Culpabilité et pardon: partie 4

Auteur: AgapeFrance

LA SOLUTION DE DIEU AU PROBLÈME DE L’HOMME CHARNEL

Pris dans ce « sens interdit » de la vie spirituelle, le chrétien charnel n’a que faire des discours moralisateurs ou de la condescendance de ses frères. Tout ce dont il a besoin, c’est d’une clé : la clé qui lui ouvrira la porte et lui permettra de reprendre le « bon sens » dans la circulation.

Quel soulagement pour moi lorsque des amis chrétiens, guidés par le Saint-Esprit, m’ont un jour donné cette clé alors que je traversais une période de défaite spirituelle et de frustration! Cette clé la voici : Je ne possède pas en moi-même la capacité de vivre la vie chrétienne, seul Jésus l’a! Si je place en lui ma confiance pour qu’il vive en moi et à travers moi sa vie de résurrection, je deviendrai apte à vivre pleinement

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!
ce que Dieu attend de moi (Galates 3.10). Ce ne sont pas mes efforts pour lui plaire qui lui sont agréables, mais LA FOI que je place en lui (I Pierre 1.7; Hébreux 11.6).

« J’ai été crucifié avec le Christ, et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi ». (Galates 2.20)

L’OBJET DE LA FOI

Qu’est-ce que la foi? Le mot « foi » a le même sens que le mot « confiance ». Lorsque l’on place sa confiance, c‘est toujours en quelque chose ou en quelqu’un. Il en est de même de la foi. Comme on a « confiance en quelqu’un », on a aussi « foi en quelqu’un ». La foi a un objet. Qui est l’objet de la foi chrétienne? Dieu et sa Parole, la Bible. Que nous dit la Bible sur le problème de l’état charnel? Ceci : Jésus, celui en qui nous plaçons notre confiance, a la volonté et le pouvoir de nous délivrer de notre condition. Il veut nous faire sortir de l’état de défaite et nous voir porter du fruit en devenant ses témoins. À ce sujet, voici parmi d’autres, quelques promesses incroyables de Jésus, mais pourtant dignes d’être reçues avec confiance!

« Je vous le déclare, c’est la vérité : celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais.  Il en fera même de plus grandes… » (Jean 14.12);

« Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferais » (Jean 14.4).

Imaginez un homme qui s’apprête à traverser un lac dont la surface est gelée. Animé d’une grande confiance, il avance avec hardiesse, convaincu que cette traversée sera facile… Mais quelques pas plus tard, la couche de glace se fissure, elle n’a pas résisté au poids de l’homme et il va prendre un bain bien frais!

Imaginez maintenant ce même homme dans la même situation, mais rongé de crainte cette fois-ci à l’idée de devoir traverser la glace. Il avance, mais avec une extrême prudence, mesurant chacun de ses pas. À son grand étonnement, la glace tient, elle est solide, épaisse et le porte aisément. Prenant peu à peu de l’assurance, il se trouve bientôt sur l’autre bord!

Après cette expérience, notre homme aura appris une chose fondamentale en ce qui concerne la foi : si l’objet de notre foi en est digne, nous « passerons », même si notre confiance en lui est bien limitée; par contre, même avec la foi la plus convaincue, nous « tomberons » si l’objet de notre confiance n’en vaut pas la peine!

Ainsi en est-il de la vie chrétienne. Peut-être n’avez-vous qu’une toute petite foi, mais si vous la placez en Dieu et en sa Parole, pleinement dignes de confiance, vous ne serez jamais déçus. Plus vous avancerez, plus vous prendrez d’assurance, car vous découvrirez chaque jour un peu plus la solidité de Dieu : sa grâce, la réalité de son amour et de sa puissance. La foi est comme un muscle : c’est par l’exercice qu’elle se développe.

VIVRE COMME UN ATHÉE

Il est tragique de prendre conscience que beaucoup de chrétiens vivent pratiquement comme des athées. Ils disent croire en Dieu, mais ils agissent comme si Dieu n’existait pas ou comme s’il refusait de les aider. Toutes les richesses de Dieu sont à leur disposition et cependant ils vivent dans une pauvreté spirituelle qu’ils s’imposent eux-mêmes.

Le chrétien charnel peut-il définitivement quitter cette vie dominée par les émotions et qui le détruit? Peut-il abandonner pour toujours ce type d’existence incohérente qui est la sienne?

suite>>

<<Retour à l’index des articles

Extrait du livre : Culpabilité et pardon; © Équipe de Campus pour Christ, France 1984, Adaptation: Dominique Frèrebeau et Annie Husson

D’après le livre: How to Experience God’s Love and Forgiveness; Bill Bright; © 1972, 1981, Campus Crusade for Christ

Utilisé avec permission

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires