À la découverte de la plénitude du Saint-Esprit : partie 1

Auteur: AgapeFrance

L’IDENTITÉ DU SAINT-ESPRIT ET SA MISSION DANS LA VIE DU CHRÉTIEN

Avant d’aborder plus en détail comment être rempli du Saint-Esprit, faisons un peu plus connaissance avec son identité, sa personnalité et sa mission dans la vie de ceux qui ont confié leur vie à Jésus-Christ.

QUI EST LE SAINT-ESPRIT?

Écoutons à ce sujet le témoignage d’un pasteur africain, très connu en Afrique francophone, le pasteur Kassoum Keïta :

« Je suis né de parents fortement attachés à la religion traditionnelle en Afrique, c’est-à-dire animiste. Depuis mon enfance, j’ai été témoin de la manifestation de certaines puissances : les idoles, les sorciers, les devins, etc. À cette époque-là, lorsque je pensais au Saint-Esprit, je m’attendais à une puissance de ce genre que des paroles magiques déclencheraient… Mon problème était que je voulais faire du Saint-Esprit une puissance à ma disposition dont je pourrais déclencher les effets selon mon bon vouloir et à des fins purement égoïstes. En fait, je refusais l’enseignement de la Bible à son sujet. En effet, tel n’est pas l’enseignement biblique : la Bible nous enseigne que le Saint-Esprit est Dieu, la troisième personne de la Trinité. Il a les mêmes attributs que Dieu le Père et Dieu le Fils. Ces choses sont très importantes : c’est diminuer l’Esprit de Dieu que de vouloir le comparer à des influences, à des puissances momentanées dont les actions ne sont d’ailleurs pas bénéfiques. »

À la recherche du bonheur durable? Découvrir la voie de la joie


Des questions au sujet de Dieu? Parler avec un mentor

Le Saint-Esprit est Dieu, et non pas « quelque chose », une influence divine ou un nuage blanc et floconneux. Il n’est pas non plus un fantôme ou une idée. LE SAINT-ESPRIT EST DIEU, EN TOUS POINTS ÉGAL AU PÈRE ET AU FILS ET POSSÉDANT LES MÊMES ATTRIBUTS. Le Saint-Esprit a une intelligence infinie (I Corinthiens 2.11), une volonté (I Corinthiens 12.11) et des sentiments (Romains 15.30), attributs caractéristiques d’une personne et non ceux d’un concept indéfini.

Dieu est unique, mais il se manifeste de trois manières différentes. Jésus-Christ a révélé le Père et le Saint-Esprit nous rend capables de connaître Jésus-Christ. Peut-on pleinement comprendre cette dimension triunitaire de Dieu? Cela semble difficile… Notre intelligence limitée a bien du mal à appréhender le caractère infini de Dieu; mais asseyons tout de même de l’illustrer par un ou deux exemples, certes très limités, mais significatifs.

  • L’eau ( H2O) peut se présenter sous plusieurs formes, selon les conditions de température et de pression dans laquelle elle se trouve : elle peut être liquide, solide ou gazeuse. N’en demeure-t-elle pas pour autant de même nature, de même composition chimique dans ces trois états?
  • N’est-il pas fréquent de voir un même homme être à la fois époux, père et fils? Selon la situation qu’il rencontre, cet homme ce manifestera plus précisément sous l’une ou l’autre de ses fonctions : mais ne s’agit-il pas toujours d’un seul et même être humain?

Le Saint-Esprit est évoqué pour la première fois dans la Genèse, chapitre 1, verset 2. Son influence se fait sentir tout au long de l’histoire d’Israël dans l’Ancien Testament, et devient évidente dans la vie et le ministère terrestres de Jésus. Mais il faudra attendre la Pentecôte pour que le Seigneur envoie son Consolateur sur tous les croyants (Jean 14.26 et 15.26) : « Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur tout être humain;[…] oui, je répandrai de mon Esprit sur mes serviteurs et mes servantes en ces jours-là. » (Actes 2.17-18)

POURQUOI LE SAINT-ESPRIT EST-IL VENU SUR LA TERRE?

Jésus a qualifié le Saint-Esprit de Consolateur, en grec, parakletos, ce qui signifie « celui qui accompagne le chrétien comme un ami. »

« Quand viendra l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité. Il ne parlera pas avec sa seule autorité, mais il dira tout ce qu’il aura entendu et vous annoncera ce qui doit arriver. Il révélera ma gloire, car il recevra de ce qui est à moi et vous l’annoncera. » (Jean 16.13-14)

Voilà bien explicitée par Jésus lui-même la vocation du Saint-Esprit vis-à-vis des chrétiens :

1.       Le Saint-Esprit est venu rendre gloire à Jésus.

L’un des buts essentiels du Saint-Esprit est de faire reconnaître Jésus comme Fils de Dieu : c’est la gloire du Seigneur qu’il veut manifester, non celle du chrétien ni même la sienne propre! En fait, le Saint-Esprit est le plus souvent très discret à son propre sujet.

2.       Le Saint-Esprit a pour mission de conduire les chrétiens dans toute la vérité.

C’est sous son inspiration qu’a été écrite la Bible et c’est par lui que cette Parole possède une autorité divine. C’est par lui, l’Esprit de vérité, que nous pouvons aujourd’hui encore comprendre les réalités que cette Parole nous révèle. Ne vous est-il jamais arrivé de relire un passage biblique en ayant l’impression de le découvrir pour la première fois et de le comprendre d’une façon toute nouvelle, alors que vous l’aviez déjà vu ou entendu des dizaines de fois? Ceci atteste que la Bible est la Parole de Dieu : elle est rendue vivante par l’action du Saint-Esprit qui nous en dévoile les richesses au fur et à mesure de nos besoins. Seule une personne dirigée par l’Esprit de Dieu peut en saisir le contenu et la profondeur (I Corinthiens 2.10).

3.       Le Saint-Esprit nous donne la puissance de rendre témoignage à Jésus-Christ.

Le Saint-Esprit est encore venu accomplir une mission dont Jésus nous donne la définition dans le livre des Actes : « Vous recevrez une force quand le Saint-Esprit descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins, vous parlerez de moi à Jérusalem, dans toute la région de la Judée et de la Samarie, et jusqu’au bout du monde. » (Actes 1.8)

Comment pourrions-nous, en effet, rendre un témoignage efficace et fructueux du Christ ressuscité, sans l’action du Saint-Esprit venu pour rendre gloire à Jésus et conduire les hommes dans la vérité? Nos interlocuteurs pourraient-ils jamais parvenir à cette connaissance si l’Esprit de Dieu ne la leur donne par son action?

QUE SIGNIFIE « ÊTRE REMPLI DU SAINT-ESPRIT »?

Être rempli du Saint-Esprit, c’est être rempli de Jésus-Christ. Le chrétien rempli du Saint-Esprit ne voit plus en Jésus celui qui l’aide à faire une œuvre chrétienne, mais plutôt celui qui accomplit cette œuvre par lui. En fait, le Christ ne veut pas que nous travaillions pour lui, mais plutôt que nous le laissions agir en nous. Voilà la glorieuse expérience que connaissait l’apôtre Paul quand il disait : « J’ai été mis à mort avec le Christ sur la croix, en sorte que ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi. » (Galates 2.20)

Être rempli du Saint-Esprit, c’est laisser Jésus-Christ habiter notre corps, penser par notre intelligence, aimer par notre cœur, parler par nos lèvres; c’est soumettre notre volonté à la sienne, ainsi que notre personnalité, nos dons, nos intérêts. «Frères, puisque Dieu a ainsi manifesté sa bonté pour nous, je vous demande de vous offrir vous-mêmes comme un sacrifice vivant, réservé à Dieu et qui lui est agréable. C’est là le véritable culte que vous lui devez. Ne vous conformez pas aux habitudes de ce monde, mais laissez Dieu vous transformer par un changement complet de votre intelligence. Vous pourrez alors comprendre ce que Dieu veut : ce qui est bien, ce qui lui est agréable et ce qui est parfait. » (Romains 12.1-2)

Une telle attitude est-elle une démission de notre part? Non, la vie chrétienne a des normes si élevées que seul Jésus peut les atteindre. En lui laissant une pleine liberté en nous, nous pourrons vivre et expérimenter au quotidien cette vie surnaturelle qu’est la vie chrétienne. Osons prendre Jésus au mot : ses promesses se réaliseront, promesses d’une vie de plénitude, promesses d’amour, de joie et de paix. N’est-il pas merveilleux de pouvoir vivre une telle relation de confiance et d’amour avec Jésus-Christ?

Jésus dit : « Je vous aime comme le Père m’aime. Demeurez dans mon amour. »(Jean 15.9)

« La vie humaine qui est la mienne maintenant, je la vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et a donné sa vie pour moi. » (Galates 2.20)

PORTER DU FRUIT

Jésus nous dit : « Venez avec moi et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. » (Marc 1.17)

« Demeurez unis à moi, comme je suis uni à vous. Un sarment ne peut porter de fruit tout seul, sans être uni à la vigne : de même, vous ne pouvez pas porter du fruit si vous ne demeurez pas unis à moi. Je suis la vigne, vous êtes les sarments. Celui qui demeure uni à moi, et à qui je suis uni, porte beaucoup de fruit, car vous ne pouvez rien faire sans moi… Voici comment apparaît la gloire de mon Père : quand vous portez beaucoup de fruit et que vous vous montrez ainsi mes disciples. Moi, je vous ai choisis, je vous ai chargés d’aller, de porter du fruit et du fruit durable. » (Jean 15.4,5,8,16)

C’est en portant du fruit que nous glorifions Dieu. Ce n’est pas en vivant une vie vertueuse, conforme à la morale, en étant actifs dans notre communauté, en disant nos prières et en lisant régulièrement notre Bible que nous prouvons notre identité de chrétien. Selon Jésus, nous prouvons que nous sommes ses disciples en portant beaucoup de fruit, c’est-à-dire en aidant d’autres personnes à rencontrer Jésus-Christ. Tout chrétien rempli du Saint-Esprit est équipé par Dieu pour être fécond pour lui. Dès le moment où nous devenons chrétiens, nous pouvons vivre dans la puissance du Saint-Esprit et porter du fruit en aidant des personnes à confier leur vie à Jésus-Christ, même si nous nous en sentons incapables.

Pas plus que le sarment ne peut produire de fruit en dehors de la vigne, nous ne pouvons produire de fruit en dehors de Jésus-Christ. C’est grâce à la sève vivifiante montant des racines et circulant jusqu’au sarment que se forme le fruit : il en va de même pour le chrétien : hors du Saint-Esprit agissant à travers le pied de vigne (Jésus-Christ) et débordant jusque dans les sarments (les chrétiens), il est impossible de produire du fruit pour Dieu (de nouveaux chrétiens).

Personne ne pourra jamais se vanter d’avoir converti quelqu’un à Jésus-Christ, car seul le Saint-Esprit peut le faire. Nous ne sommes que des instruments au moyen desquels le Saint-Esprit pourra agir dans la vie d’autres personnes. Plus nous serons disponibles, plus son action sera efficace. Dieu honorera notre obéissance et notre foi, mais le mérite du résultat accompli revient au Saint-Esprit, car c’est lui et lui seul qui aura agi à travers nous.

UNE VIE EXEMPLAIRE NE SUFFIT PAS

Certains chrétiens affirment : « Je témoigne de Jésus-Christ en menant une vie exemplaire. » Mis à part tout ce que cette affirmation a de présomptueux, un tel comportement à lui tout seul ne suffit pas, car beaucoup de non-chrétiens mènent eux aussi des vies exemplaires et conformes à la morale. Pour être complet, notre témoignage doit joindre la parole aux actes, l’explication verbale de notre foi en Jésus-Christ avec un comportement conforme à ce que nous affirmons.

« Honorez dans vos cœurs le Christ, comme votre Seigneur. Soyez toujours prêts à répondre à tous ceux qui vous demandent des explications au sujet de l’espérance qui est en vous. Mais faites-le avec douceur et respect. » (I Pierre 3.15-16)

Le témoignage de notre foi est une des raisons principales pour laquelle Jésus nous a envoyé le Saint-Esprit (Actes 1.8). Si nous refusons de témoigner de Jésus-Christ par nos vies aussi bien que par nos paroles, nous désobéissons à Jésus-Christ. Le chrétien qui refuse d’obéir à Dieu ne peut s’attendre à le voir diriger sa vie et ne peut être rempli du Saint-Esprit.

L’ASPECT IMMÉDIAT ET L’ASPECT PROGRESSIF

Quand nous sommes remplis du Saint-Esprit, non seulement nous recevons une puissance surnaturelle pour témoigner de Jésus-Christ avec efficacité, mais encore notre personnalité se met à changer. Au fur et à mesure que nous marchons sous la conduite et dans la puissance du Saint-Esprit, le fruit de l’Esprit devient de plus en plus réel dans notre vie : « Le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur et la maîtrise de soi.» (Galates 5.22)

La relation du chrétien avec le Saint-Esprit a un caractère à la fois immédiat et progressif. Immédiat, car la vie chrétienne est une vie de foi :«Celui qui est juste aux yeux de Dieu, par la foi vivra.» (Romains 1.17) Progressif par le fiat que celui qui marche de manière solide et durable dans la puissance et sous la direction du Saint-Esprit verra se produire dans sa vie le fruit de l’Esprit.

LE SAINT-ESPRIT ET LA PAROLE DE DIEU

La Parole de Dieu est totalement fermée à notre compréhension et a peu de signification pour nous sans l’éclairage donné par le Saint-Esprit. Pourtant, c’est souvent à travers la Parole de Dieu que le Saint-Esprit nous parle pour nous révéler une vérité susceptible de modifier nos motivations ou notre comportement.

C’est pourquoi une vie remplie du Saint-Esprit est indissociable d’une vie fondée sur la Parole. La Parole de Dieu est « l’épée de l’Esprit » (Éphésiens 6.17). Il est impossible de marcher par l’Esprit sans laisser habiter la Parole de Dieu dans notre cœur.

À ce propos, il nous semble capital de faire une mise en garde : être rempli du Saint-Esprit ne signifie pas passer par une expérience émotionnelle particulière, ni par des impressions mystiques. C’est la Bible, la Parole de Dieu, qui doit être le fondement de notre croissance spirituelle.

Il y a un parallèle intéressant entre le texte de la lettre aux Éphésiens 5.18, qui nous exhorte à marcher constamment dans la puissance et sous la direction du Saint-Esprit, et celui de la lettre aux Colossiens 3.16, qui nous exhorte à laisser « la Parole du Christ habiter en nous avec toute sa richesse. »

Ces deux exhortations sont en fait les deux facettes d’une même vérité. Quand l’accent mis sur le ministère du Saint-Esprit est contrebalancé par un accent similaire mis sur la Parole de Dieu dans nos vies, le résultat est une vie qui porte du fruit et où Jésus-Christ est honoré et glorifié.

La plénitude du Saint-Esprit a pour résultat une vie en abondance et qui déborde jusque vers les autres. Jésus s’écria un jour, devant une grande foule : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront dans son cœur, comme dit l’Écriture. (Jésus parlait de l’Esprit Saint que ceux qui croyaient en lui allaient recevoir.) » (Jean 7.7-29)

suite>

<article précédent

<<retour à l’index

Extrait du livre:

À la découverte de la plénitude du Saint-Esprit

© Texte : Équipe de Campus pour Christ — France 1984,

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson

D’après le livre :
How to be filled with the Spirit
de Bill Bright © 1972, 1981, Campus Crusade for Christ

Utilisé avec permission

Print


Une réponse à “À la découverte de la plénitude du Saint-Esprit : partie 1”

Afficher vos commentaires