Une victoire arrachée à la souffrance

Auteur: Joni Eareckson

Par Joni Eareckson–traduit de  l’anglais par Alix Rouvinez

Par un après-midi ensoleillé de juillet en 1967, j’ai plongé dans un lac qui manquait de profondeur, et ma vie a changé pour toujours. J’ai souffert d’une fracture à la colonne vertébrale qui m’a paralysé tout le corps à partir du cou, et m’a laissée incapable d’utiliser mes mains et mes jambes.  Allongée sur mon lit d’hôpital, j’essayais désespérément d’y voir clair dans cette horrible tournure des événements.  Je suppliais mes amis de m’aider à me suicider.  De me couper les poignets, de me faire avaler des médicaments, n’importe quoi – pourvu que cela mette fin à mon désespoir !

Comment la paralysie pouvait-elle faire partie du plan de Dieu pour moi?


Tant de questions se bousculaient en moi.  Je croyais en Dieu, mais je ressentais tellement de colère contre Lui. Comment aurais-je pu qualifier ce qui m’arrivait de démonstration de Son amour et de Sa puissance ?  Non, certainement, Il aurait pu tout empêcher.  Comment une paralysie permanente, à vie, pouvait-elle faire partie du plan d’un Dieu d’amour pour ma vie?  À moins de trouver des réponses, je ne voyais pas comment ce Dieu méritait ma confiance.

Steve, un de mes amis, a accepté le défi de m’aider à trouver les réponses à mes questions.  Il m’a aidée à tourner mes regards vers Jésus-Christ.

Maintenant je suis convaincue que le dessein de Dieu à travers cet accident était de transformer une enfant têtue en une femme qui reflèterait la patience, l’endurance et une espérance vivante et optimiste des gloires célestes à venir.

Une nouvelle perspective

Ma chaise roulante a tout d’abord symbolisé le retrait et l’isolement.  Maintenant je vois en ma chaise roulante mon indépendance.  C’est Dieu qui a changé cela, parce que je Lui ai donné ma confiance.  C’est un choix que j’ai fait et que tous peuvent faire.

J’ai découvert beaucoup de bonnes choses qui sont venues à moi à cause de mon handicap. Avant mon accident, je pensais que le bonheur, c’était de se faire inviter à sortir le samedi soir, de porter du 36 et d’avoir un petit boulot tranquille et 2,5 enfants.  Maintenant je sais que le bonheur n’a rien à voir avec tout cela.  Ce qui compte, c’est l’amour.

Un avenir plein de bonnes choses

Ma perception du caractère éphémère des choses de cette vie par rapport à celles bien meilleures et plus glorieuses de ce qui nous attend au paradis n’en est que plus intense.  Voici les paroles d’une chanson qui exprime la perspective exaltante que j’ai acquise au fil des années qui ont suivi mon accident:

Je me réjouis de la guérison de celui que mon Sauveur soulage,

Et mes larmes coulent pour celui qui encore s’afflige.

Mais la joie d’ici-bas et les larmes de ce monde n’iront pas au-delà de nos années sur terre,

Et un dessein incomparable nous est révélé par la Parole de Dieu notre Père.

Dans cette vie nous devons sur nos épaules une croix porter

Il ne s’agit que d’un soupçon des souffrances de Jésus-Christ

Et un jour nous pourrons la déposer, car une couronne Il nous a promis

A laquelle nos souffrances ne sauraient se comparer.

Alors le Ciel est à ma portée

Et parfois c’est tout ce que je peux contempler.

J’entends sa douce musique qui parvient à mes oreilles,

Et je sais qu’elle résonne pour moi et m’émerveille.

Car j’appartiens à Christ le Sauveur en tant qu’épouse

Et rachetée je me tiendrai à Ses côtés

Il me demandera si je veux danser et cette danse

Rachètera toutes les larmes que j’ai versées.

 

Je vous invite à prendre un moment pour examiner votre vie.  Comment la décririez-vous ? Satisfaisante ?  Précipitée ?  Effervescente ?  Stressante ?  Encourageante ?  Coincée ?  Pour bon nombre d’entre nous, cela peut aller de l’un à l’autre de ces qualificatifs.  Il y a des choses que nous rêvons de vivre ou d’accomplir un jour, et il y a des choses que nous préfèrerions oublier.  La Bible nous apprend que Jésus-Christ est venu pour renouveler toutes choses.  A quoi ressemblerait votre vie si vous pouviez recommencer à zéro ?

Vivre une vie pleine d’espérance

Si vous recherchez la paix, il vous est possible d’amener de l’équilibre dans votre vie.  Personne ne peut être parfait, ou avoir une vie parfaite.  Mais chacun d’entre nous a l’occasion de vivre la grâce parfaite d’une relation personnelle avec Dieu à travers Son Fils, Jésus-Christ.

Vous pouvez vivre une relation profonde avec Jésus-Christ dès maintenant en accueillant son règne en vous. Aimeriez-vous l’inviter à venir habiter en vous par son Esprit afin que vous puissiez le connaître et le suivre, comme le fait Joni? Vous n’avez qu’à exprimer ce désir à Dieu, par la prière. Ce ne sont pas les mots qui comptent, mais plutôt l’attitude de votre cœur. Voici une prière qui peut vous servir de modèle :

Seigneur Jésus-Christ, je veux te connaître. Merci pour ta mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre tout grand mon cœur et je t’invite à venir régner en moi par ton Esprit et me délivrer de mon péché. Dirige ma vie. Fais de moi la personne que tu veux que je sois. Merci pour le pardon de mes péchés et le don de la vie éternelle. Amen.

Si cette prière reflète le désir sincère de votre cœur, vous pouvez l’exprimer à Dieu. Jésus promet de venir habiter en vous en réponse à votre foi.

Si vous avez invité Jésus à prendre la direction de votre vie, remerciez-le souvent pour sa présence en vous et pour sa promesse de ne jamais vous quitter ou vous abandonner. En découvrant de plus en plus son amour infini pour vous et sa volonté pour votre vie, vous vivrez la vie abondante qu’il est venu vous offrir.

Print


Une réponse à “Une victoire arrachée à la souffrance”

  • ahou kouakou says:

    Slt joni,
    je te félicite pour ton courage et le choix de Jésus-christ que tu as choisi comme sauveur.
    Merci pour cette prière profonde, elle m’a fait du bien.
    Merci

Afficher vos commentaires