Une vie pleine d’inattendus

Auteur: Brigitte Straub

par Brigitte Straub–traduit de l’anglais par Alix Rouvinez

C’est avec une paire de boucles d’oreilles en diamant qu’il me l’a annoncé.  « Joyeux anniversaire, » me dit mon mari, le regard lointain. J’ai tout de suite su que quelque chose n’allait pas.  Mon anniversaire n’était pas avant quelques semaines.

C’est alors que David me le dit:  il allait en Iraq.  Il venait de recevoir ses ordres et sa section serait déployée quelques semaines plus tard : il s’en allait pour aller faire la guerre…  le jour de mon anniversaire.

Cela faisait seulement 10 mois qu’il était revenu à la maison après son dernier déploiement.

Avant cela il avait été au Japon pendant plus d’un an.  L’Iraq serait son quatrième déploiement des sept années de notre mariage.  Il n’avait pas été là pendant la plus grande partie de ma première grossesse pour notre fille aînée et même pour la naissance de notre quatrième enfant.  Qu’est-ce qu’il croyait ?  Que ces boucles d’oreilles en diamant m’aideraient à me sentir mieux ?  C’était lui que je voulais.

Si seulement j’avais su…

A dix-neuf ans, naïve et complètement amoureuse, sept ans auparavant, à l’église, j’avais prononcé ces vœux :
Où tu iras, j’irai. Où tu vivras, je vivrai.
Ton Dieu sera mon Dieu et ton peuple sera mon peuple.
Que Dieu nous garde unis jusqu’à ce que la mort nous sépare
.

Je ne savais pas à quel point ces mots prendraient forme dans la réalité.  Je ne savais rien de la vie militaire.  Rien des déménagements inattendus, des déploiements imprévisibles, des mois et des mois que je passerais en parent célibataire, les weekends et les vacances sans nombre que je passerais seule.  Tout ce que je savais, c’était que Dieu avait amené cet homme, David Straub, dans ma vie, et que je l’aimais.

Espoir au sein de la faiblesse

Lorsque David me dit qu’il allait partir en Iraq, je m’évanouis.  J’eus peur pour sa vie, et la pensée qu’il me quitte à nouveau, me laissant seule avec la charge d’élever nos quatre enfants, me parut trop lourde à supporter.  Lorsque mon corps heurta le sol, mes pensées se précipitèrent dans les profondeurs du désespoir.  Je n’en peux plus.  Pourquoi, Seigneur ?  Tu as toujours su que tout ce que je voulais, c’était d’avoir et d’être une famille.  Pourquoi me l’enlèves-tu ?  Je suis à bout. Et pourtant au milieu de ces pensées, je sentis une poussée très douce de la part de Dieu. Il parla à mon cœur, me disant que je n’avais pas à faire face à tout cela seule.  Je n’avais pas à être forte.  C’est Lui qui serait ma force.  Il serait tout ce dont j’avais besoin et plus.  Avec cette image de Lui me tenant dans Ses bras, je me rendis compte que j’avais un « Papa » qui s’occuperait de moi.
J’étais déterminée à faire de ce déploiement une expérience différente des autres. J’en avais assez de vivre dans la défaite.  Je commençais à m’apercevoir que mes circonstances et mon style de vie militaire n’avaient rien à voir avec ce dont j’avais véritablement besoin.

Peut-être ai-je réalisé tout ceci lorsque l’on m’a raconté la réaction d’hommes soudanais lorsqu’ils ont reçu en cadeau des affaires de base telles que chaussettes et objets de toilette données par notre église.  « Leurs yeux ont brillé de délice comme ceux des enfants à qui l’on donne carte blanche dans un magasin de bonbons, » me dit mon mari.  Ou peut-être était-ce la fois où j’ai parlé à une de mes amies qui avait  récemment perdu son mari dans un accident d’avion.  Il y eut des semaines où je ne reçus aucune nouvelle de la part de David.  Nos enfants ressentaient un besoin constant de réconfort et d’assurance que leur père allait  rentrer à la maison. Pour une raison ou pour une autre, je savais qu’au cœur de nos circonstances, Dieu et Dieu seul serait tout ce dont j’avais besoin.

Je commençai à comprendre que ce que j’avais toujours voulu, c’était Dieu.

J’ai toujours cru en Dieu, depuis que j’étais petite fille.  Mais je commençai tout juste à comprendre ce que Jésus-Christ dit dans l’Evangile de Jean, chapitre 15, verset 5:  « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. »  Alors je l’invitai à me joindre partout où j’allais, que ce soit au supermarché avec mes quatre enfants, ou bien à partager nos vacances.  Plusieurs fois, je me réfugiai dans un coin, en lui demandant « Plus, Seigneur.  J’ai besoin de plus de Ta force, et j’en ai besoin MAINTENANT ! » Ma chambre devint mon lieu de prière, alors que je m’agenouillais et répandais des larmes devant Dieu.  A toutes ces occasions, il m’attirait plus près de Lui.  Je m’inquiétais moins.  Je développais plus de contrôle sur mes propres émotions.  J’arrêtais de vouloir « m’échapper » à travers la télévision, l’internet, ou les coups de fils anticipés de mes amies.

Tous les deux à la maison

Sept mois après son départ pour l’Iraq, David revint à la maison !  Lorsqu’il sortit de l’avion, nous le reconnûmes de loin par sa démarche, laquelle nous était si familière.  Je regardai mes enfants courir vers lui.  Il était de retour à la maison.  Pendant les mois où il avait été absent, moi aussi, je sentais que j’étais revenue à la maison.  Dieu m’avait aidée à cheminer vers la stabilité, la paix, la joie, le réconfort, et l’amour.

C’est trois mois après son retour que David a reçu son affectation à une autre base militaire.  Nous avons donc à nouveau déménagé.  Huit ans, six déménagements, quatre enfants et quatre déploiements plus tard, David sert toujours dans les Marines.
Trésors cachés

Je commence à me rendre compte que c’est à travers les évènements inattendus de notre vie que nous grandissons et franchissons de nouveaux sommets.  C’est cela qui nous rapproche de Dieu et nous transforme en ces individus que Dieu a toujours voulu que nous soyons.  Quelques fois nous ne pouvons distinguer les bonnes choses qui vont naître des circonstances inattendues que nous rencontrons, mais si nous nous accrochons et que nous persévérons, nous découvrirons alors des bénédictions de trésors cachés.  Le plus grand trésor est de réaliser que Dieu marchera à nos côtés et partagera notre voyage avec nous.
Et vous?

Quelle que soit votre souffrance, quels que soient vos doutes, quelles que soient les questions que vous avez qui restent sans réponse, Dieu souhaite vous guider, vous réconforter et parler à votre cœur.  Tout ce que vous avez à faire est de lui demander de venir dans votre vie.  Dites-lui que vous regrettez d’avoir suivi votre propre chemin et que vous voulez maintenant qu’il vous dirige et marche à vos côtés.  Il le fera.

Pourquoi ne pas prier cette simple prière et inviter Dieu à venir dans votre vie par la foi ?
Seigneur, je viens devant toi maintenant et je te demande de me pardonner d’avoir vécu ma vie si indépendamment et loin de toi.  Ta Parole dit que tu es venu pour m’aider, me donner ta force, me guider et me réconforter.  Je t’invite dans ma vie dès à présent au milieu de tout ce que je traverse.  Tu sais tout, et tu as connu tous mes pas avant même que la terre soit formée.  Remplis-moi de ton Esprit Saint.  Aide-moi à mieux comprendre comment tu accomplis ton œuvre dans ma vie.  Merci d’être mon aide et ma force.  C’est au nom de Jésus-Christ que je prie.  Amen.

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre cœur ?  Vous pouvez la prier dès à présent, et Jésus-Christ viendra dans votre vie, comme il l’a promis.

Est-ce la vie que vous désirez connaître ?

Si vous avez invité Jésus-Christ dans votre vie, remerciez souvent Dieu qu’il fait maintenant partie de votre vie, qu’il ne vous quittera jamais et que vous avez la vie éternelle.  Au fur et à mesure que vous grandirez dans votre relation avec Dieu et que vous comprendrez à quel point il vous aime, vous connaîtrez la vie à son plein potentiel.

Print


2 réponses à “Une vie pleine d’inattendus”

  • ahou kouakou says:

    slt Brigitte,
    je suis ému par ton témoignage, et je sais combien de fois ce que tu dis es vrai.Je me reconnais aussi dans ce témoignage à travers les moments difficiles que j’ai traversé dans ma vie.Et Dieu m’a été d’un soutien indescriptible, je bénis le nom de Dieu et je l’invite une fois de plus dans ma vie.
    MERCI

  • samuela says:

    J’ai ete vraiment touchée par ce temoignage. J’etais sur le point de me marier a un militaire deployé en Irak il y a un mois. Jusqu’a ce jour je ne prendre de decision. L’homme que j’ai aimé depuis 6ans, avec qui je suis il y a quatre ans. Je me demande si je pourrai supporter. Je suis hesitante. J’ai du mal à faire le choix de vivre dans la peur.

Afficher vos commentaires