À la découverte de Jésus-Christ : partie 5

Auteur: AgapeFrance

UN ENGAGEMENT DE MA VOLONTÉ

Il ne suffit pas de reconnaître d’une façon intellectuelle l’authenticité du message de l’Évangile, mais il faut l’accepter avec le cœur, par un total assentiment de notre volonté. Le Seigneur Jésus lui-même a souligné l’importance de la volonté de l’homme concernant la décision de le suivre en disant :

« Si quelqu’un veut faire sa volonté (de Dieu), il reconnaîtra si cet enseignement vient de Dieu ou si mes paroles viennent de moi-même. » (Jean 7.17)

D’après cette déclaration, il est clair que connaître Dieu de manière intime est affaire de volonté : Dieu ne se révèle qu’à celui qui est prêt à le prendre au sérieux et à accomplir sa volonté.

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!

N’attendons donc pas une action surnaturelle de Dieu ou une expérience particulière pour le suivre. Il s’est déjà manifesté au monde, il a déjà tout accompli pour que nous puissions le rencontrer. C’est à nous maintenant de répondre à son amour en le laissant entrer dans notre vie.

Le mariage offre un parallèle avec cette démarche de confier sa vie à Jésus-Christ. Un mariage est plus que la simple intervention de l’intelligence et des sentiments des deux époux. Le mariage implique un choix et par conséquent, le mariage est aussi affaire de volonté. Ce n’est qu’après le libre consentement, le « Oui » dit de l’un à l’autre, que ces deux êtres deviennent mari et femme.

Il en est de même dans notre relation avec Dieu : bien que nous puissions être intellectuellement convaincus de la vérité de l’Évangile, de la divinité de Jésus-Christ, il nous faudra tout de même dire « OUI » à son amour, par un acte délibéré de notre volonté, pour commencer une relation intime et éternelle avec Dieu.

POURQUOI REJETER L’AMOUR DU CHRIST?

Personne, ayant pris la peine de considérer avec honnêteté et sérieux les œuvres et la vie de Jésus de Nazareth, ne saurait être en mesure, à l’issue de ses investigations, de douter de sa véracité historique. Voilà pourquoi le rejet de l’Évangile n’est pas question d’intellect, mais de volonté. De nombreuses personnes, pourtant convaincues sur les plans intellectuels et émotionnels que Jésus est bien le Fils de Dieu, refusent quand même de lui confier leur vie. Pourquoi? Quelles barrières les freinent-elles?

Selon les individus, nous pouvons trouver plusieurs explications :

1. L’orgueil :

C’est souvent l’orgueil, ou notre désir de n’avoir que notre « Moi » pour maître, qui nous retient de confier notre vie à Jésus-Christ. Il est difficile en effet d’admettre que nous sommes pécheurs ou que nous nous sommes trompés sur la façon de conduire notre existence. Mais, même une fois ces choses reconnues et admises, il est encore souvent bien difficile d’admettre que seul Dieu pourrait orienter et diriger de façon satisfaisante notre existence.

2. La peur des conséquences :

Plusieurs refusent de confier la direction de leur vie à Jésus-Christ par peur des conséquences. Témoin cet entraîneur sportif — très doué et aimé de son public — qui, bien que convaincu intellectuellement et émotionnellement du message de la Bonne Nouvelle, refusait de soumettre son existence à Jésus-Christ. Il avait peur que Dieu ne l’appelle à être pasteur et donc à abandonner tout ce qui faisait la joie de sa vie : l’entraînement d’athlètes.

Beaucoup de personnes ont le même problème : « Si je confie ma vie à Jésus-Christ, que va-t-il en faire? Il va me demander des choses impossibles et dont je n’ai pas envie! » À votre avis, est-ce une bonne conception de Dieu, de notre Dieu d’amour, plus préoccupé de notre propre épanouissement que nous ne le sommes nous-mêmes? Dieu sait ce qui nous convient. Il nous a créés pour vivre en lui, une vie de plénitude, utile, fructueuse et joyeuse! Il se peut qu’il nous demande de faire certaines choses pour lui, mais ce ne sera jamais sous la contrainte. Ce qu’il nous demandera, il mettra en nos cœurs le désir de le faire. Ainsi, le suivre ne sera pas ressenti comme une contrainte, mais comme une réponse à l’élan de notre cœur : « Car c’est Dieu qui produit en nous le vouloir et le faire, selon sa bienveillance à notre égard. » (Philippiens 2.13) N’est-ce pas merveilleux?

3.       Une attitude volontaire de péché :

Nous pouvons être convaincus émotionnellement et intellectuellement, mais ne pas vouloir nous décider de peur d’avoir à renoncer à un péché bien précis : mettre fin à une liaison à laquelle on tient, pardonner à un individu qui nous a particulièrement blessés, remettre de l’ordre dans nos affaires, etc. Il peut nous sembler presque impossible de supporter l’éventualité de telles choses. Et pourtant : « Que sert-il à un homme de gagner le monde s’il perd la vie éternelle? » (Matthieu 16.26)

4.       Satan

Il y a quelque temps, l’un des responsables de notre mouvement eut l’occasion en Angleterre de s’entretenir avec un étudiant qui voulait recevoir le Christ, mais qui n’y parvenait pas. Ayant vécu autrefois dans la désobéissance et la débauche, ce jeune homme avait maintenant un ardent désir de s’ouvrir à Dieu.

Alors que les deux étaient à genoux pour prier, cet étudiant ne put prononcer un seul mot. Finalement, il s’écria :

« Je n’y arrive pas! Je voudrais bien prier, mais je ne peux pas! »

« Priez après moi » lui conseilla alors notre responsable, mais en vain : le jeune homme n’y parvenait toujours pas. Alors, le chrétien qui dirigeait l’entretien se mit à prier à sa place, demandant à Dieu de le délivrer de l’obscurité du royaume de Satan et de le faire entrer dans le merveilleux royaume de Jésus-Christ (selon les instructions données par Paul en Colossiens 1.13-14).

Puis il suggéra à nouveau au jeune homme de prier. Aussitôt, des paroles joyeuses et enthousiastes jaillirent de ses lèvres. Il invita le Christ à diriger sa  vie et au même instant, il sentit naître en lui la certitude de son salut.

Si vous aussi, vous désirez accepter Jésus-Christ dans votre cœur, mais que quelque chose vous retient, vous êtes aussi lié. Mais que cela ne vous décourage pas : le Christ peut vous libérer!

DITES « OUI » À L’AMOUR DE JÉSUS-CHRIST AUJOURD’HUI MÊME

Laissez-moi vous raconter une petite histoire qui illustrera bien ce que Dieu attend de vous :

Un juge avait une fille. Celle-ci fut arrêtée par la police pour une infraction grave au Code de la route. Lorsqu’elle fut présentée au tribunal, elle découvrit que son père était le juge. Comment devait-il réagir? D’un côté, il aimait sa fille et il aurait bien voulu lui éviter une condamnation, mais d’un autre côté, il était aussi juste et il ne voulait pas utiliser sa position pour privilégier quelqu’un devant la loi, fût-ce sa propre fille. Alors, voilà ce qu’il fit : il prononça la juste condamnation : un temps de prison ferme ou une forte amenda contre sa libération. Puis il ôta sa robe de juge et alla se placer lui-même auprès de sa fille, sur le banc des accusés, acceptant pour lui-même la sentence.

Voilà la solution imaginée par le juge pour satisfaire à son double impératif de justice et de miséricorde. Par souci de justice, il avait condamné sa fille, mais par amour pour elle, il avait assumé lui-même la condamnation.

Comment pensez-vous que la jeune fille ait réagi à l’amour de son père? J’imagine qu’elle a dû l’accepter avec reconnaissance et ressortir aussitôt libre devant la société… Mais il se peut aussi qu’elle l’ait refusé, avec hauteur en disant à son père :

« Je suis bien assez grande pour me débrouiller toute seule, je n’ai pas besoin de toi! »… Et les gardes l’ont alors emmenée en prison.

Dieu s’est comporté comme ce juge envers nous : par souci de justice il nous a condamnés à la mort à cause de notre péché, mais par amour, il a envoyé Jésus, l’Agneau parfait, pour subir cette condamnation à notre place. Comment allons-nous réagir? Si nous acceptons son amour et lui faisons confiance, nous serons aussitôt libérés de la condamnation du péché et nous pourrons connaître la vie en abondance qu’il nous offre, dans une relation intime avec lui. Mais si nous la rejetons, si nous refusons de reconnaître notre péché et désirons vivre pour nous-mêmes, alors nous demeurerons sous la condamnation de Dieu que mérite notre péché.

Accepter ou refuser l’amour de Jésus-Christ est notre choix et notre responsabilité. De ce choix dépendent toute notre vie et aussi notre éternité.

Quel cercle représente le mieux votre façon de vivre?

Si ce n’est déjà fait, Jésus désire entrer dans votre vie aujourd’hui même.

C’est avec foi, avec confiance, que vous devez confier la direction de votre vie à Jésus-Christ. Il ne s’agit pas d’une recette, ni d’une formule, mais de votre engagement conscient et sérieux devant lui à le recevoir et à lui soumettre votre vie.

Il y a des personnes qui demandent cela plusieurs fois à Jésus : en période de crise ou suite à une présentation émouvante de l’Évangile. Pourtant, malgré leurs appels réitérés, rien ne se produit dans leur vie. Pourquoi? Voici deux raisons possibles :

1.       Ces personnes n’ont pas vraiment conscience de l’identité divine de Jésus :

Un alcoolique priait Jésus depuis des années lui demandant d’entrer dans sa vie, sans changement… Un jour, un ami lui demanda : « Quand vous priez ainsi, à qui vous adressez-vous, à Jésus “homme” ou à Jésus “Dieu”? »

« À Jésus, “homme”!»

Cette erreur est plus fréquente qu’on le pense. Il est pourtant fondamental de prendre conscience que lorsque l’on parle à Jésus ce n’est pas à un simple être humain, mais au propre Fils de Dieu., le Sauveur, le Messie promis qui offrit sa vie pour le péché des hommes et qui ressuscita des morts le troisième jour. Jésus est homme et Dieu à la fois. Il est le Seigneur vivant, le Maître de la vie et de l’Histoire. Il a le pouvoir de changer radicalement l’existence de tous ceux qui le reçoivent sincèrement dans leur cœur. Lorsque l’alcoolique eut pris conscience de cette réalité, il demanda pour la première fois à Jésus « Fils de Dieu » d’entrer dans sa vie… Et sa guérison commença!

2.       C’est sans foi que nous demandons à Jésus d’entrer dans notre vie :

NE DEMANDEZ PAS PLUSIEURS FOIS À JÉSUS-CHRIST D’ENTRER DANS VOTRE VIE : c’est offenser Dieu que de le faire, car ces demandes réitérées prouvent que vous ne croyez pas vraiment en sa promesse.

Au contraire, n’invitez QU’UNE SEULE FOIS Jésus à devenir votre Sauveur! Ensuite, REMERCIEZ-LE jour après jour d’être présent dans votre vie. Vous exprimerez ainsi la foi que vous avez en lui, en lui qui a promis de ne jamais vous quitter et de ne jamais vous abandonner.

CONFIER LA DIRECTION DE SA VIE À JÉSUS-CHRIST EST UN ACTE DE FOI QUI S’EXPRIME PAR LA PRIÈRE

Avez-vous déjà confié votre vie à Jésus-Christ? Avez-vous la certitude que le Christ est dans votre vie et que vous avez la vie éternelle?

Si vous ne pouvez répondre oui à ces deux questions, puis-je vous suggérer de confier sans plus tarder votre vie au Christ?

Par la foi, vous pouvez maintenant accueillir le Christ dans votre vie, en exprimant à Dieu votre désir de vous confier en lui. Adressez-vous à lui dans une prière simple, mais vraie, avec vos propres mots, ou avec une prière comme celle qui suit. Prier, c’est simplement parler à Dieu. Il vous connaît et selon sa promesse, Jésus-Christ viendra dans votre vie.

« Seigneur Jésus, je te remercie de ton amour et de ce que tu es venu dans le monde pour mourir pour moi. Je reconnais que j’ai dirigé jusqu’à présent ma propre vie et qu’ainsi j’ai péché contre toi. Je veux maintenant mettre ma confiance en toi, t’accueillir dans ma vie, t’en donner toute la direction. Merci de me pardonner mes péchés. Fais de moi la personne que tu désires que je sois. Merci Seigneur d’avoir répondu à ma prière et d’être maintenant dans ma vie. »

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre cœur?

Jamais vous ne prendrez une décision plus importante que celle-ci : ses conséquences sont éternelles. C’est pourquoi je vous encourage à prier sans attendre. Devenir disciple de Jésus-Christ est l’expérience la plus fantastique qu’un être humain puisse vivre.

À la découverte de Jésus-Christ : partie 6
Retour à l’index

Pour aller plus loin :

Comment devient-on chrétien? Que dit la Bible à ce sujet?

Rencontre 5 : Être chrétien, un engagement de la volonté

Extrait du livre :

À la découverte de la vie nouvelle; © Texte : Équipe de Campus pour Christ — France 1984,

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson

D’après le livre :
How To Be Sure You Are a Christian
de Bill Bright © 1972, 1981, Campus Crusade for Christ

Utilisé avec permission

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires