L’Évangile selon Jean: Chapitre 5

<<Chapitre précédent Chapitre suivant>>

Jésus guérit un homme paralysé

1Peu après, les Juifs célébrèrent une fête religieuse et Jésus se rendit alors à Jérusalem. 2Dans cette ville, il y a, près de la porte des Brebis, une piscine avec cinq galeries à colonnes; on l’appelle en hébreu Bethzatha. 3Dans ces galeries, une foule de malades étaient couchés : des aveugles, des boiteux, des paralysés. (Ils attendaient que l’eau fasse des remous; 4car un ange du Seigneur descendait à certains moments dans la piscine et agitait l’eau. Le premier malade qui descendait dans l’eau ainsi agitée, était guéri de sa maladie, quelle qu’elle fût.) 5Il y avait là un homme malade depuis trente-huit ans. 6Quand Jésus le vit étendu à terre et apprit qu’il était malade depuis longtemps déjà, il lui demanda : « Veux-tu être guéri? » 7

Le malade lui répondit : « Maître, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine quand l’eau est agitée; pendant que j’essaie d’y aller, un autre y descend avant moi. » 8Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ta natte et marche. » 9Aussitôt, l’homme fut guéri; il prit sa natte et se mit à marcher. Or, cela se passait le jour du sabbat, 10 et les chefs juifs dirent à l’homme qui avait été guéri : « C’est le sabbat, tu n’as donc pas le droit de porter ta natte. » 11Il leur répondit : « Celui qui m’a guéri m’a dit : “Prends ta natte et marche.” » 12Ils lui demandèrent alors : « Qui est celui qui t’a dit : “Prends ta natte et marche”? » 13Mais l’homme qui avait été guéri l’ignorait, car Jésus avait disparu dans la foule qui se trouvait à cet endroit.

14Plus tard, Jésus le rencontra dans le temple et lui dit : « Te voilà guéri maintenant. Ne pèche plus, pour qu’il ne t’arrive pas quelque chose de pire. » 15L’homme alla dire aux chefs juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. 16Ils s’en prirent alors à Jésus, parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat. 17Mais Jésus leur répondit : « Mon Père est continuellement à l’œuvre et moi aussi je suis à l’œuvre. » 18À cause de cette parole, les autorités juives cherchaient encore plus à faire mourir Jésus; car il avait non seulement agi contre la loi du sabbat, mais il disait encore que Dieu était son propre Père et se faisait ainsi l’égal de Dieu.

(Méditation de Jean 5.1-18)

L’autorité du Fils de Dieu

19Jésus reprit la parole et leur dit : « Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : le Fils ne peut rien faire par lui-même; il ne fait que ce qu’il voit faire au Père. Tout ce que le Père fait, le Fils le fait également. 20Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait lui-même. Il lui montrera des œuvres à faire encore plus grandes que celles-ci et vous en serez étonnés. 21Car, de même que le Père relève les morts et leur donne la vie, de même le Fils donne la vie à qui il veut. 22Et le Père ne juge personne, mais il a donné au Fils tout le pouvoir de juger, 23afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé.

24« Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : quiconque écoute mes paroles, et croit en celui qui m’a envoyé, possède la vie éternelle. Il ne sera pas condamné, mais il est déjà passé de la mort à la vie. 25Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : le moment vient, et il est même déjà là, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu et ceux qui l’auront entendue vivront. 26Car, de même que le Père est la source de la vie, de même il a accordé au Fils d’être source de vie. 27Et il a accordé au Fils le pouvoir de juger, parce qu’il est le Fils de l’homme. 28Ne vous en étonnez pas, car le moment vient où tous les morts qui sont enterrés entendront sa voix 29et sortiront de leurs tombes. Ceux qui ont fait le bien ressusciteront pour recevoir la vie, mais ceux qui ont fait le mal ressusciteront pour être condamnés. 30Je ne peux rien faire par moi-même. Je juge d’après ce que Dieu me dit, et mon jugement est juste parce que je ne cherche pas à faire ce que je veux, mais ce que veut celui qui m’a envoyé. »

Témoignage en faveur de Jésus

31« Si je témoignais en ma faveur, mon témoignage ne serait pas valable. 32Mais c’est un autre qui témoigne en ma faveur et je sais que ce témoignage à mon sujet est vrai. 33Vous avez envoyé des messagers à Jean et il a rendu témoignage à la vérité. 34Je n’ai pas besoin, moi, du témoignage d’un homme; mais je dis cela seulement pour que vous puissiez être sauvés; 35Jean était comme une lampe qu’on allume pour qu’elle éclaire et vous avez accepté de vous réjouir un moment à sa lumière. 36Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : les œuvres que je fais, celles-là mêmes que le Père m’a donné à accomplir, parlent en ma faveur et montrent que le Père m’a envoyé. 37Et le Père qui m’a envoyé témoigne aussi en ma faveur. Seulement, vous n’avez jamais entendu sa voix et vous n’avez jamais vu son visage. 38Vous ne gardez pas ses paroles en vous, parce que vous ne croyez pas en celui qu’il a envoyé. 39Vous étudiez avec soin les Écritures parce que vous pensez trouver en elles la vie éternelle : ce sont justement elles qui témoignent de moi! 40Pourtant, vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vraie vie.

41« Je ne recherche pas les éloges qui viennent des hommes. 42D’ailleurs je vous connais : je sais que vous n’avez pas en vous d’amour pour Dieu. 43Je suis venu de la part de mon Père et vous refusez de me recevoir. Mais si quelqu’un d’autre vient de sa propre autorité, vous le recevrez! 44Vous aimez recevoir des éloges les uns des autres et vous ne recherchez pas l’éloge qui vient du seul Dieu; comment donc pourriez-vous me croire? 45Mais ne pensez pas que je vous accuserai devant mon Père. C’est Moïse qui vous accusera, lui en qui vous avez mis votre espérance. 46Si vous croyiez vraiment Moïse, vous me croiriez aussi, car il a écrit à mon sujet. 47Mais puisque vous ne croyez pas ce qu’il a écrit, comment pourriez-vous croire mes paroles? »

(Méditation de Jean 5.18-47)

Chapitre 6

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires