Le rocher

Auteur: Sue Stewart

basketballJ’avais bâti ma vie entière autour d’une de ces maximes, comme on en voit parfois sur les tee-shirts, qui disait “La vie, c’est le basket, et le reste, des détails.”

J’avais enfin atteint le sommet dans ma carrière de basketball.  Tous mes sacrifices, tout mon travail et toute ma persistance étaient enfin récompensés.  J’étais en route pour les Jeux Olympiques de 1996.  Notre équipe représentait le Canada ; nous allions entrer en compétition contre les meilleures équipes au monde, et nous visions l’or.  C’était le moment tant attendu.

Je croyais que le basket apaiserait mes insécurités.  J’adorais ce sport. Adorer, dans ce sens, signifie  « donner une très grande valeur à quelqu’un ou à quelque chose. »  J’étais quelqu’un parce que je jouais au basket.  J’étais acceptée.  Le basket était mon identité.  C’était la seule chose sur laquelle je pouvais vraiment compter – le basket ne me décevrait jamais ; il serait toujours là pour moi.  J’y avais mis toute ma confiance.  Le basket était devenu mon dieu.

Stressé?  Pardonner, c'est bon pour la santé

Vous n'arrivez pas à pardonner? Parler à un mentor

Deux semaines avant les Jeux Olympiques, je me suis blessée au genou.  J’ai dû rester sur le banc de touche et regarder mon équipe se battre tant bien que mal pendant les Jeux Olympiques, le cœur plein de frustration, impuissante à les aider.  Mon rêve avait pris des tournures cauchemardesques.

Après ces Jeux Olympiques, d’autres parties de ma vie se sont écroulées.  J’ai perdu mon entraîneur.  J’en voulais au monde entier.  D’une personne sociable, encourageante et motivante pour les autres, j’étais devenue quelqu’un de froid et d’endurci ; et je ne me plaisais guère.  En 1997, j’ai décidé de réintégrer l’Equipe Nationale avec l’espoir de me racheter de mon terrible échec olympique.  L’équipe devait se qualifier pour le Championnat du Monde.  Mais j’avais encore une fois rendez-vous avec la déception, et nous n’avons pas réussi à nous qualifier.

Une seule bonne chose s’est passée cet été là :  une de mes co-équipières m’a parlé de son expérience avec Sport et Foi.  J’ai donc décidé de participer à leur campagne d’automne aux Etats-Unis.  C’est à travers eux que j’ai appris ce que cela voulait dire d’avoir une relation avec Jésus.  J’ai réalisé que j’avais adoré la création plutôt que le Créateur de toutes choses.  J’avais bâti ma vie autour de ce qui pouvait facilement m’être enlevé.  J’avais besoin de permanence.

Jésus a dit qu’un homme prudent bâtit sa maison sur le roc, qui la soutient bien solidement, alors que l’homme insensé la construit sur le sable, et cette maison-là est sujette à la ruine.  Au basket, les joueurs appellent parfois le ballon  « le rocher ».  Mais il ne s’agit pas du roc qui tient ferme.  J’ai appris que parfois Dieu attire notre attention en nous montrant que nous n’avons pas les bonnes priorités.  Il demande,  « A quoi cela sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme ? »  Oui, bien sûr, c’est super d’en arriver au niveau olympique, mais la vie, c’est bien plus que cela.

J’avais construit ma vie sur « le rocher », seulement pour m’apercevoir qu’il s’agissait de sable mouvant.  Maintenant j’ai arrêté de bâtir ma vie autour du basket.  Jésus est LE Rocher, solide comme le roc.  Il est la fondation qui ne flanche jamais.  Jésus Christ est ma vie.

Essayez d’examiner votre propre vie.  Comment la décrieriez-vous ? Satisfaisante ? Précipitée ? Passionnante ?  Stressante ?  Allant de l’avant ?  Retenue ?  Parfois, pour beaucoup d’entre nous, la réponse correspond à toutes ces descriptions.  Il y a des choses que l’on rêve de faire un jour ; il y a des choses que l’on aimerait oublier.  La Bible dit que Jésus est venu pour renouveler toutes choses. A quoi ressemblerait votre vie si vous pouviez tout recommencer à zéro?

Une vie pleine d’espoir

Si vous recherchez la paix, il y a un moyen d’amener de l’équilibre dans votre vie.  Personne ne peut être parfait, ni avoir une vie parfaite.  Mais la possibilité de connaître la grâce parfaite d’une relation personnelle avec Dieu à travers Son Fils Jésus Christ est offerte à chacun d’entre nous.

Vous pouvez recevoir Christ dès maintenant par la foi, à travers la prière.
Prier, c’est simplement parler à Dieu.  Dieu connaît votre cœur et ne se préoccupe pas autant de votre choix de mots que de l’attitude de votre cœur.

Voici une suggestion de prière:
Seigneur Jésus, je veux Te connaître personnellement.  Merci d’être mort sur la croix pour mes péchés.  Je T’ouvre ma vie et je Te demande d’en devenir le Sauveur et le Seigneur.  Dirige ma vie.  Merci de me pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle.  Fais de moi la personne que Tu veux que je sois.

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre cœur ?  Vous pouvez la prier dès à présent, et Jésus-Christ viendra dans votre vie, comme Il l’a promis.

Est-ce bien la vie que vous souhaitez ?

Si vous avez invité Jésus-Christ dans votre vie, remerciez souvent Dieu de Sa présence à vos côtés, et du fait qu’Il ne vous abandonnera jamais et que vous avez la vie éternelle.  Continuez d’approfondir votre relation avec Dieu, sachant à quel point Il vous aime, et vous vous épanouirez et profiterez pleinement de la vie.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires