À la découverte de Jésus : partie 3

Auteur: AgapeFrance

JÉSUS, ÊTRE UNIQUE

SON ENSEIGNEMENT ÉTAIT UNIQUE

Cet enseignement de Jésus a changé le cours des événements et le change encore aujourd’hui. Il a dit des choses que personne n’avait jamais pensé ou exprimé avant lui. Ceux qui l’écoutèrent dirent : « Jamais personne n’a parlé comme cet homme. » (Jean 7.46)

Son insistance à parler de l’amour de Dieu et son commandement pour l’homme d’aimer Dieu plus que tout et son prochain comme lui-même, étaient uniques. Plus révolutionnaire encore : Jésus demande aux hommes d’aimer leurs ennemis! Cela aussi est unique! Ne pensez-vous pas que bien des choses changeraient dans notre monde si nous mettions ce commandement en pratique? Eh bien, Jésus, qui l’a enseigné, l’a lui-même vécu durant toute sa vie. C’est ce qui m’a personnellement le plus touché lors de ma première lecture des évangiles.

Dieu est là. Voulez-vous le connaître?

Des questions au sujet de Dieu? Écrire à un mentor

Que nos soyons bons ou mauvais, Dieu nous aime… et Jésus-Christ est venu mourir pour nous pour nous rendre bons aux yeux de Dieu! Sans aucun doute, l’enseignement le plus important de Jésus était celui concernant le salut. Jésus, en effet, a enseigné que le salut vient, non de ce que l’homme fait pour Dieu, mais de ce que Dieu a fait pour l’homme par Jésus-Christ.

Un jour, un groupe de gens s’approchèrent de Jésus pour lui demander :

« Que devons-nous faire pour accomplir les œuvres voulues par Dieu? »

Et Jésus répondit :

« L’œuvre que Dieu attend de vous, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6.28-29)

« Vous mourrez dans vos péchés si vous ne croyez pas ce que je suis. » (Jean 8.24)

Toutes les religions du monde enseignent que l’homme doit gagner son salut par ses actions méritoires. Jésus lui aussi, à plusieurs reprises, a parlé des bonnes œuvres, mais il ne les a jamais présentées comme un moyen de parvenir à Dieu, mais plutôt comme la conséquence visible de notre transformation intérieure après que nous ayons cru.

« C’est par la grâce de Dieu que vous avez été sauvés, au moyen de la foi. Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu; il n’est pas le résultat de vos efforts et ainsi, personne ne peut se vanter. » (Éphésiens 2.8-9)

La vie en abondance, la vie éternelle, ne se gagne pas, elle se reçoit comme un don qui n’est autre que Jésus-Christ lui-même! Un don ne se mérite pas, il ne se monnaie pas, il est simplement accepté avec un « merci » reconnaissant adressé au donateur.

Oui vraiment, l’enseignement de Jésus en ce qui concerne le salut de l’homme était unique!

SES MIRACLES ÉTAIENT UNIQUES

Si l’enseignement que Jésus dispensait autour de lui était unique, les miracles qu’il a accomplis durant son ministère témoignent avec force de sa véritable identité. Les miracles de Jésus ne furent jamais des tours de passe-passe ou de la magie provenant d’un être capricieux cherchant la gloire et l’attention des foules, mais ceux d’un Dieu rempli d’amour, compatissant et désireux de révéler sa bonté aux hommes. Les foules ont contemplé, stupéfaites, la démonstration de son amour agissant d’une façon miraculeuse. La guérison des malades, des infirmes, la multiplication des pains… avaient pour but de révéler son identité et d’encourager les hommes à placer leur confiance en lui. « Jésus a fait encore, devant ses disciples, beaucoup d’autres miracles qui ne sont pas racontés dans ce livre, mais ce qui s’y trouve a été écrit pour que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu. Et si vous croyez en lui, vous aurez la vie par lui. » (Jean 20.30-31)

SA MORT ÉTAIT UNIQUE

Quelle serait votre réaction si l’un de vos proches vous prédisait avec précision (et exactitude) sa propre mort et sa résurrection trois jours plus tard?

C’est pourtant tout à fait ce que Jésus a dit à ses disciples :

« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup; les anciens, les chefs des prêtres et les maîtres de la loi le rejetteront; il sera mis à mort et, le troisième jour, il reviendra à la vie. » (Luc 9.22)

Peut-être vous demandez-vous : « Pourquoi cette mort de Jésus a-t-elle tant d’importance? En quoi était-elle nécessaire? Et pourquoi celle de Jésus précisément? »

Pour bien le comprendre, il nous faut remonter quelques siècles en arrière, au temps de la loi en Israël.

À l’époque de l’Ancien Testament, les Israélites apportaient régulièrement au prêtre un animal à sacrifier. Cet animal devait être parfait, sans tache ni défaut; c’est à cette condition que les péchés du pénitent pouvaient être transférés sur l’animal innocent. Alors, le prêtre tuait la victime, et, avec son sang, aspergeait l’autel du temple pour couvrir de façon provisoire les péchés de la personne repentante.

Ces sacrifices, fréquents et sans cesse à renouveler, étaient en fait une annonce du sacrifice parfait et définitif de Jésus, l’Agneau de Dieu, venu ôter les péchés du monde une fois pour toutes. (Jean 1.29) En effet, d’après les Écritures, « les péchés ne sont pardonnés que si du sang est répandu » (Hébreux 9.22). Ce sang, c’est nous qui méritons de le verser; mais Jésus est venu mourir, lui, agneau parfait, à notre place. « Car le Fils de l’homme n’est pas venu pour se faire servir, mais il est venu pour servir et donner sa vie comme rançon pour libérer beaucoup d’hommes. » (Marc.10.45)

Aucune religion au monde n’offre ainsi à l’homme la possibilité de recevoir gratuitement et définitivement le pardon de ses péchés. Jésus est le seul à pouvoir le faire, car il est la solution de Dieu lui-même pour le péché des hommes. Il a pris sur lui la punition que méritait notre péché. C’est pourquoi nous pouvons maintenant, grâce à sa mort sur la croix, être totalement pardonnés et définitivement réconciliés avec Dieu, quelle que soit notre vie passée.

« Car le salaire que paie le péché, c’est la mort : mais le don que Dieu accorde gratuitement c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 6.23)

« Autrefois, vous étiez spirituellement morts à cause de vos fautes, à cause de vos péchés… mais la bonté de Dieu est si grande et son amour pour nous est tel que, lorsque nous étions spirituellement morts à cause de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ. Il a fait cela afin de démontrer pour tous les temps à venir la richesse extraordinaire de sa grâce par sa bonté qu’il nous a manifestée en Jésus-Christ. » (Éphésiens 2.4,7)

Dans la personne de Jésus, Dieu a offert une preuve manifeste et visible de son amour. Si l’amour de Dieu est ainsi manifesté par un acte concret et tangible, n’est-il pas vain de rechercher des preuves théoriques de l’existence (ou de la non-existence) de Dieu? Dieu n’a pas cherché à « prouver » son existence, mais il nous prouve son amour par la venue de Jésus et sa mort sur la croix. N’est-ce pas plus concret et plus efficace?

SA RÉSURRECTION EST UNIQUE

Après la crucifixion, les disciples de Jésus, démoralisés et terrorisés, se cachaient. Or, trois jours plus tard, se produisit le plus grand des miracles : Jésus ressuscita d’entre les morts.

Ses disciples ont pu le voir, le toucher, c’était bien lui! « Dieu a ramené à la vie ce Jésus dont je parle et nous en sommes tous témoins. » (Actes 2.32)

Voici le témoignage que rendaient les premiers chrétiens; ils n’annonçaient pas un code moral ni une philosophie ou une nouvelle religion. Leur message était de proclamer dans le monde entier que Jésus est vivant. Beaucoup de ces premiers chrétiens ont accepté la mort plutôt que de renier ce qu’ils savaient être vrai : Jésus est VIVANT AUJOURD’HUI!

Tous les fondateurs de religions sont morts. Ils ont laissé à leurs adeptes des écrits que ceux-ci s’efforcent de mettre en pratique. Jésus est unique parce qu’il est RESSUSCITÉ! Être chrétien, ce n’est pas suive les enseignements de Jésus, mais le suivre, lui, une personne VIVANTE!

la résurrection de Jésus est fondamentale, car elle prouve plusieurs faits très importants :

1.       Si Jésus est ressuscité, il est réellement ce qu’il disait être : LE FILS DU DIEU VIVANT.

2.       Ses paroles et ses promesses sont dignes de notre confiance.

3.       Sa mort sur la croix a réellement et définitivement payé la dette de nos péchés envers Dieu.

4.       Par lui, nous pouvons revenir à Dieu.

Voilà qui lui donne l’autorité suffisante pour dire : « Je suis le chemin, je suis la vérité, je suis la vie. Personne ne peut aller au Père autrement que par moi. » (Jean 14.6)

SES PRÉTENTIONS LE CONCERNANT ÉTAIENT UNIQUES

Mahomet se disait prophète, Bouddha se reconnaissait agnostique, Confucius enseignait l’éthique. Jésus, lui, se disait Fils de Dieu. Il affirma sa divinité en disant :

« Le Père et moi, nous sommes un. » (Jean 10.20)

« Celui qui m’a vu a vu le Père. » (Jean 14.9)

ou encore :

« Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt.» (Jean 11.25)

Face à de telles prétentions, on peut être en droit de se demander si Jésus ne fut pas le plus grand imposteur que le monde n’ait jamais connu. Pourtant, la vie que Jésus a menée, les miracles qu’il a accomplis, les paroles qu’il a prononcées, sa mort sur la croix, sa résurrection, son ascension, tout prouve que Jésus n’était pas un simple homme, mais plus qu’un homme. Existe-t-il un homme ayant fait plus de bien à l’humanité que lui? Si ses affirmations concernant son identité divine sont fausses, alors un mensonge aurait produit plus de bien que la vérité. S’il n’est pas un imposteur, alors Jésus est véritablement le Fils de Dieu, le Messie, le Sauveur de l’humanité qui peut aussi changer radicalement notre vie.

SON INFLUENCE A ÉTÉ UNIQUE AU COURS DES SIÈCLES

Après la résurrection et l’ascension de Jésus, les premiers chrétiens portèrent son message jusqu’aux extrémités connues du monde.

En quelques décennies, la physionomie de ces sociétés en fut totalement bouleversée… Aujourd’hui encore, ce Jésus de Nazareth ne laisse personne indifférent. Croyants ou incroyants, tous se sentent concernés par cet homme. Des artistes, des écrivains de tous bords s’inspirent de lui et de son message. Qui aurait ainsi influencé à ce point et en si peu de temps l’humanité tout entière? Qui, comme lui, fut capable de transformer aussi durablement et aussi profondément les mentalités après seulement trois courtes années de ministère?

Kenneth Latourette, directeur de thèse de doctorat en théologie à l’université de Yale, historien et auteur de plusieurs ouvrages bien connus affirme :

« Évaluée selon les résultats pour l’humanité, cette courte vie de Jésus-Christ a marqué plus qu’aucune autre notre planète…

Au lieu de s’estomper au cours des siècles, l’empreinte laissée par le Christ n’a cessé de s’affirmer. Par leur consécration à Jésus, des millions d’êtres humains ont été transformés et ont commencé à connaître eux-mêmes la vie dont le Christ donna l’exemple.

Envisagées sous l’angle de leurs retentissements, la naissance, la vie, la mort et la résurrection de Jésus ont été les événements les plus importants de l’histoire de l’humanité. Par son influence sur le monde, Jésus-Christ occupe une place centrale dans l’histoire humaine. »

OUI! JÉSUS-CHRIST EST DIGNE DE NOTRE CONFIANCE

Au fond, si dans notre monde actuel, beaucoup de personnes ne croient pas en Jésus, ce n’est pas parce que la foi chrétienne est dépassée, c’est parce que, non informées ou mal informées, elles ne veulent pas croire. En effet, si nous osons partir à la découverte de Jésus avec un regard neuf, avec honnêteté et franchise, nous découvrons combien ce personnage hors du commun est fascinant : Il est Dieu, il est mort pour notre péché, il vit aujourd’hui et désire entre dans notre vie pour la transformer totalement à son image. Pourtant, rien de tout cela ne pourra se faire sans l’accord préalable de notre volonté.

À la découverte de Jésus : partie 4

Retour à l’index

Pour aller plus loin :

Pourquoi Jésus-Christ a-t-il choisi de mourir sur la croix?

Rencontre 3 : La mort et la résurrection de Jésus-Christ, partie 1

Extrait du livre :

À la découverte de la vie nouvelle; © Texte : Équipe de Campus pour Christ — France 1984,

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson

D’après le livre :
How To Be Sure You Are a Christian
de Bill Bright © 1972, 1981, Campus Crusade for Christ

Utilisé avec permission

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires