À la découverte de Jésus-Christ : partie 2

Auteur: AgapeFrance

POURQUOI JÉSUS-CHRIST EST-IL VENU DANS LE MONDE?

Lorsqu’à l’âge de 20 ans, je me suis moi-même penché sérieusement sur les évangiles, une chose m’a frappé : non seulement Dieu m’avait créé, mais il me connaissait, tel que j’étais, et il m’aimait. J’ai découvert avec soulagement que Dieu ne guettait pas toutes mes fautes pour mieux me punir, mais qu’au contraire, il désirait le meilleur pour ma vie. D’ailleurs, le mot « évangile » ne veut-il pas dire « bonne nouvelle »?

IL NOUS AIME

« Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que tout homme qui croit en lui ne meure pas, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3.16)

NOTRE EXISTENCE A UN SENS, UN BUT PRÉCIS

Dieu est là. Voulez-vous le connaître?

Des questions au sujet de Dieu? Écrire à un mentor

Nous ne sommes pas sur cette terre par hasard.

Jésus dit : « Moi, je suis venu afin que les hommes aient la vie et l’aient en abondance. » (Jean10.10)

VIVRE RÉELLEMENT, C’EST LE CONNAÎTRE PERSONNELLEMENT

« La vie éternelle consiste pour eux à te connaître, toi le seul véritable Dieu, et à connaître Jésus-Christ, que tu as envoyé. »

Ces paroles de Jésus nous laissent perplexes; nous ne comprenons pas. Si ce que dit Jésus est vrai, pourquoi tant de gens ne connaissent-ils pas cette vie en abondance et cette relation personnelle avec Dieu?

UN PROBLÈME : L’ATTITUDE DE L’HOMME

Si nous ne vivons pas cette vie en abondance pour laquelle Dieu nous a créés, c’est qu’il y a un problème, un obstacle dans l’attitude même de l’homme envers Dieu. Par un libre choix de leur part, les hommes refusent de dépendre de Dieu. Le considérant comme une menace (plutôt qu’une promesse), un résidu du passé, ou un gêneur voulant les empêcher de vivre selon leurs désirs, les hommes deviennent indifférents à l’égard de Dieu, préférant, dans le meilleur des cas, l’ignorer, quand il ne s’agit pas de révolte ouverte à son égard.

Savez-vous comment la Bible appelle cette attitude universelle de l’homme? Le péché.

Ce mot paraît bien démodé de nos jours… mais il n’empêche pas que la réalité spirituelle qu’il représente est bien actuelle.

Notre conception du péché est souvent erronée : « Pécher, pensons-nous, c’est commettre de mauvaises actions, mentir, voler, tuer, tomber dans l’immoralité. »

En fait, ces actes ne sont pas le péché, mais des manifestations visibles du péché qui est en nous.

Un sens du mot péché dans le texte original de la Bible est faillite, manquement.

Pécher, c’est manquer le but.

Selon Dieu, nous sommes pécheurs parce que nous passons à côté du chemin de la vie, nous ratons le but de notre vie : vivre la vie abondante pour laquelle Dieu nous a créés. Vu sous cet angle, le péché est une véritable folie! Qui de nous peut dire alors qu’il n’est pas pécheur?

Et c’est ce que nous confirme la Bible : « Tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu ». (Romains 3.23)

VOUS CROYEZ ENCORE AU PÉCHÉ!!!?

Souvent cette question m’est posée. Notre monde ne croit plus au péché. C’est une conception dépassée. Maintenant, on sait bien que l’homme est naturellement bon!

Personnellement, je ne « crois » pas au péché, mais je suis malheureusement bien obligé d’en constater les effets dans le monde et dans ma propre vie. Il ne s’agit pas de croire ou de ne pas croire au péché, mais d’avoir les yeux ouverts sur ce qui se passe en nous et dans le monde.

Alors que j’écris ces lignes, les médias ne parlent que d’une chose : un très grave attentat dans un pays du Moyen-Orient a provoqué la mort de plus de 220 personnes. Les personnes ayant commis ce forfait ont été prêtes à mourir elles-mêmes dans leur camion bourré d’explosifs pour en tuer le plus possible. Quelle folie criminelle! Il y a quelques jours à peine, plus près de nous, les médias relataient la découverte d’enfants martyrs, phénomène plus courant dans notre pays qu’on le pense, d’après les commentateurs de la radio.

Si de temps en temps vous écoutez les informations et si vous lisez le journal, vous ne pourrez vous empêcher de constater que ces faits sont loin d’être isolés : ils sont plutôt monnaie courante. Ce que nous dit Jésus-Christ dans l’Évangile est bien actuel. La science et la technologie de ce siècle n’ont pas changé la nature humaine.

Le péché n’est pas sans importance; il a des conséquences pour notre vie :

« En réalité, ce sont vos torts qui dressent une barrière entre vous et votre Dieu; ce sont vos propres fautes qui le poussent à tourner la tête pour ne pas vous écouter. » (Ésaïe 59.2)

Tant que nous persistons à vouloir être nous-mêmes l’origine et la fin de tout, la source unique de la direction de notre vie, nous nous condamnons à ignorer Dieu et à demeurer séparés de lui et de la vie en abondance qu’il désire pour nous… Nous nous condamnons à ignorer le but réel de notre vie. Nous sommes souvent malheureux et désorientés, car nous n’avons pas de base sûre pour notre vie. Nous sommes gouvernés par notre égoïsme. Pire! Nous sommes esclaves de notre péché, qui est le véritable maître de notre vie. Celui-ci a créé un fossé, une barrière, entre nous et Dieu. Nous essayons de trouver la sécurité et la satisfaction de nos besoins à travers un idéal (des rapports humains, une bonne morale, la politique, l’argent) ou à travers une religion et ses pratiques. Mais ni cet idéal, ni ces pratiques religieuses n’ont le pouvoir de résoudre le problème de l’homme : son péché.

OÙ TROUVER LA SOLUTION À CE PROBLÈME?

Si Dieu nous aime, ne va-t-il pas faire quelque chose pour résoudre ce problème du péché et permettre que nous revenions à lui?

« Mais Dieu nous a montré à quel point il nous aime. Le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs. Par son sacrifice nous sommes maintenant rendus justes devant Dieu. » (Romains 5.8-9)

« Si vous obéissez fidèlement à mon enseignement, dit Jésus, vous êtes vraiment mes disciples; ainsi, vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres… Je vous le déclare, c’est la vérité : Tout homme qui pèche est un esclave du péché… Si le Fils vous libère, vous serez alors vraiment libres. »(Jean 8.31,34,36)

Jésus-Christ est la réponse de Dieu lui-même au péché de l’homme. C’est pour cette raison qu’il est le seul chemin par lequel nous pouvons connaître Dieu et expérimenter la vie de plénitude pour laquelle il nous a créés.

Annoncé par des prophètes plusieurs siècles avant sa venue, Jésus de Nazareth, personnage historique, a réalisé plus de 300 prophéties concernant de nombreux détails de sa naissance, de sa vie, de sa mort et de sa résurrection. Mais Jésus, qui est la réponse de Dieu lui-même au péché de l’homme, est unique. Nous pouvons le voir par la qualité de sa vie, les miracles qu’il a faits, les paroles qu’il a prononcées. Sa mort sur la croix, sa résurrection, sa montée aux cieux : tout montre qu’il n’était pas un homme comme les autres, mais UN ÊTRE UNIQUE DANS L’HISTOIRE DU MONDE!

Partie 3 : Jésus, être unique!

Retour à l’index

Pour aller plus loin :

Jésus était-il plus qu’un enseignant ou un prophète?

Rencontre 2 : La personne et l’œuvre de Jésus-Christ, partie 2

Extrait du livre :

À la découverte de la vie nouvelle; © Texte : Équipe de Campus pour Christ — France 1984,

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson

D’après le livre :
How To Be Sure You Are a Christian
de Bill Bright © 1972, 1981, Campus Crusade for Christ

Utilisé avec permission

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires