L’histoire de Christian Hosoi

Traduit de l’anglais par Julie David

Profil de Christian Hosoi, le « Michael Jordan du skate »

Dans les années 80, au moment où le skate explose, deux jeunes athlètes se trouvent à la tête du mouvement : Tony Hawk et Christian Hosoi. Tandis que le skate « vert » (ou de rampe) évolue, Hawk et Hosoi en repoussent les limites : montant toujours plus haut, plus loin, plus vite. Les rencontres se résument souvent à un face à face dont les figures ahurissantes battent des records pratiquement chaque week-end.

Vingt ans plus tard, la marque Tony Hawk est présente sur tous les fronts : des skateboards aux chaussures, des jeux sur Gameboy aux rencontres nationales. Christian Hosoi, autrefois connut comme le « Michael Jordan » du skateboard, a trouvé sa voie; grâce à Dieu il s’est sorti de l’enfer de la drogue et de la dépendance, et après un séjour dans une prison fédérale, il est à présent pasteur, évangéliste, et accessoirement, skateur professionnel.

Bien que son nom soit un hommage à Fletcher Christian, Hosoi n’a jamais rien eu d’un rebelle dans sa jeunesse.

Ainsi, son père, qui l’a d’abord initié au surf puis au skate, déclare : « Il était tellement parfait qu’on le soupçonnait d’être malade. »

À 12 ans, il est le meilleur skateur amateur du pays, et à 14 ans, il passe pro. Ses fans, qui le considèrent comme un demi-dieu, le renomment « Christian Christ », et la jeune superstar les en remercie en inventant une figure qui imite l’image du Christ sur la croix : le « Christ Air », qui devient par la suite sa marque de fabrique.

Christian et le Christ Air font la une de tous les principaux magazines de sports extrêmes avant même que ce dernier soit en âge de conduire. Amassant 250 000 dollars par an et menant une vie digne d’un rock star, Christian a tout d’une célébrité. C’est alors qu’il plonge dans un monde sans espoir, sans but, ou seule subsiste une quête désespérée pour combler son insatisfaction.

« Rien ne me satisfaisait : ni le succès, ni l’argent, ni les filles, ni le travail et pour finir ni les drogues. »

Peut-être s’agissait-il d’un signe avant-coureur de ce qui allait suivre : mais toutes ses tentatives commerciales échouèrent, puis lorsque le skate passa du « vert » au  « street », ç’a été la fin pour toute une génération d’athlètes. À cette époque, il était accro à la méthamphétamine

« J’étais dépendant au crystal meth. Je n’étais pas un dealer. Je n’avais ni envie ni besoin de m’enrichir. En fait, je voulais juste faire la fête » explique-t-il.

En janvier 2000, Christian accepte de transporter 800 grammes de drogue depuis la Californie vers Hawaï à condition d’en garder un peu au passage. Il fut arrêté à l’aéroport d’Honolulu et accusé de transport et trafic de stupéfiants — un crime passible de dix ans d’emprisonnement. Il avait alors 32 ans.

« Je n’avais plus les cartes en mains. La partie était finie. Il ne me restait aucun atout, les dés étaient jetés. Le moment était venu de se réveiller et de payer l’addition. Qu’est-ce que j’allais devenir? »

Jennifer, sa petite amie à l’époque, et à présent sa femme, lui montre le chemin d’une vie meilleure, qui vaut d’être vécue, même en détention.

« Je lui ai simplement dit qu’il devait se procurer une Bible et que nous devions faire confiance à Dieu », raconte Jennifer. La réponse de Christian fut : « Dieu? Bébé, c’est d’un avocat que j’ai besoin. »

Quelques semaines seulement après son incarcération, l’oncle de Jennifer, le pasteur Chris Swaim, appelle Christian et lui offre une réponse à ce qui semble être un dilemme insoluble. Jennifer est également en ligne et ils prient tous les trois ensemble.

« Il m’a demandé si j’avais déjà vu en Jésus mon sauveur », raconte Christian. « On pleurait toutes les larmes de notre corps et je me rappelle seulement avoir demandé à Jésus d’entrer dans mon cœur. »

« Depuis cet instant, et même si j’étais en prison, j’avais l’impression d’être l’homme le plus libre du monde. Quand j’ai quitté la liberté pour la prison, ç’a été pour moi comme de quitter une prison pour la liberté. »

Christian et Jennifer se marient alors qu’il est derrière les barreaux. C’est un prisonnier exemplaire : il travaille dur pour décrocher son baccalauréat et étudie sa Bible quatre heures tous les jours. En 2004, il bénéficie d’une remise de peine et il est libéré. À peine deux ans plus tard, Christian est nommé pasteur et est de nouveau skateur professionnel. Il organise des ateliers de skate le soir pour les enfants issus de zones sensibles, et partage son histoire à travers des conférences organisées par le « Living It Action Sport Tour ».

« Je suis un skateur professionnel. J’ai accompli beaucoup de choses, je suis célèbre et respecté, mais ma plus grande fierté est d’avoir trouvé Dieu », affirme-t-il.

« C’est ça la grâce divine : le fait qu’il puisse transformer la vie d’un gars comme moi : un skateur (pro) accro aux drogues. Pour moi c’est la preuve que Dieu existe réellement : il a bouleversé mon cœur… bouleversé mon âme… il a bouleversé ma vie. »

Avez-vous parfois l’impression de vous éparpiller en essayant de donner un sens à votre vie? De tourner en rond sans jamais parvenir à être heureux? Peut-être est-il temps pour vous de vous tourner vers Jésus et de le laisser prendre soin de vous avant qu’un drame ne se produise? Si vous ne savez pas comment vous adresser à Jésus, nous vous encourageons à faire la prière suivante :

Seigneur Jésus je souhaite te connaître personnellement. Merci d’être mort sur la croix pour absoudre mes péchés. Je te laisse entrer dans ma vie et te reconnais comme mon Sauveur et mon Seigneur. Merci de pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle. Je te confie ma vie. Fais de moi la personne que tu désires que je sois.

A lire aussi:  Une vie sans bras ni jambes

La main droite du diable, les instincts plus bas…et Dieu?

Victime d’un requin: la simple foi d’une surfeuse

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires