Un nouvel homme

Auteur: Laurie Wang

J’ai touché le fond le soir que j’ai tenté de m’enlever la vie. Je ne sais pas pourquoi ma tentative n’a pas réussi. Tout ce que je me rappelle, c’est que je me suis réveillé, semi-conscient, sans personne vers qui me tourner.

Succomber à la pression de groupe

J’ai grandi dans une bonne famille à Grande Prairie, en Alberta. On m’a élevé à épouser de belles valeurs morales. Mais à l’âge de 16 ans, j’ai succombé à la pression de groupe. Je ne dis pas ici que ce n’était pas ma faute, parce que j’ai pris mes propres décisions. Cependant, je peux dire que la pression de groupe se faisait fortement ressentir.

J’ai commencé à boire et à consommer toutes sortes de drogues. Je suis devenu accro de l’alcool dès mon premier verre. Je me rappelle à quel point j’avais hâte de me rendre aux noces de mon cousin pour pouvoir m’enivrer. J’ai commencé à faire la tour des parties, et on me considérait un bon gars de partie du fait que je ne devenais pas bagarreur ou violent lorsque je m’enivrais.

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!

J’ai conduit ivre au moins 1000 fois, et je suis chanceux de n’avoir jamais tué quelqu’un. Parfois, je n’avais aucun souvenir de mon voyage à la maison après un «party». Des policiers m’ont placé dans une cellule de dégrisement à deux reprises. Je me rappelle qu’il y avait du vomi et de l’urine partout dans cette cellule.

Aucun changement, malgré un déménagement

À 22 ans, j’ai déménagé à Calgary pour un changement de carrière, mais ma vie elle, n’a pas changé. Les parties du week-end commençaient à influencer le restant de ma semaine. Je me présentais au travail dans la pire des états parce que je sortais le soir avec mes vêtements de travail, je prenais la cocaïne et je buvais de la bière dans une chambre d’hôtel quelconque, et je me réveillais vers 10 h 30 le lendemain pour me pointer au travail avec les vêtements de la veille. J’étais censé y être dès 8 h, mais heureusement, le patron n’était pas là pour constater mon retard.

Le retour au bon sens

Un soir, en revenant du bar, j’ai frappé un lampadaire avec la voiture. J’ai pris cela comme un appel à retourner au bon sens, et j’ai cessé de boire pendant trois mois. Mais ce n’était pas longtemps avant que je retourne à mes anciennes habitudes et que je recommence à boire et à consommer de la drogue.

Une année plus tard, j’ai lâché mon emploi à Calgary en me disant que je pourrais mieux réussir en faisant autre chose. Je me suis plutôt retrouvé tout à fait seul. J’ai essayé de mettre fin à mes jours, mais sans succès. Qu’étais-je censé faire maintenant?

J’ai tenté de m’en sortir.

Au cours de la prochaine année, j’ai essayé de diminuer ma consommation d’alcool, mais sans succès. J’ai commencé à avoir des trous de mémoire de plus en plus. Un jour, je me suis réveillé pour me dire : «Eh, oui, tu t’es bien amusé, Schenk. Si tu t’es vraiment amusé et que là tu ne te souviens plus de rien, est-ce que ça en vaut la peine? » Ce jour-là, j’ai décidé d’aller boire une dernière fois avant d’arrêter pour toujours. Cet après-midi, accompagné d’amis qui terminaient une caisse de bière avec moi, j’ai dit à mes amis que la bière que j’avais en main serait ma dernière, et que je n’allais plus jamais boire. Évidemment, ils ne m’ont pas cru.

Je suis sorti pour me promener tout seul et j’ai crié : « Maintenant, que vais-je faire?! » Je criais, ne me demander pas à qui. J’étais perdu. J’étais accro à l’alcool. Tout ce que je faisais avec mes amis tournait autour de la boisson, et nous n’avions aucune idée comment nous amuser sans boire.

Dans l’espoir de vaincre ma dépendance, je me suis joint à Alcooliques anonymes (AA). Je me rendais aux réunions. À l’époque je n’avais que 24 ans, tandis que les autres se trouvaient tous dans la cinquantaine. Les gens se tournaient vers le café ou la cigarette pour surmonter leur dépendance à l’alcool.

Une Puissance supérieure

Une des douze étapes enseignées par AA est le choix d’une Puissance supérieure à laquelle se confier. Cela m’a amené à penser à l’école du dimanche et à l’église que j’ai fréquentée enfant. J’ai donc décidé d’essayer l’église. J’ai téléphoné à un couple que je connaissais et je leur ai dit que je voulais retourner à l’église. J’y suis allée et j’ai entendu le prédicateur dire à quel point il était important de se mettre ensemble avec d’autres chrétiens pour étudier la Bible. Il y avait une annonce pour des études bibliques sur le tableau d’affiche, et je me suis dit : « Pourquoi pas? » Je me suis invité à une étude biblique de cette façon.

À la rencontre, je me sentais un peu mal à l’aise parce que je ne voulais pas que mes amis me voient, moi, Schenk, à une étude biblique, voyons donc! Je n’avais aucune idée de ce que les gens discutaient entre eux. Ils étudiaient Galates, un livre de la Bible, et je me disais : « Mais, c’est quoi, un Galate? » J’ai attendu que tout le monde parte avant de poser mes questions à l’animateur.

J’ai continué à fréquenter l’étude biblique, et un soir, l’animateur, qui était devenu un ami, a partagé un livret, Les Quatre Lois spirituelles, avec moi. J’ai découvert que Dieu avait tout créé, moi inclus. J’avais péché, fait ce qui est contraire à la volonté de Dieu — j’avais menti, triché, haï… la liste est longue. Jésus est mort pour mes péchés et est ressuscité. Il m’offre une nouvelle vie, une vie de liberté, un nouveau départ. Je n’ai plus besoin de me sentir coupable pour tout le mal que j’ai commis parce qu’il en a payé le prix en mourant sur la croix à ma place. J’ai prié Dieu en lui disant que je croyais en tout ce que Jésus avait fait pour moi. Il est le Fils de Dieu et il est mort pour moi parce qu’il m’aime et veut que je vive pour toujours.

Pendant un temps, je me demandais si ces gens me lavaient le cerveau, pour vérifier un peu ce qui se passait. Mais j’ai constaté que ce n’était pas le cas. Je peux vraiment savoir que Dieu est en moi et que j’irai au ciel. Dieu n’est pas quelque part dans l’espace, mais en moi. C’est à cette époque que j’ai commencé à constater que ma vie changeait. Ce n’étaient pas des changements instantanés, mais c’étaient tout de même de vrais changements. Dieu travaille dans la vie de chacun de différentes façons. Pour moi, il est venu m’enlever le désir de boire — quelque chose que j’avais essayé d’accomplir seul, mais sans succès. Il m’a aussi donné le désir de parler de lui et de ce qu’il a fait de ma vie avec les gens qui m’entourent.

Un nouvel homme

Aujourd’hui, je me trouve privilégié d’avoir une famille qui m’aime — une belle femme, deux fils et une fille. Je travaille avec les gens d’affaires, et je partage avec eux l’histoire de ce que Jésus a fait de ma vie. Je voyage avec eux dans d’autres pays pour qu’ils puissent découvrir la joie que nous connaissons lorsque nous parlons aux gens de Jésus-Christ. Je ne suis pas en train de dire que tout est parfait maintenant que Dieu vit en moi, parce que ce serait mentir — la vie sur cette terre ne sera jamais parfaite. Parfois, je lutte contre les pensées destructives du passé, mais en venant à connaître Jésus de plus en plus, je trouve que de telles pensées me reviennent de moins en moins. Il me donne la puissance, l’espoir et la capacité à réussir mes journées. Maintenant que je connais Jésus, je ne veux pas que d’autres passent par la vie sans le connaître!

Vivre avec l’espoir

Vous vous rappelez que mon ami a partagé les Quatre Lois spirituelles avec moi, et que c’est ainsi que j’ai vraiment compris la Bonne Nouvelle? J’aimerais partager ces principes avec vous.

  1. Dieu vous aime et a un plan merveilleux pour votre vie.
  2. Notre péché nous sépare de Dieu. C’est la raison que nous ne connaissons pas l’amour de Dieu et son plan pour nous.
  3. Jésus-Christ est la seule provision de Dieu pour notre péché. Il est mort sur la croix pour payer la punition de notre péché et est ressuscité. Grâce à lui, nous pouvons connaître l’amour de Dieu et son plan pour nous.
  4. Pour faire la connaissance de l’amour de Dieu et de son plan pour nous, nous devons décider de confier notre vie à Jésus-Christ en lui ouvrant tout grand notre cœur.

Jésus nous offre un vrai espoir. J’étais sans espoir, et Dieu m’a réconcilié avec lui, me donnant ainsi de l’espoir. Oui, une Puissance supérieure, c’est une bonne chose, mais j’ai trouvé que ce n’était pas assez — il me fallait Jésus-Christ.

Vous pouvez confier votre vie à Christ dès cet instant, en exprimant votre foi par la prière. Prier, c’est tout simplement parler avec Dieu. Il connaît notre cœur, et donc, ce ne sont pas les mots qui comptent, mais plutôt l’attitude de notre cœur. Voici une prière suggérée :

Seigneur Jésus, je veux te connaître personnellement. Merci de mourir sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre tout grand mon cœur pour t’accueillir comme Sauveur et Roi. Viens diriger ma vie. Fais de moi la personne que tu désires que je sois. Merci de me pardonner tous mes péchés et de me donner la vie éternelle.

Si vous avez confié votre vie à Jésus en lui ouvrant tout  grand votre cœur, nous vous invitons à nous faire part de cette bonne nouvelle en cliquant sur le bouton OUI ci-dessous, afin que nous puissions vous diriger vers des ressources qui vous aideront à mieux connaître Jésus.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires