Paul Henderson affronte le cancer, l’esprit en paix

Parlez aux adeptes du hockey au Canada qui ont vu la série Canada-Russie en 1972, et ils vous parleront sûrement de Paul Henderson. Dans les dernières minutes du dernier match, Paul Henderson a marqué le but gagnant pour le Canada. Et même aujourd’hui, près de 40 ans plus tard, les gens continuent à en parler avec lui.

Mais qu’a-t-il fait après avoir quitté la Ligue?

Après avoir joué pour la Ligue nationale de hockey pendant 13 saisons, Paul a poursuivi une carrière comme mentor, conférencier populaire et auteur, et il continue de le faire jusqu’à aujourd’hui.

Mais maintenant, à près de 70 ans, il affronte un autre défi de taille : une lutte contre le cancer.

Pendant un récent entretien, il a dit ceci (notre traduction) :

 « En novembre 2009, je me suis rendu chez le médecin pour passer mon examen annuel. Je me sentais pleinement en forme, et donc, je m’attendais à ce qu’il me dise que tout allait bien.

Mais un mois plus tard, après tout un barrage de tests, il m’a annoncé que je souffrais de la leucémie lymphoïde chronique… Le cancer se trouve répandu dans mon abdomen, ma poitrine, mes glandes lymphatiques et mon sang.

 Le moins que je puisse dire, c’est que cette nouvelle m’a atterré. Mon oncologue m’a dit qu’il n’y a aucun traitement efficace contre ce cancer en ce moment. Mais il y a un bon côté à tout cela : c’est que je ne subirai aucun traitement avant que je ne me trouve en sérieuses difficultés, puisqu’aucun traitement ne pourra affecter la longueur de ma vie.

 Et aujourd’hui, je peux vous dire que ces derniers mois, je vis sans crainte, sans anxiété, et cela surtout à cause de ma foi en Jésus-Christ. »

Dans un autre entretien, il a dit ceci :

 « Comprenez bien : je vais chercher à traiter ce cancer de la meilleure façon possible. Je cherche à en apprendre autant que possible sur cette maladie et sur les possibilités de traitement qui me sont offertes, et je vais utiliser tous les moyens possibles pour empêcher sa progression. Mais le fait est que j’ai l’esprit tranquille. Je continue à dormir paisiblement la nuit. Je sais bien que je vais mourir un jour. J’ai 67 ans, après tout, et j’ai vécu une belle vie jusqu’à maintenant. Cela dit, je suis très content d’avoir cette paix intérieure qui m’habite. Si la nouvelle de ce cancer a changé de quoi, c’est qu’elle est venue renouveler mon désir de vivre pleinement chaque jour qu’il me reste. »

S’il peut parler avec tant d’assurance et de paix devant la nouvelle d’un cancer incurable, c’est que Paul s’est confié à Jésus-Christ lorsqu’il jouait pour les Maple Leafs, dans les années 70.

Dans l’article, Le but de ma vie, Paul décrit comment il est venu à confier sa vie à Jésus-Christ et l’impact que cela a eu sur lui. Depuis sa conversion marquante, il s’est consacré à faire connaître Jésus et à aider d’autres à vivre pleinement pour lui. Et maintenant, devant le plus grand défi de sa vie, il découvre que vivre pleinement chaque jour pour Jésus-Christ devient plus important que jamais.

Note de l’éditeur : En décembre 2013, Paul Henderson a annoncé que le traitement qu’il avait choisi de suivre avait de beaucoup réduit la taille des tumeurs et lui avait donné l’espoir de survivre à ce cancer pour au moins 2 ans encore.

À lire aussi:

Y a-t-il une vie après la mort?

Être certain de son salut!

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires