Phan Thi Kim Phuc

Auteur: Phan Thi Kim Phuc

176986301_290x220Naissance : Trang Bang, Vietnam du Sud, 1963

La photo est inoubliable : une petite fille, nue, tout vêtement brûlé par une bombe de napalm, qui court pour s’évader de son village en flammes, en criant de douleur, les bras étendus dans un geste de terreur.

Pour beaucoup, cette photographie – lauréate d’un prix Pulitzer pour le photographe de l’Associated Press, Nick Ut – est devenue le symbole de la tragédie qu’était la guerre de Vietnam. Le village de Trang Bang, soupçonné d’héberger des soldats Viet Cong, s’est trouvée la cible d’une attaque aérienne le 8 juin 1972, attaque qui a laissé plusieurs victimes et a changé pour toujours la vie de cette petite fille.

Bien qu’horriblement brûlée, Kim a survécu à cette épreuve. Nick Ut l’a pris avec lui en voiture pour l’amener d’urgence à l’hôpital. Kim a enduré 14 mois de réhabilitation pénible pour les brûlures de troisième degré qui couvraient plus de la moitié de son corps.

En tant qu’adulte, Kim se verrait forcée d’abandonner l’école de médecine à cause d’un intérêt international renouvelé pour « ce symbole de la guerre du peuple. » En réponse à une demande qu’elle a déposée auprès du gouvernement vietnamien, elle a reçu la permission de quitter le pays pour poursuivre ces études à Cuba. C’est pendant son séjour là-bas qu’elle a fait la connaissance de son futur mari. Elle avait déjà décidé qu’elle ferait défection à l’Ouest. Ils ont reçu la permission de voyager pour  leur lune de miel en 1972, et pendant un arrêt de ravitaillement de l’avion à l’aéroport de Gander en Terre-Neuve, au Canada, ils ont quitté l’avion pour demander asile.

Même après l’établissement de Kim dans un nouveau pays avec sa jeune famille, son histoire se poursuit. Nous ignorons même aujourd’hui tous les détails de l’attaque sur le village de Kim : qui a commandé l’attaque et quels lieu ou groupe en étaient la cible. Cependant, personne ne peut nier que Kim en fut une des innocentes victimes. Aujourd’hui, elle fait appel à son histoire pour promouvoir la paix. En novembre 1997, Kim a été nommée ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture). Un peu plus tôt en 1997, la Fondation Kim Phuc a été lancée à Chicago pour aider les victimes de guerre.

Ce qui est peut-être le plus surprenant chez Kim Phuc, c’est la paix qu’elle dégage. Elle ne souffre aucunement d’amertume ou de colère contre son gouvernement ou contre les responsables de la guerre. En fait, sa passion, c’est d’encourager la guérison et la paix. En 1996, elle a voyagé aux États-Unis pour rencontrer Nick Ut et les médecins qui l’avaient soignée à Saigon. Cette même année, à l’occasion du jour des Vétérans, Kim a adressé la foule au mémorial des vétérans du Vietnam à Washington, DC. Dans son message, elle a exprimé le besoin de guérison et de réconciliation pour tous ceux et celles qui avaient été marqués par cette guerre.

Comment est-ce possible? Peut-être une meilleure question à poser est « Qui rend cela possible? » Et la réponse est Dieu.

L’esprit doux de Kim et sa détermination paisible sont le fruit de sa relation avec son Père céleste, qui l’aime. Kim a découvert en Dieu celui qui pouvait compatir avec sa douleur et la guérir. Son corps porte encore les marques de son expérience brutale, mais elle est saine d’esprit.

Souffrez-vous des séquelles d’expériences pénibles? Aimeriez-vous inviter Dieu à vous guérir de ces effets néfastes qui vous semblent insurmontables?

Pourquoi ne pas inviter Dieu à régner sur votre vie, tout comme Kim l’a fait?

Vous n’avez qu’à vous retourner vers lui pour vous réconcilier avec lui et accueillir sa volonté pour votre vie.

Vous pouvez exprimer ce désir en priant un peu comme ceci :

« Seigneur Jésus, je veux te connaître et te suivre. Merci pour ta mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre tout grand mon cœur pour t’accueillir comme celui qui me délivre du mal et qui dirige dorénavant ma vie. Merci pour le pardon de tous mes péchés et pour le don gratuit de la vie éternelle. Viens diriger ma vie et faire de moi la personne que tu désires que je sois. Amen. »

Si vous aimeriez mieux comprendre comment Jésus a rendu une telle relation avec Dieu possible, nous vous invitons à lire ce sommaire du message de la Bonne Nouvelle.

À lire aussi : Pardonner, c’est bon pour la santé

Pour en découvrir plus sur Kim Phuc :

Article dans la Tribune de Genève

La Fondation internationale Kim Phuc

Print


3 réponses à “Phan Thi Kim Phuc”

  • MC Halle says:

    Bonjour! Juste pour vous informer que Kim Phuc sera de passage à Gatineau Samedi le 31 mars 2012. Est-il possible d’afficher cette info sur votre site? Pouvez-vous m’informer svp? Jepourrais alors vous donner plus de détails. Merci!MC Hallé

  • Carol says:

    Bonjour! C’est une très bonne idée. Nous pouvons rajouter ces informations à l’article, et nous allons essayer de mettre quelquechose sur la page d’accueil. Vous laisser plus de détails ici dans les commentaires.

  • Anne-Marie Montgomery says:

    Nous avons posté une annonce sur la page d’accueil du site. Merci pour l’idée géniale!

Afficher vos commentaires