Culpabilité et pardon: partie 5

Auteur: AgapeFrance

LA RESPIRATION SPIRITUELLE

L’un des plus importants principes spirituels que j’aie appris et qui a révolutionné la vie de nombreux chrétiens est celui de la respiration spirituelle. Lorsque, sur le plan physique, nous respirons, nous faisons une double action : nous expirons l’air impur et nous inspirons l’air neuf. Nous pouvons faire un parallèle fort pratique ce cette action sur le plan spirituel : c’est ce que nous appellerons la respiration spirituelle, se déroulant elle aussi en deux temps :

L’expiration spirituelle, lorsque nous confessons un péché à Dieu.

L’inspiration lorsque nous nous approprions, par la foi, la plénitude du Saint-Esprit.

Ce sujet étant trop vaste pour être développé en une seule fois, nous ne développerons ici que le thème de l’expiration spirituelle. Les livres suivants de cette série traiteront de l’inspiration spirituelle puis de la respiration spirituelle dans son ensemble.

Expirer spirituellement, c’est confesser ses péchés à Dieu

« Si nous confessons nos péchés à Dieu, nous pouvons avoir confiance en lui, car il agit de façon juste : il pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout mal » (I Jean 1.9).

Le mot « confession » (homologeo en grec) suggère l’idée d’un accord entre nous et Dieu concernant nos péchés. Dans nos sociétés occidentales, la notion de mal est souvent relative : elle dépend du pays, de l’époque concernée. Il est, par exemple, très possible de paraître malhonnête. Mais pour le chrétien tout change. Sa donc s’accorder avec Dieu pour appeler péché ce que Dieu appelle péché.

Cet accord entre Dieu et moi passera par trois étapes successives :

Je devais reconnaître mes torts devant Dieu, sans prétextes ni excuses, mais tels que Dieu les voit et tels qu’il me les montre par son Esprit Saint. Il me faut préciser ces péchés, reconnaître qu’ils attristent Dieu et interdisent la manifestation de sa puissance en moi.

Il me faudra reconnaître que Dieu m’a déjà accordé son pardon pour ces fautes grâce à la mort de Jésus-Christ sur la croix. Ce sacrifice est parfait, je ne peux rien y ajouter.

Me repentir, c’est-à-dire changer d’attitude à l’égard de ces péchés : je dois désirer rompre avec eux, ne plus les reproduire. Cette puissance me sera donnée par le Saint-Esprit, je vais peu à peu observer un changement dans ma conduite : délaissant, petit à petit, les attitudes dictées par mon « moi » pécheur, je vais maintenant obéir à Dieu.

UN AMOUR INCONDITIONNEL

Dieu nous aime d’un amour inconditionnel, que nous soyons bons ou mauvais. Jésus l’a montré dans l’histoire du fils prodigue (voir Luc 15.11-24) : un père avait deux fils. Le plus jeune lui demanda la part de fortune familiale qui lui revenait. Mais il ne tarda pas à dilapider son bien dans des fêtes et dans la fréquentation des prostituées. Pourtant, quand il retourna chez son père, affamé et honteux, se déclarant indigne d’être son fils, celui-ci courut à sa rencontre, le serra contre lui et l’embrassa; il lui mit une bague au doigt, des chaussures aux pieds et donna un banquet en son honneur.

Dieu nous aime d’un amour sans limites. Il ne nous aime pas seulement « quand » ou « si » nous le méritons. Il nous aime même lorsque nous lui avons désobéi. Dans une prière à son Père, Jésus confie en parlant de ses disciples : « Tu les aimes comme tu m’aimes » (Jean 17.23).

Pouvez-vous imaginer cela? Dieu nous aime, vous et moi, tout autant qu’il aime Jésus-Christ son Fils unique. Bien que Dieu déteste le péché et qu’il punisse ses enfants quand ils lui désobéissent, jamais il ne cesse de les aimer : « le Seigneur punit celui qu’il aime ». (Hébreux 12.6)

En réalité, si Dieu nous discipline, c’est par amour, non par haine; la seule chose qu’il déteste est le péché, pas nous!

Voilà pourquoi, lorsque je confesse honnêtement mes péchés, je dois commencer par reconnaître que mon acte et mon attitude contraires à la Parole de Dieu sont mauvais et l’ont offensé. M’appuyant sur sa promesse (I Jean 1.9), je peux alors recevoir son pardon et être purifié de ma faute par la loi.

Qu’est-ce que la repentance?

Une ferme volonté de faire ce que Dieu veut que je fasse. Voilà pourquoi il est impossible de confesser mes péchés à Dieu sans une absolue sincérité. Il faut un désir profond de changer, de laisser Dieu contrôler notre vie pour être en mesure de savoir avec conviction que nous sommes pardonnés et purifiés de nos péchés.

UN SACRIFICE PARFAIT

Sur quelle base pouvez-vous être sûr d’être pardonné?

Sur la base du sacrifice parfait de Jésus à la croix. On ne soulignera jamais assez l’importance capitale de cette rédemption acquise une fois pour toutes, pour tous nos péchés, à notre place : le 10e chapitre de l’épître aux Hébreux explique de façon magistrale. Le voici :

« La loi juive n’est pas la représentation exacte des réalités; elle n’est que l’ombre des biens à venir. Elle est tout à fait incapable de rendre parfaits ceux qui s’approchent de Dieu : Comment le pourrait-elle avec ces sacrifices, toujours les mêmes, que l’on offre année après année, indéfiniment ?

C’est pourquoi, au moment où il allait entrer dans le monde, le Christ dit a Dieu : “Tu ne veux ni sacrifice, ni offrande, mais tu m’as formé un corps…”

Alors, j’ai dit “Me voici, ô Dieu, je viens faire ce que tu veux, conformément à ce qui est écrit à mon sujet dans le livre de la loi…”

Tout prêtre se tient chaque jour debout pour accomplir son service; il offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent cependant jamais enlever les péchés. Le Christ, par contre, a offert un seul sacrifice pour les péchés, un sacrifice dont l’effet dure toujours, puis il s’est assis à la droite de Dieu…

Ainsi, par une seule offrande, il a rendu parfaits pour toujours ceux qui sont purifiés du péché.

Puis il ajoute : “Je ne me souviendrai plus de leurs péchés et de leurs fautes…”

Or, quand les péchés ont été pardonnés, il n’est plus nécessaire de présenter une offrande pour obtenir un tel pardon. » (Hébreux 10.1,5,7,11,12,14,17,18)

suite>>

<<Retour à l’index des articles

Extrait du livre : Culpabilité et pardon; © Équipe de Campus pour Christ, France 1984, Adaptation: Dominique Frèrebeau et Annie Husson

D’après le livre: How to Experience God’s Love and Forgiveness; Bill Bright; © 1972, 1981, Campus Crusade for Christ

Utilisé avec permission

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires