La science et le Dieu personnel

Auteur: Darren Hewer

Qu’est-ce que la sagesse? Souvent, c’est la constatation de notre ignorance, jumelée au désir sincère de chercher des réponses à nos questions.

Récemment, le canal américain ABC a présenté un entretien entre Diane Sawyer, une de leurs journalistes, et Stephen Hawking, un des physiciens les plus connus de notre époque. Lorsque Madame Sawyer lui a demandé quel était le plus grand mystère à résoudre, il a dit ceci : « Je veux savoir pourquoi l’univers existe, pourquoi quelque chose existe plutôt que rien. »

C’est une question des plus nobles, une question que beaucoup de personnes cherchent à répondre. Mais je me demande si M. Hawking pourra découvrir la réponse à sa question, puisqu’il a décidé que certaines réponses possibles sont à rejeter d’avance.

Lorsque Madame Sawyer lui a demandé s’il y avait un moyen de concilier la science et la religion, Hawking a dit : « Il y a une différence fondamentale entre la religion, fondée sur l’autorité, et la science, fondée sur l’observation et la raison. La science sortira gagnante parce qu’elle fonctionne. »

M. Hawking a-t-il raison? Pourquoi pense-t-il qu’il existe un conflit entre la science et la religion? Selon sa définition, la science se limite à l’étude de ce qui est matériel : nous ne pouvons observer et analyser que ce qui se capte par nos sens. La religion parle plutôt de réalités spirituelles, qui dépassent le cadre des études scientifiques.

Un peu plus tôt pendant l’entretien, Hawking a affirmé ceci :

« Nous pourrions peut-être concevoir Dieu comme étant la personnification des lois de la nature. Cependant, ce n’est pas la vision de Dieu que la plupart des gens accueillent. L’être humain s’est créé un être à son image et s’imagine pouvoir entrer en relation avec lui. Lorsque nous constatons l’immensité de l’univers et l’insignifiance de l’être humain, cela me semble presque impossible. »

Ce que nous voyons dans ce discours est un exemple d’un argument fondé sur de simples suppositions. Hawking adopte comme prémisse l’idée que l’être humain a créé Dieu à son image. (Il a quelque peu raison : nous avons tendance à nous créer des dieux. Mais la croyance en de faux dieux n’élimine pas la possibilité de l’existence d’un vrai Dieu.)  Il élimine donc l’existence de Dieu à priori, sans recours à des preuves. Il conclut aussi que l’univers est trop vaste et complexe pour qu’un Dieu quelconque puisse s’intéresser aux êtres humains. Mais quelles preuves offre-t-il pour soutenir cet argument? Pourquoi conçoit-il Dieu comme étant limité dans sa capacité de connaître et d’interagir avec sa création? N’est-ce pas là aussi une simple supposition de sa part?

Et si ses suppositions étaient fausses? Et si ce n’était pas l’être humain qui ait créé Dieu à son image, mais plutôt Dieu qui ait créé les humains à son image? N’est-ce pas là une explication possible de notre croyance qu’il nous est possible d’entrer en relation avec lui?

Et pourquoi l’immensité de l’univers viendrait-elle nier l’existence d’un Dieu personnel qui s’intéresse à nous?

Si nous existons, c’est parce que toutes les conditions propices à la vie se trouvent réunies sur cette planète. Nous n’avons qu’à changer une de ces constantes pour voir la vie s’éteindre. Une complexité et une précision si grandes semblent plutôt indiquer la présence d’un créateur intelligent, qui a tout planifié jusque dans les moindres détails.

Si cet univers si immense et complexe existe à cause d’un créateur, celui-ci ne serait-il pas alors créatif et puissant? S’il est créatif, ne serait-il pas du même coup intelligent? S’il est intelligent, ne serait-il pas alors un être personnel, capable d’interagir avec nous?

Est-ce même possible pour des forces impersonnelles de créer des êtres personnels? Avons-nous déjà observé un tel phénomène? Sinon, pourquoi alors s’imaginer que Dieu serait moins complexe que sa création plutôt que supérieur à elle?

Il y a environ 3000 ans, un psalmiste s’est posé la même question que Stephen Hawking :

« Quand je contemple le ciel que tes doigts ont façonné, les étoiles et la lune que tes mains ont disposées, je me dis : Qu’est-ce que l’homme, pour que tu en prennes soin, et qu’est-ce qu’un être humain pour qu’à lui tu t’intéresses? Pourtant, tu l’as fait de peu inférieur à Dieu, tu l’as couronné d’honneur et de gloire. » (Psaume 8.3-5)

Certes, l’immensité de l’univers lui a fait sentir sa petitesse. Mais cette constatation n’a pas fait obstacle à sa foi. Il s’est plutôt émerveillé de la grandeur et de l’humilité du Dieu qui nous avait dotés de tant de dignité.

Qu’en dites-vous? Croyez-vous à l’existence d’un Dieu personnel, ou attribuez-vous la beauté et la complexité étonnantes de cette création à une simple combinaison du temps et du hasard?

À votre avis, pourquoi quelque chose existe-t-il, plutôt que rien?

À lire aussi : Le Dieu qui est là

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires