Que ce soit à cause d’un enfant tué à la guerre en Irak ou que ce soit à cause d’un manque d’argent pour payer l’emprunt de la maison ce mois-ci, les crises se présentent sous diverses formes. Leurs effets sont durement ressentis. On se sent sans défense, on se sent triste, on se sent submergés. Certaines d’entre nous sont à présent en pleine crise. Pour d’autres, ce sont les images de la télévision qui font remonter des souvenirs douloureux du passé.

Des mariages qui battent de l’aile, des divorces, des décès, des maladies, des accidents, des menaces terroristes, une guerre, tout ceci fit naître en nous un état de crise. Que se passe-t-il quand les crises et les traumatismes affectent nos vies? Comment pouvons-nous nous y préparer et les affronter? La conseillère familiale Lynette Hoy souligne l’importance de faire la différence entre un problème et une crise.

De victime de guerre à ambassadrice de la paix : Phan Thi Kim Phuc

À la recherche de la paix intérieure? Parler à un mentor

Un problème est quelque chose sur laquelle on peut agir. C’est une situation qui présente des difficultés et des incertitudes que l’on a besoin de résoudre.

Une crise, c’est une situation/urgence hautement instable ou dangereuse qui requiert une action remède immédiate. Généralement, on ne peut rien faire contre une crise. Une crise apparaît quand un événement stressant empêche un individu de fonctionner normalement et d’affronter une menace ou un défi ressenti.

La réaction typique à une crise donne une tension élevée telle que confusion mentale, surmenage ou bien des symptômes physiques comme des palpitations ou une élévation de la pression sanguine. Une crise peut nous amener à chercher Dieu ou à questionner notre foi.

Qu’elles sont les interventions pratiques qui nous permettent d’affronter les crises et la peur?

Dites ce qui vous arrive et exprimez vos réactions. Commencez le processus du deuil.

Cherchez de l’aide et du support auprès de votre église et de votre communauté. Si nécessaire, adressez-vous à un conseiller professionnel.

Prenez soin de vous-même en prenant de l’exercice, en surveillant votre alimentation et en vous relaxant.

Entourez-vous du support de votre famille et de vos amis.

Quand il n’y a personne à qui parler, on peut aussi prier. Quand on ne sait plus quoi faire, on peut prier. Que va-t-il sortir de bon des prières? Pourquoi parler à Jésus? Parce qu’il comprend nos souffrances, non pas de façon distante depuis le cosmos, mais dans la chair. Il a énormément souffert quand il était sur terre. Il était innocent et il est mort d’une mort cruelle et horrible. Vous pouvez lui parler parce qu’il s’intéresse à vous et parce qu’il connaît ce que vous êtes en train de traverser. La bible le décrit comme un “homme de douleur et habitué à la souffrance” (Esaïe 53,3). Il a connu la peur et l’anxiété, les souffrances physiques, la faim, le froid et la tristesse. Il a pleuré. Il a même questionné Dieu.

Nous nous posons des tas de questions

Pourquoi est-ce que ma famille a des problèmes? Pourquoi est-ce que mon mari n’est pas ici? Pourquoi le mal existe-t-il partout dans le monde? Nous avons besoin de réponses et nous avons besoin d’occasions pour poser ces questions. Dieu n’a pas peur de nos questions. La bible est remplie de gens de foi qui questionnaient Dieu. Et Dieu leur a répondu.

Habakuk, un des livres de l’ancien testament, nous raconte l’histoire d’un homme qui a défié Dieu. Habakuk voyait le monde autour de lui et a demandé à Dieu: “Jusqu’à quand, Ô Eternel, j’ai crié, et tu n’écoutes pas! (Habakuk 1,2). Il a continué en demandant: “Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu, quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui?” (Habakuk 1,13). Cela vous rappelle quelque chose? Combien de fois avez-vous posé les même questions, particulièrement quand d’autres ont ce que vous aimeriez avoir pour vous-même?

Dieu répond à Habakuk. Il lui dit que dans un monde qui ne nous paraît pas toujours sensé “le juste vivra par sa foi” (Habakuk 2,4). Qu’est-ce que cela veut dire? La foi, c’est croire que Dieu est assez grand pour faire venir de bonnes choses de ce qui se passe en Irak ou dans votre famille. Vivre par la foi, cela veut dire se réveiller le matin et dire: “Dieu, je ne comprends pas ce que tu fais. Rien ne va plus dans ma vie et cela fait mal. Mais je sais que tu es là et que tu dis que tu m’aimes. Alors je vais me lever ce matin et voir si c’est aujourd’hui que tu va arranger les choses”.

C’est trop facile de dire “Dieu vous aime et tout va s’arranger”.

Dieu vous aime vraiment. Il vous aime énormément. Mais il s’est passé des choses que ne vont pas se finir bien. Plusieurs d’entre nous sont tristes parce qu’ils viennent de perdre d’un être cher, parce qu’ils se font du soucis pour un fils ou pour une fille parti à la guerre ou parce qu’ils se battent secrètement contre une maladie, une trahison ou des problèmes financiers. Les jours peuvent être désolés et les nuits sans repos. Et pourtant, Dieu contrôle la situation. Cela nous donne une raison d’espérer, même au milieu d’une situation désespérée. Il y a une raison de croire qu’un jour viendra où la souffrance diminuera un peu.

Pourquoi est-ce que les mauvaises choses arrivent? Je ne peux pas répondre à cette question, mais je sais une chose, c’est que Dieu est vraiment réel. Il nous aime énormément et les évènements qui nous brisent le cœur lui brisent le cœur aussi. Quand Dieu a créé le monde, le monde était beau et parfait. Il a créé l’homme et la femme et il leur a donné le libre choix. Nos choix ont apporté le péché sur la terre. Le monde parfait qu’il avait créé a été ruiné. Mais Dieu ne nous a pas abandonné à nos choix. Il a envoyé la rédemption sous la forme de son fils. Il a envoyé un sauveur pour nous donner espoir.

Il y a des raisons d’espérer, même maintenant. La bible nous dit que Dieu a promis de ne jamais nous abandonner (Hébreux 13,5). Il peut transformer les circonstances laides en quelque chose de beau. Il peut faire venir du bon et du bien de ce que les autres destinaient au mal (Genèse 50,20). Il offre encore aujourd’hui espoir et paix à chacun de nous.

Vous pouvez connaître la paix ce soir.

Les paroles d’un vieux cantique disent: “Que la paix soit dans le monde et qu’elle commence par moi”. Que cela signifie la paix à l’échelle d’une vision mondiale ou de la paix dans son propre cœur, cela peut commencer maintenant avec vous. Jean 3,16 nous dit que Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Vous pouvez recevoir Christ dès maintenant par la foi, au moyen de la prière.

Prier, c’est tout simplement parler à Dieu. Dieu connaît votre cœur, et il est plus soucieux de l’attitude de votre cœur que des mots que vous utilisez. Voici une prière que nous vous suggérons :

Seigneur Jésus, je veux te connaître personnellement. Merci d’être mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre la porte de ma vie et je te reçois comme Sauveur et Seigneur. Prends la direction de ma vie. Merci de pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle. Fais de moi la personne que tu veux que je sois.

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre coeur? Vous pouvez la prier dès maintenant, et Jésus-Christ viendra dans votre vie comme il l’a promis.

Une vie nouvelle

Si vous avez invité Jésus-Christ à entrer dans votre vie, remerciez souvent Dieu à ce sujet. Remerciez-le également parce que Christ ne vous abandonnera jamais et parce qu’il vous a donné la vie éternelle. Alors que vous en apprenez plus sur votre relation avec Dieu et combien il vous aime, vous vivrez la vie pleinement.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires